Peut-on utiliser le tarot pour animer des groupes sur des thématiques féministes? Peut-il nous aider à nous organiser ou à améliorer notre fonctionnement? Pourrait-il nous servir de base de travail pour définir les missions d’un collectif? Peut-il nous aider à supporter collectivement la pression que certaines dominations exercent sur nos vies? Cet article proposera quelques pistes dans ce sens. A tester, à affiner, à recomposer ensemble!

Tout d’abord, une clarification. Je pense que le tarot est politique même si on ne l’utilise pas directement dans nos luttes. C’est politique déjà, d’approfondir des moyens de connaissances de soi qui ne vont pas dans le sens d’une surmédicalisation ou de la quête effrénée du bien-être individuel telle qu’elle est prônée dans le monde occidental. De proposer des alternatives plus complexes et pas (toujours) commerciales.
C’est politique d’utiliser ces méthodes pour prendre soin les un-e-s des autres, atténuant ainsi la souffrance que vivent les personnes opprimées, que ce soit parce qu’elles sont racisées/de couleur, trans*, grosses, femmes, non hétéras, handies, pauvres … ou parce que plusieurs de ces oppressions s’entremêlent dans leurs vies. Bref, de l’entraide entre personnes plus vulnérables qui ne trouvent pas de ressources et de conseils ailleurs.

Je n’ai pas d’expérience dans la matière (et j’espère y remédier): les ateliers tarot. Après avoir présenté des bases sur le tarot au public, on lance une idée d’action. A plusieurs, on tire ou on choisit les cartes avec une question et des positions des cartes déterminées au préalable. Parmi ces positions, imaginons: où en est-on pour le moment; quel est notre défi/obstacle principal; comment peut-on définir notre objectif (2 cartes); quelles sont nos ressources (3 cartes); quels sont les pièges à éviter.
Si les personnes autour de la table ont de bonnes notions du tarot, on peut sélectionner collectivement les cartes de face, ce qui nous permet de discuter des points de vue de chacun-e. Sinon, on tire les cartes selon un procédé qui pourra relever du pur hasard pour d’aucun-e et de magie pour d’autres. Pour les premier-e-s, les cartes seront seulement un prétexte à la discussion. Pour les autres, elles reflèteront les énergies que les personnes autour de la table apportent dans ce processus. Peu importe. Ce qui compte, c’est d’avoir un support au brainstorming, une source de conseil à laquelle on pourra revenir à mesure que le projet évolue.
Il faut donc qu’une ou plusieurs personnes dans le groupe puisse transmettre les significations possibles pour certaines cartes et qu’on ait des ressources en ligne ou imprimées pour que le groupe réfléchisse aux implications de chaque carte tirée. Le tarot est donc avant tout un support dans cette situation.

DSC_0470
Thea’s Tarot

On peut lancer un tirage similaire sur la communication (web, flyer, en interne) d’un groupe. Ou pour lancer la discussion dans des groupes de parole. Dans ce cas, on peut aussi imaginer que les personnes présentes choisissent de raconter leur histoire à travers des cartes. Ou de la réinventer.

Pour prendre l’exemple de groupes de parole auquel j’ai participé avec des personnes grosses ou jugées hors-normes corporelles: on aurait pu sélectionner des cartes qui représentent des situations qu’on vit au quotidien. Disons, vous êtes chez le/la médecin qui refuse d’écouter vos symptômes en réduisant tous vos ennuis de santé à votre poids, vous angoissez parce que vous savez que c’est ainsi qu’on met souvent plus de temps à diagnostiquer les vrais problèmes des gros-ses. Le/la médecin pourrait être représenté par le Pape ou par le valet ou le roi d’épées. Le sentiment de ne pas être entendu-e-s et d’être réduit-e à votre poids pourrait se traduire par le 8 d’épées ou le 5 de coupes. Comment retraceriez-vous l’histoire? Que souhaitez-vous mettre en place? Le fait de chercher des ressources pour démonter les arguments du/de la médecin et de l’entraide autour de vous: la Justice, le 3 de pentacles, le 3 de coupes.

Dernière piste (pour aujourd’hui!). Après le massacre d’Orlando qui avait visé la communauté LGBT+ latina en juin, j’avais tiré quelques cartes sur les besoins de la communauté LGBT+ pour faire face à l’attentat homophobe qui avait eu lieu le jour même. Et puis, j’avais partagé un résumé de mon analyse sur un réseau social:

Je vous traduis les cartes que j’ai tirées:
Les queens de la fête et l’entraide, le besoin de construire ensemble sont bien présents.
Pas besoin de leaders pour avancer: résister à la tentation de suivre des chemins tous tracés, être capable d’innover collectivement, de se rêver puis de bâtir d’autres horizons. Et toujours plus de communauté, de ces précieux moments qu’on passe ensemble. Chérir les liens qui nous unissent dans notre diversité. Tout ça pour aller vers des espaces plus sécurisés, des endroits où on peut être à l’aise et cultiver ce qui nous nourrit, à l’abri de la violence. Continuons à cultiver nos espaces et le plaisir d’être ensemble, dans notre diversité et sans stigmatiser.

Il est beau le message du tarot du jour.

Je l’aime, ma communauté… Malgré tout. J’aime notre potentiel à résister, si souvent gommé et oublié.

Refusons que notre oppression serve de motif pour faire justifier le racisme, l’islamophobie et les guerres. Et prenons grand soin des personnes LGBT+ qui en souffrent.

13427723_1343696482311821_1772362854813220996_n
The Mystical Cats Tarot

Le tirage que j’avais créé pour répondre à ma question était:

  1. Moins de: Earth King (Roi de pentacles)
  2. Situation: Earth Tom + Fire Queen (Valet de pentacles et Reine de bâtons)
  3. Plus de: 10 of Earth (10 de pentacles)
  4. A l’avenir: 9 of Earth (9 de pentacles)

 

Et vous, des idées?