L’Ermite du Wooden Tarot

L’Ermite. Témoin d’un autre rythme. Vestige d’une autre époque. Promesse du renouveau. Elle s’est couchée là parce que la saison était venue. Son horloge biologique ne mentait pas. Symbiose. Capacité à écouter. A se coucher. Elle s’est couchée là, sous les branches et sur la mousse. Dans son plaid aux motifs feuillus. Elle s’est enroulée dans son cocon de fortune. Elle a adapté sa respiration au rythme de la caverne. Bien profondément sous la montagne. Là où gisent les cristaux de roche. Là, où ils sont posés sur son oreiller. Elle a adopté le rythme qui lui convenait. Intransigeante. Elle a su sur quoi caler son rythme. Intuitivement ou instinctivement.

IMG_20180418_161051.jpg

Le poids de la montagne est toujours là. Il n’y a pas vraiment de dehors et de dedans. Tout est dans tout. As above, so below, comme disent les wiccanes. Elle ressent donc la vie de la montagne, le rythme de là-haut ; pas celui des quartz qui se forment pendant des millions d’années, pas le rythme lent des minéraux. Là-haut. La conscience en est toujours là. Parfois le poids. Elle entend les cris et les chants. Les klaxons. Elle sent la fumée. Des incendies, des usines. Elle sent sous ses coussinets les insectes qui viennent se réfugier encore frétillants d’agitation. L’araignée qui tisse sa toile dans le creux de ses oreilles. Elle goûte le gland posé près d’elle, savoureux de maturation. Et elle voit. Elle voit de sa perception aiguisée par le retrait, travaillée par la solitude, accrue. Ses yeux voilés voient. Ce qu’on ne voit plus quand les sens sont noyés par les informations. Ce qui est imperceptible quand le corps tout entier sature.

IMG_20180418_161205.jpg

La mère ourse n’est pas seulement au repos. Elle apprend à réagir quand elle n’est pas sur-stimulée. Quand il n’est plus nécessaire de se défendre des micro-agressions permanentes. Quand elle perd de vue la protection des sien-ne-s. A son rythme, elle développe d’autres connexions. Elle apprend ses mécanismes enfouis. Imperceptibles à l’œil nu. Mais plus au sien désormais.

IMG_20180418_162841.jpg
Le lilas fleuri et mon tatouage de Louise La Brocante guérit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :