Revisiter l’Arcane Majeur. Le Chariot.

Je suis déterminée. Je note deux hashtags: #persévérance et #obstination. Je vais retrousser mes manches. Je vais prendre la licorne piñata par la corne. Je me veux jusqu’au-boutiste. Je (me) prouverai que je peux y arriver.
Ça grouille d’idées dans ma tête. Ça s’active plus vite qu’un article qui fait le buzz. Ça s’agite… ça tempête dans mon cerveau. J’ai des flashs de génie. Je vais alimenter un moodboard inspiré! Cette profusion me file le tournis.

Pause. Je me pose. Des routes. J’ai envie de routes. De part et d’autres du chemin, ça s’entasse: des contre-indications, des amoncellements de plans conçus par d’autres, du sur-mesure qui ne va à personne, des monticules de batteries usées et jetées sans considération, des néons clignotant avec aplomb, des caméras de surveillance guettant mes faux pas, à l’affût de mes hésitations. C’est sans compter les obstacles invisibles par dessus. On m’attend au tournant. Je ne sais pas qui, je ne sais pas quoi. Je sais que j’ai plus envie d’avoir peur. Me faire des films d’échappatoires tous plus glorieux les uns que les autres, j’ai passé ce stade. J’en ai assez d’être une douce rêveuse. Je ne renie pas l’idéaliste, mais je serai avant tout pragmatique. Obstinée oui, parce que je m’en donnerai les moyens. Lire la suite « Revisiter l’Arcane Majeur. Le Chariot. »

L’Inconnu en friche et le syndrome d’Ehlers-Danlos

Un aspect difficilement quantifiable du syndrome d’Ehlers-Danlos (dont le symbole est, comme pour d’autres maladies, traits ou spectres « rares », Le Zèbre), c’est la mémoire et la concentration. Bon, tout est difficilement quantifiable de toute façon vu que les symptômes et la douleur varient énormément d’une journée et d’une heure à l’autre. Mais la mémoire, c’est autre chose. Vous allez directement pouvoir tester mes capacités de concentration avec mon style rédactionnel hihi 😉

img_20190114_1024424867534133691555969.jpg

Je suis bordélique et un peu crado sur les bords. Le diagnostic éclaire en partie ces traits présents depuis toujours (pas facile de ne pas tout analyser à travers le prisme du SED par contre). A cause de l’hyperlaxité de mes mains et doigts, je ne peux maintenir une écriture bien ronde, propre et nette plus de quelques lignes. La douleur s’est ajoutée à la difficulté avec le temps.

Lire la suite « L’Inconnu en friche et le syndrome d’Ehlers-Danlos »

5 de bâtons et de pentacles

T’as aucune certitude et blindé de raisons de flipper. Tout est sans espoir devant toi. Certain-e-s t’affirment que ce n’est qu’une question de volonté. Tu lèves les yeux au ciel. Tu sais bien que non mais t’en as ras le cul de te justifier. Toutes les options envisagées s’épuisent en moins de deux. Les graines que tu plantes pourrissent. Tes herbes médicinales se dessèchent et fanent… La dignité, tu veux bien, mais on fait comment hein quand toutes les institutions, tou-te-s les médecins, tou-te-s les ex-ami-e-s, tou-te-s les membres de la famille décrètent que tu n’en mérites pas et s’obstinent à te la retirer ?

Les cartes s’affichent sans espoir aujourd’hui, chouke. Elles sont témoins. Elles ne font pas semblant.

Mes cuisses

publication initiale sur mon blog Grosse Fem et également disponible dans mon zine « Grosse et fière »

J’aime mes cuisses
Fermes et tendres
Rebondies et musclées

J’aime mes cuisses
Dans leur transparence
Avec leurs creux et fissures
Avec, entre les traits laissés par les lames,
Comme autant de fossés et marécages
Entre les cicatrices,
Les collines de cellulite

J’aime mes cuisses
Quand elles retiennent
La main de mon amante
Tandis que ses doigts
S’agitent s’agitent
Dans mon vagin

