Spiritualité et privilège blanc. Début de réflexion

J’ai commencé ma série de vidéos sur Hekate. J’en profite pour parler de privilège blanc par rapport à la visibilité de la spiritualité.
J’ai encore beaucoup d’appréhension car j’ai été active dans les milieux féministes, d’un point de vue professionnel ou militant, pendant plus de 10 ans. Je suis consciente que sortir du placard à balai me vaudra, de la part de certaines, de la condescendance ou de l’incompréhension. La spiritualité féministe est souvent considérée comme une lubie ou le signe d’une instabilité sous-jacente (oui….et?).

Le côté laïcard étroit d’esprit n’est pas l’apanage du féminisme, loin s’en faut. Seulement, c’est mon milieu, ma communauté, mes ami.e.s, ma vie. Ce sont ces personnes dont le jugement m’atteint. Je le redoute en parlant ouvertement de spiritualité (pas de religion, c’est toujours pas mon truc et ça ne le sera jamais).

Ces craintes ne doivent pas me faire oublier que, si les oppositions farouches à la spiritualité peuvent me mener à un certain isolement, ça n’est pas grand-chose par rapport aux violences islamophobes et antisémites qui mêlent arguments anti-religieux et racistes. En tant que blanche, fière apostate (oui, on peut se faire débaptiser) ayant été élevée dans la religion (dominante !) catholique, je n’aurai sans doute pas à subir autre chose que de la désapprobation, rien de systémique quoi. J’essaie d’articuler mes privilèges, ma spiritualité et un positionnement affirmé contre l’islamophobie et l’antisémitisme. Je réfléchis aux formes que ça peut prendre.

Je trouve que ça manque sur Instagram où la tendance dite witchy surfe allègrement sur l’appropriation culturelle et se centre sur l’expérience des femmes blanches. Ce faisant, des formes de spiritualité (plus ou moins consuméristes et plus ou moins axée développement personnel et marche au pas de la productivité capitaliste) gagnent en respectabilité au rythme de leur blanchisation. Pendant qu’on, blanc.he.s, peut se permettre d’afficher notre spiritualité ou nos pratiques magiques qui est structurellement affecté par des oppressions liées à des convictions spirituelles ?

Ainsi, des personnes portant le foulard sont agressées, privées d’enseignement et d’emploi en raison de la supposée visibilité de leur religion. Que fait-on contre ça ? C’est pas la pensée positive qui changera les choses. Les positive vibes only du déni excluent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s