Le Soleil en quelques textes

Quelques impressions publiées fin 2019.

1. La leçon du Soleil dans le tarot est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Tant de rayons, tant d’éclat, tant de lumière à renvoyer, à diriger.
Même dans sa dimension la plus simple qui nous demande de profiter, de (se) faire confiance, d’irradier la confiance, Le Soleil nous met au défi. Une carte qui nous ramène à ici maintenant quand on se sent éparpillé.e, sollicité.e, indécis.e.
Alors, on regarde les rayons qui tombent sur le tapis de feuilles dorées. On s’émerveille devant le saule pleureur, flamboyant avant de se mettre en berne. On cherche l’inspiration du soleil dans les petites choses.

wp-15811741952481564566911098791012.jpg

2. Quelle carte amusante qui revient régulièrement pour les tirages du jour en cet hiver morose! Justement, parce que c’est morose (enfin ici, c’est même la tempête), Le Soleil semble nous rappeler à l’indulgence envers nous-même.
Pas de grands objectifs, pas de pression tandis qu’on s’accroche déjà pour faire face aux virus, pas de culpabilité quand on s’effondre. Essayer de se laisser profiter. traîner devant netflix toute la journée. regarder tous les Harry Potter ou les adaptations télé des romans de Jane Austen. Boire du chocolat chaud et passer des heures au téléphone avec mes ami.e.s qui sont loin. Rédiger des lettres ou des longs mails. Faire des bricolages ou créer/fabriquer sans autre ambition que d’allumer une lanterne dans l’hiver: bougies, encens, collages, cake pommes-cannelle, etc. Regarder les vidéos des youtubeuses qui ne nous donnent pas envie d’acheter, de créer, de bousculer notre vie (pas aujourd’hui), mais juste qui nous font nous sentir à l’aise avec qui on est et ce qu’on a, là tout de suite.
OK, Le Soleil est plutôt gnangnan aujourd’hui. Mais c’est dimanche, la crève est partout, le vent tempête sur les fenêtres, alors oui on va simplement essayer d’être dans l’instant présent.

Many moons ago, a golden pheasant came living in the woods around here during autumn. It’s a domesticated species. His presence was a mystery. I marveled at the phoenix-like creature during several months. It’s apparations came hand in hand with my own rebirth from the ashes.
I admire the carefree attitudes of pheasants in general. They’re everywhere in the fields these days. Very friendly. Hunters release them all well-fed in order to lazily shoot them. Drunk and stupid, they don’t manage to kill many of them. I hate hunters.
I love pheasants. I love how they fly loudly to sleep perching in trees, when the sun sets, whatever the season, usually a few minutes before the owls take flight for their hunting trips.
This morning they screamed, when the sun rose, happily strutting around in the fields.

This story with The Sun is not so much a happy story. It’s about how humans can torture, kill, use power and unfairness, destroy. It’s about the dignity the pheasants show, facing human cruelty. It’s about hunt as the riches’ leisure. It’s about how difficult it is to rejoice under the sun rays while we destroy. It’s about how we keep on keeping on. It’s about dignity I guess

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s