Grossir le tarot / le corps gros de la sorcière: Faire corps avec la Grande Prêtresse

Traduction d’un article publié sur Little Red Tarot dans le cadre de ma chronique Fat Tarot.
Avec les photos de Alice Impellizzeri et les cartes du Thea’s Tarot.


Tensions dans les épaules
Muscles sensibles
Sensibles et las
Le poids du monde sur tes épaules
Ça doit ressembler à ça
Et les secrets et les traumas
Et les murmures qui ont parcouru des siècles
Jusqu’à moi
Les ancêtres qui ne savent pas encore comment communiquer
L’ancêtre que je suis qui ignore comment transmettre
Comment recevoir et canaliser les énergies
Les rendre à la terre ou au cosmos
Au lieu de les stocker
Les libérer au lieu d’intoxiquer
Vaisseau, canal, fibre

Le poids s’impose
S’infiltre
Il rampe à travers mes épaules et ma nuque
Il lâche des décharges dans mon bras
Le poignet se resserre
Serre
Lourdement son emprise sur le crayon
Sa rage à peine contenue sur le clavier
Mais il faut contenir
Contenir, tenir
Cette rage qui dévasterait un univers
Prête à déferler
Sur le point de se déverser
Tenir
La contenir, infinie, en mon corps
Retenue
Du poignet, elle remonte,
Electrique
Jusqu’aux épaules, la nuque, le trapèze
Tensions et conflits
Qui s’emparent de la tête, la mâchoire, la langue
L’intérieur des joues, des plaies béantes

Lire la suite « Grossir le tarot / le corps gros de la sorcière: Faire corps avec la Grande Prêtresse »

Apprentie sorcière

Tu as peut-être remarqué que je me contente de reposter des publications d’instagram en ce moment. En réalité, je n’y partage pas exclusivement des réflexions relatives au tarot. Je suis du genre surpartageuse 2.0 😉 Peut-être que ça t’intéressera de parcourir mes récentes expérimentations de sorcière.

Tout d’abord:

  • Un encens de purification

Et puis,

  • Des sachets et fioles magiques réalisées à la pleine lune:

1/ Sexualité sacrée et hommage à Lilith

2/ Sachets rêves  Lire la suite « Apprentie sorcière »

Étudiante et voyageuse de cailloux

De ces mains qui peinent à agripper, ces mains qui laissent tomber, ces doigts qui se croquent, ces mains marquées par les tensions et l’hyperlaxité, ces mains qui ne semblent reliées au reste du corps que par la douleur, ces mains qui en rêve ou en dessin automatique sont suspendues aux branches des arbres, vestiges d’une bataille perdue, de ces mains se répandent les espoirs, se dispersent les envies, se construisent les livres, se bâtissent des alignements.

Si l’amour peut encore me mouvoir, que me hurle mon cœur ? Qu’il est temps de partir un peu plus loin, et pas en petit poucet, sans carte et sans plan pour revenir ou aller ailleurs. Et récolter des cailloux dans mes poches. Les dénicher le long des routes, dans la vase des fossés, enfouis aux pieds des arbres, brillant dans la vitrine d’une boutique ésotérique et les écouter et les laisser m’apprendre et leur donner l’autorisation de me guider. Et aussi, croquer la grenade et plonger dans ses multiples couches. Davantage Perséphone que Petit Poucet me perdre dans les profondeurs pour mieux connaître l’inconnu.

Cet alignement, ces réparations, elles prennent un sacré temps. On dit des ressources que tu as brûlées, qu’on t’a brûlées, qu’il te faudra au moins le double de temps pour en retrouver. On dit que dans la patience réside la clé pour être en contact avec ton corps dans un monde où tout t’enjoint à le contrôler et à le discipliner. On dit que le temps. Mais qui a encore le privilège du temps ? Le temps est le pouvoir. Le pouvoir a enclenché le compte à rebours. Qui a encore le temps de faire autre chose que survivre ? Si j’ai ce temps, qu’est-ce que ça indique de moi ? Et des luttes que je ne mène pas… Lire la suite « Étudiante et voyageuse de cailloux »

Étendre son humanité

Voilà un message à écouter en reprenant le travail en état de dépression, burnout et douleurs chroniques. ❤️
J’ai remarqué que la dépression peut rendre tellement absorbé.e par sa propre souffrance qu’il en devient impossible de militer, de maintenir le contact avec les ami.e.s, d’aller au devant des rencontres et de ressentir de l’empathie. Ce n’est pas une généralité, mais ça arrive. J’ai perdu des ami-e-s à cause de ça, que ce soit à cause de ma phase dépressive, de leur dépression ou de nos états respectifs.

Ces cartes d’oracle ravivent mon humanité. Lire la suite « Étendre son humanité »

La tempérance

Tu sais que ton centre de gravité est là, solide. Tu connais ces pôles qui t’attirent, t’oppressent ou te tiraillent. Mais bon, tu batailles malgré tout. Entre te laisser flotter sereinement au gré des envies et des impulsions et te plonger dans le feu de tes passions même si elles sont contradictoires, quel est ton point d’équilibre ? Lire la suite « La tempérance »

Par la fenêtre

1. Dans ma chambre d’enfant, je trouve

▫️Une vue à se damner.
▫️ Un paysage à crever d’envie de partir.
▫️ Une campagne dont connaître, reconnaître, découvrir chaque recoin, chaque plante, chaque oiseau.
▫️ Des champs d’où exhumer les histoires, les hameaux aujourd’hui disparus, où rêver les légendes et les contes.
▫️ L’âme d’une enfant mystique, une enfant en colère, une enfant féministe, une enfant idéaliste, une enfant rêvant de justice sociale.
▫️ Le souvenir des livres, des livres et des livres.

2. Dans cette chambre, je me souviens aussi
▫️ Des rideaux qui voulaient m’attaquer la nuit, envoûtants, effrayants, frénétiques.
▫️ Les grognements jaillis de ma poitrine, bruit d’outre-tombe comme unique berceuse tandis que je triturais mes cheveux pour m’endormir. Lire la suite « Par la fenêtre »

Lae Magicien-ne

Il y a une vibe de Mercure « libéré, délivré » dans ces cartes du jour, non? Tu te sens à nouveau en accord avec tes compétences, prêt-e à les affûter, résolu-e à les écouter.
🌟
La carte de la/du Magicien-ne, c’est rarement du style « ouais maintenant tu as toutes les cartes en main, tu vas y arriver ». C’est plutôt: Où/comment vas-tu engager tes talents? Les envies te brûlent des doigts, mais si tu les laisses étinceler comme ça simultanément, elles vont cramer. Le soufflé pourrait bien retomber aussi vite que cette brise fraîche qui t’inspire à nouveau. Lire la suite « Lae Magicien-ne »

L’étoile. Nos corps.

Pour moi. Pour vous.

Tu mérites de l’amour. Tu mérites du désir. Tu mérites du repos. Ton corps est important même avec les effets du trauma et de la douleur chronique. Ton corps a assez d’importance pour être aimé.

Ce n’est pas censé être facile. C’est pas un souci si c’est pas possible pour toi d’aimer ton corps ou si c’est pas un objectif. Il a quand même de l’importance. Il mérite quand même de l’amour. Lire la suite « L’étoile. Nos corps. »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