Une des facettes du quatre de coupes: le repli sur soi face à une situation qui dépasse, une incapacité à mobiliser de l’énergie en dehors de son petit nombril, tendance à s’apitoyer sur son sort et à remuer sa merde au lieu de se bouger le popotin.
Réflexion.img_20170128_022102_426
Apathie. Infos qui défilent. Mort.e.s, des nombres. Affolants. Impossibles à saisir tant l’ampleur dépasse l’imaginable. On fait mine que la mer les a réclamé.e.s. Mais ce sont leurs guerres, leurs murs. Le rejet des Européen.ne.s. Fascisme sur tous les fronts. Je suis triste. Je suis choquée. Je me dis qu’il faudrait que je fasse quelque chose. Je suis désemparée. Je soupire– pourquoi on s’organise pas, purée?
Mais quel est notre ennemi? Je me cache derrière une supposée complexité de la situation. Les riches sont indétrônables. La haine des gens, elle s’immisce pernicieusement. J’écoute la radio: l’islam menace blabla les valeurs occidentales blablabla elles cherchent les viols blablabla on n’est plus chez soi blabla bullshit et encore bullshit. Je soupire — mais qu’est-ce que les gens sont graves! Je me sens impuissante face à la haine et à la désinformation qui l’amplifie non-stop.
Apathie. Que puis-je faire? Telle manif demain… Oui mais les propos sexistes de l’orga, comment vais-je y trouver ma place? Tel sit-in, oui mais… je suis vraiment fatiguée. Ou peut-être que j’ai poney.
L’apathie est dans l’air du temps. Les extrémismes aussi. Je ne suis pas indifférente mais tellement impuissante et désemparée que toute mon énergie me laisse. Je regarde dans le vide. Je fais des trucs funs, des trucs qui me font du bien.
Parce que bon… Le système va se casser la gueule un jour. Même que c’est déjà en cours. Il y a qu’à se blinder, ça va passer. Ouais mais pour certain.e.s, ça passe pas et ça craint plus. Oui mais… Apathie.
Je me sens conne mais je reste vide. Inutile. Dévastée. Pas la première touchée donc vaine. Empathique, mais incapable de transformer ça en actions. Merde, je me sens conne, je reste comme une conne, et j’écris des conneries en me regardant le nombril.
L’apathie.
L’air du temps est suffocant.
dsc_0579