L’Ermite. Somnolence

L’Ermite. Tu n’es pas perdu.e tant que tu sais qu’au fond de l’hiver, tout incube. Tu n’es pas perdu.e tant que tu conçois la régénération comme un oubli des règles, des itinéraires et du contrôle. Ton errance, c’est un trajet aussi.

Dans tes rêves, tu flottes à quelques centimètres du sol. Les hiboux aussi, sans battre des ailes. Sans même en prendre conscience, tu parcours des distances considérables en défiant la gravité. Parfois, les distances parcourues en rêve valent plus que celles qui provoquent des ampoules aux pieds.

Parfois, la somnolence éveille des parties de nous et de l’univers qui ne pouvaient être laissées à l’abandon plus longtemps.
Souvent, ces processus se heurtent à une incompréhension généralisée. Sauras-tu te fier à ta boussole interne ou préfères-tu t’en tenir aux règles et aux qu’en dira-t-on ?

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s