Tirage de la (roue de l’)année

Les grands tirages avec plein de positions prédéterminées, ça fonctionne pas trop pour mes tirages personnels. Seulement avec la lune sombre il y a deux semaines, un mois après avoir tiré une carte de tarot, quelques runes et cartes d’oracle pour m’accompagner en 2019, j’ai voulu profiter d’Imbolc, la célébration des petites pousses et des intentions à planter, pour tenter un tirage de l’année.

Je voulais aussi en profiter pour retravailler ma roue de l’année. Telle qu’on la connaît aujourd’hui, elle est une reconstruction néopaïenne occidentale. Je ne suis pas wiccane. Je la trouve utile (et nécessaire dans ma pratique) pour observer les cycles, suivre les saisons, sentir ses rythmes et résistance. Mais surtout, à adapter à notre sauce. Par exemple, mes « allergies » liées au syndrome d’Ehlers-Danlos battent leur plein entre juillet et octobre. La partie « lumineuse » de l’année, perso, je la vis très ermite. En ce qui concerne les associations avec les éléments aussi, tout est plus complexe dans nos pratiques que dans les théories de la roue de l’année. Même chose pour le timing des célébrations. J’espère donc tirer l’inspiration de mon tirage « de l’année » pour actualiser ma roue de l’année : éléments, plantes, couleurs, rituels, divinités et autres archétypes, etc.

Comment ça marche ?

Au centre, mes cartes de l’année.
Une carte du Slow Holler pour chaque point sur la roue : Imbolc, l’équinoxe de printemps, Beltane, le solstice d’été, Lughnassad, l’équinoxe d’automne, Samhain, le solstice d’hiver. Elle cherche à cerner l’état d’esprit de cette célébration pour 2019.

Entre chaque point, une carte que j’associe la nouvelle lune (semence ou jeune pousse, intention) et une autre pour la lune sombre (la fin du cycle, l’énergie de la fleur flétrie qui retourne à la graine, le lâcher prise, l’expiration). Je veux laisser ces cartes m’inspirer et me travailler, les garder à l’esprit dans les 6 semaines qui séparent chaque étape (enfin, grosso modo, car pendant certaines périodes l’énergie d’une célébration peut me poursuivre tout un cycle lunaire). Je n’ai pas vraiment de planning. Pour l’instant, les cartes qui sont apparues revenaient aussi dans mes autres tirages du moment. Je le lis avant tout comme une nécessité de prendre leur message en compte véritablement et de ne pas multiplier les tirages. Ainsi, l’eau et le feu de La Tempérance (du Wild Unknown) sont souvent associés aux déesses d’Imbolc (en particulier Brigid). C’est une carte qui m’accompagnait aussi l’année passée à cette période. Elle se fera immanquablement une place dans ma roue de l’année.

Pour ces cartes, j’ai aussi choisi des tarots que j’utilise à certaines saisons ou qui m’y font penser. C’est déjà un élément important pour ma roue.

Conclusions ? Je ne suis toujours pas convaincue. Je ne sais pas si je vais pouvoir me traîner un tirage aussi complexe sur un an. Je ne sais pas encore comment je vais traiter ces informations. Mais c’était une chouette expérience (physiquement difficile car je m’y suis mise tard un jour de douleurs). J’espère pouvoir débriefer plus amplement bientôt.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s