J’aime mes cuisses
Quand en quelques minutes
J’ai gravi les marches
Jusqu’à la citadelle
Conquérante et rebelle

J’aime mes cuisses
Même si les accoudoirs des fauteuils
Appuient, s’enfoncent
Tandis qu’elles sont
Contre les standards
Contre l’uniformité
Mes remparts à ces contreforts
Qui oppriment leur gracieux gras

J’aime mes cuisses
Pour leur souplesse
La partie de mon corps
Qui peut s’étendre Lire la suite « Mes cuisses »

Enfant des sorcières qu’on a brûlées

Sur le monceau de cendres, tu attrapes encore.
Sur l’amas de poussières, tu danses.
Sur les ruines du désastre, tu imagines.

T’es pas là pour leur confort
T’es pas là pour la joie
T’es là pour perturber
Interrompre le confort
T’es là pour troubler le sommeil
Qu’ils ne dorment pas sur leurs deux oreilles
T’es là pour hurler à la mort

Ma louve,
T’es là pour emplir leur chaos de ton ordre, tes conditions, tes mots.
La fumée envahi tes poumons.
Tu sais pas combien de temps
Combien de temps tu vas tenir
Combien de temps tu peux respirer dans ce nuage infecté
Tu sais pas
T’en sais bien plus qu’un futur gravé dans la pierre

Pas d’avenir figé,
Mais une conscience de l’héritage
Tu sais ce qu’on a laissé périr
Tu te sais fille des sorcières qu’on a brûlées
Tu sais comment mourir
Tu sais comment hanter
Tu sais qu’ils peuvent pas démolir
Tu sais comment on s’élève du tas de nos cendres
Plus fortes, plus précises
Plus vindicatives
Tu sais qu’ils peuvent détruire
Tu sais comment grandir
Crier, gémir,
Chialer, déverser
Et partager
Sur un terrain ravagé

Lire la suite « Enfant des sorcières qu’on a brûlées »

#tarotcollectif 0. Lae Fou / Folle / Foulle (ou peut-être un autre nom?)

#aufildelarcanemajeur On commence! Pour toutes les infos sur ce challenge, c’est par ici!

Mots-clés

J’ai choisi de me limiter à 5 pour mettre en avant la spécificité de notre propre interprétation des cartes. Voici les premiers mots auxquels je pense ainsi que ceux que j’ai relevés dans les livres consultés : Insoucianceprise de risque (et inconscience par rapport au danger) – curiosité – saut dans le vide – commencement – liberté – inconscience (des normes et attentes sociales) – excitation mêlée à la peur (ou la totale absence de celle-ci) mêlée à la naïveté – spontanéité – émerveillement – nouveauté – ouverture – « vocation » (je n’aime pas ce concept qui arrange tout autant le patriarcat et le capitalisme) – abandon/lâcher prise/confiance – univers/cosmos

Mes 5 préférés sont en gras.

J’en profite pour relever comment certain-e-s ont renommé la carte : The Fledgling (Slow Holler) qui désigne à la fois l’oisillon qui s’apprête à voler pour la première fois et une personne inexpérimentée et/ou débutante, La jeune femme (The Slutist pour des arcanes majeurs autour de la sexualité et de l’autonomie sexuelle), Innocence (Thea’s Tarot) Lire la suite « #tarotcollectif 0. Lae Fou / Folle / Foulle (ou peut-être un autre nom?) »

#tarotcollectif : au fil de l’Arcane Majeur

Et si on se lançait dans une relation passionnée avec les lames de l’Arcane Majeur? Ou bien si, encroûté-e-s dans nos habitudes, on rafraîchissait nos connaissances de celles-ci?

D’où ça sort?

Avec Le Monde comme carte de l’année 2019, c’est la carte portant le numéro 21, celle de l’intégration des leçons des 21 autres cartes, qui s’offrait à moi. J’ai sorti mon Rachel Pollack, un bon livre sur le tarot qui est traduit en français je crois, afin de m’en rapprocher.

