10 de bougies et l’ermite

Le feu. Il brûle. Il dévaste. Il ravage. Tu n’en peux plus. Elle est loin, l’heure où tu brillais. L’heure où tu jonglais avec tes feux d’artifices, disparue. Tu peines à te souvenir des raisons qui t’ont menée à te lancer. Il ne reste plus que la lassitude. De cet épuisement, tu ignores comment te relever. Il te reste un désespoir si intense que plus rien ne brille à l’horizon. Le feu a dévasté ce qui tu avais d’ambitions et de convictions. Il a ravagé tes rêves et espoirs. Aride. Ne demeure que l’aridité. La chaleur laisse des traînées de douleur le long de tes muscles. Elle électrise tes tendons. Comme si tu recevais constamment le même signal: il faut courir, il faut fuir, le danger est imminent. Mais tu ne sais plus où. Ni d’où ça te vient, ni où aller, ni où te réfugier. Tu es paralysée. Il ne reste que la douleur de ce courant qui ronge chacune de tes cellules. Ta peau est fine. Traînées de cire ou veines gonflées, prêtes à imploser sous la pression d’un sang qui ne circule plus. Lassitude. Epuisement. Harassement. 10 de bougies. 10 de bâtons.

L’Ermite. Peut-être qu’à force de te recroqueviller, à force de t’enfoncer sous le poids d’une ferveur devenue oppressante, tu finiras par atteindre quelque chose qui brille encore. Quelque chose qui brille faiblement. Peut-être que tu t’attacheras à la toute toute faible lueur d’espoir. Peut-être que tu la couvriras. Peut-être qu’elle te réchauffera. Peut-être qu’à force de la fixer, une transe s’emparera de toi. Peut-être que tu te sentiras à nouveau en vie. Peut-être même à nouveau l’envie de vivre. Qui sait? Tu trouveras peut-être un soupçon de sérénité, tout au fond de ta solitude. Et peut-être même qu’elle pourra te guider. Qui sait?

Tirage: As de Pentacles – 5 de Pentacles – Justice

Dans le Thea’s Tarot, l’As de Pentacles nous délivre un message plus nuancé que dans la plupart des tarots. Certaines dimensions de la carte « à l’envers » frappent immédiatement, même si elle est sortie à l’endroit pour mon tirage du jour.

Le personnage a les jours rouges de concentration. Elle s’obstine à tenir une position inconfortable pour maintenir son pentacle, tandis qu’elle nous fixe avec défiance. Bourrue. Elle tourne le dos aux montagnes, visiblement convaincue qu’il vaut mieux s’accrocher au pentacle qu’elle maintient fermement dans ces mains que d’affronter d’autres possibilités. Le vent fait voler ses cheveux. Il est si fort et orienté dans une direction qu’ils sont à l’horizontale. Qu’importe pour l’As de Pentacles, elle ne déviera pas. Elle ne se laissera pas porter par le vent, elle, elle n’est pas une girouette.

Cet As de Pentacles, c’est la face sombre de l’ « ancrage ». Dans les sphères « spirituelles », l’ancrage apparaît souvent comme le B.a.-ba : trouver son centre de gravité, se faire pousser des racines et respirer profondément, pouvoir relâcher ce qui nous pèse dans le sol, ne pas se laisser emporter par nos pensées. Bref, le terme « ancrage » est lourd de jugement, presque moralisateur, presque un impératif.

Cet As de Pentacles te demande :

Qu’est-ce qui se cache derrière la relation que tu essaies d’entretenir avec ton corps ? Est-ce que tu n’essaies pas de le contrôler plutôt que de l’écouter ? Est-ce que tu le fais pour toi ou pour d’autres ?

Pareil pour ta vision de ton « chez-toi ». Est-ce que tu ne te figes pas dans la vision que tu te fais de ton appartement au lieu de voir qu’il est quasiment insalubre ou que lae proprio te pourrit la vie et qu’il va vraiment falloir bouger ? Est-ce que tu te laisses encore rêver d’autres lieux, d’autres modes de co-habitation ou est-ce que tu t’accroches à ce que tu connais ?

De même pour ta carrière ou tes objectifs professionnels. Est-ce que tu ne fais pas la même chose mécaniquement depuis des années parce que ça te rassure en feignant de ne pas comprendre que ça te ronge ? Est-ce qu’il te faut absolument envisager une unique voie ? Est-ce que cette façon de penser ne te prive pas de tes passions ?

img_20180706_1034517936322340410620075.jpg

Cet As de Pentacles pose clairement les questions qui fâchent, qui blessent et qui te titillent l’égo et les certitudes ! Elément perturbateur d’une routine (trop) bien rôdée, il te met au défi de revoir tes acquis. Il t’enjoint à répartir le poids de tes engagements. Il te suggère de faire la part des choses. Entre ce que tu fais parce que c’est attendu de toi, ce que tu accomplis machinalement sans en retirer satisfaction, ce que tu maintiens par fierté au détriment de l’écoute de ton corps, tu es un peu paumé-e, non ? Lire la suite « Tirage: As de Pentacles – 5 de Pentacles – Justice »

Zine « Fems!? »

Les fems sont des mutant-e-s. Ce sont des licornes. Des créatures mythiques entourées de mystère, poursuivies par les rumeurs, méconnues ou inconnues. Les fems n’existent pas assez pour qu’on y songe lorsqu’on utilise à tout va « fem » à la place de féministe. Trop fluides pour être cernées. Trop cryptiques pour être décodées.
Les fems sont des mutant-e-s en mal d’histoire. En peine de communauté.
Des voyageuses entre les mondes.
Des ombres qui dégoulinent des encres qui dessinent des histoires qui ne s’ancrent pas.
Les amitiés fems (les femitiés), les amours fems, la baise entre fems tirent leur puissance des silences
Des manques et de l’imaginaire qui s’enroulent dans leurs mystères.

Il y a autant de définitions de « fem » qu’il y a de fems.
Fois dix mille.
Il y a autant de définitions qu’il y a de journées dans la vie d’une fem.
Il y a autant de définitions qu’il y a d’intersections.
Il n’y a pas de définition.
Il y a du collectif et des individu-e-s.
Il y a nos narrations, nos privilèges, nos traumas, nos réappropriations, nos tâtonnements, NOS DESIRS, nos (a)sexualités, nos genres, nos positions, les coups différenciés des systèmes de pouvoir, nos positionnements.
Il y a la solidarité.
Un fil rouge, d’autres roses, des ruptures, des baumes, des sortilèges.

Extrait de mon dernier zine sur la femitude. Pour le consulter/télécharger entièrement clique clique clique.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