Ça m’est tombé dessus: j’ai réalisé que ma connaissance de la symbolique de l’Arcane Majeur est limitée. Tout d’abord, je n’en fais pas de secrets, je suis plus à l’aise avec les 56 lames de l’Arcane Mineur. Et puis, en fait, lorsque j’ai lancé mon apprentissage du tarot il y a 3 ans, je travaillais avec un tarot abstrait, le Wild Unknown Tarot. Il a placé les bases d’une relation très intuitive avec les 22 « grosses » cartes, mais peu de renforts théoriques.

J’ai toujours bloqué sur le côté figé des cartes de l’Arcane Majeur. Confrontée à des interprétations du Tarot de Marseille – un jeu qui ne me convient pas davantage aujourd’hui – je boudais. Elle n’invitait pas à les remettre en question ou à les soumettre à évolution. Or, pour des cartes binaires, aux accents sexistes, comme l’Impératrice et l’Empereur, avec des symboles de concept et d’autorités religieuses et politiques, j’estime que c’est nécessaire. Pas vous? Et me voilà depuis lors braquée par rapport à ces lames. Fascinée mais méfiante.

Pour aller plus loin:
Mon article sur la queerisation du tarot (en anglais) et ma vidéo de trucs et astuces pour apprendre le tarot.

J’ai plein de tarots dont l’imagerie et la queerisation m’ont réconciliée avec l’Arcane Majeur. Ça fait que je n’ai pas pris le temps de me pencher sur certains thèmes et symboles qui me titillent désormais. Alors comme ça la carte du Monde reprend les éléments de la roue de la fortune mais en plus aboutis? Les signes astrologiques fixes ont été choisis comme référence aux 4 éléments, qui eux-mêmes introduisent aux épées, coupes, pentacles et bâtons? Ainsi donc la version du Waite-Smith symbolise les cycles, l’intégration et les aboutissement avec une couronne de laurier ornée de symboles de l’infini? Pourquoi beaucoup de version plus récentes ont abandonné cette plante de protection pour le serpent qui se mord la queue, l’ouroboros?

J’ai besoin d’une stimulation pour revisiter l’Arcane Majeur! J’ai aussi rencontré pleiiiin de gens qui voudraient se mettre au tarot, ne savent pas par où commencer, ont besoin de soutien, etc. Comment combiner? Quoi de plus évident qu’une sorte de challenge, spécialité de certains réseaux sociaux, pour se familiariser ensemble avec les Arcanes Majeurs? On embarque ensemble pour ce voyage? Ça te dit? Voilà le programme! Lire la suite « #tarotcollectif : au fil de l’Arcane Majeur »

Bonne année « Le Monde »

Happy « The World » year to me!
Je ne me sens pas du tout à la hauteur de cette carte pour l’année 2019, mais si elle est sortie, c’est pas pour rien ! Elle était apparue dans le tirage de Power Femme Tarot à Samhain, déjà insistante pour la nouvelle année des sorcières. Je me suis en partie planquée de cette carte pendant deux mois. Le Slow Holler me rappelle à l’ordre.
Je vais faire le point les cartes de 2018 sur le blog un de ces quatre. Et puis, attendez-vous à m’entendre parler de la carte que j’ai tatouée sur l’avant-bras, la première que j’ai publiée sur Instagram, sans doute ma préférée des 78 lames du tarot, Le Monde, rien que ça, en 2019. 💖

4 d’épées et L’impératrice

L’isolement a conduit à l’accumulation. Tous les recoins de ton esprit sont empoussiérés. Tu ne profites plus de ce temps si précieux dont tu avais besoin pour toi-même. Il te bouffe. Cette solitude qui devait te régénérer est devenue une cage. Tu es pris-e à son piège.

L’Impératrice t’éclaire une ouverture: plus de conscience dans ce qui tu fais. Yel te demande d’envisager des reconnexions: à tes ami-e-s, à ton corps, à tes cartes de tarot, à ton écriture, à tes potions et autres recettes,… Yel te propose de nettoyer et de purifier, y compris dans les coins, là où la poussière s’est accumulée. Yel te propose d’accueillir sa torche dans ta vie poussiéreuse. Lire la suite « 4 d’épées et L’impératrice »