Comment apprendre le tarot: les cartes qui font peur

Les cartes les plus terrifiantes font partie intégrante de ton apprentissage. Toutes les cartes ont de multiples facettes. Oui toutes. Aucune n’est aussi simple qu’il n’y paraît de prime abord, en ce compris les plus « positives ».

Mais les cartes qui te foutent les jetons demeurent difficiles à appréhender. C’est bien beau de dire qu’il faut affronter ses parts d’ombre et ses peurs, que c’est comme ça qu’on avance et tout le blabla. En attendant, tes terreurs sont là pour raison. Faire péter tous les verrous d’un coup ne va pas forcément te « guérir », mais plus probablement générer un énorme stress ingérable, libéré avec tous les traumas.

Comment te confronter progressivement aux messages des cartes effrayantes ? Quand c’est possible, tu peux relativiser les peurs qu’elles suscitent. Même si tu redoutes le 9 d’épées, son message n’est probablement pas l’annonce de cauchemars qui te hanteront pendant des mois, et plutôt un rappel que tes angoisses sont bien présentes. Le tarot se fait alors témoin. Il t’aide à écouter cette douloureuse part de toi. Je ne souhaite pas édulcorer le 9 d’épées (ni la plupart des cartes d’épées). Ça fait sérieusement mal de devoir en passer par là ! Mais, à la manière de la Tour qui s’effondre permettant à travers la démolition de s’émanciper des structures et de se réinventer, les cartes les plus sombres sont des ouvertures. Elles portent peut-être plus encore que les autres cartes le potentiel d’être des portails. Au minimum dans ton esprit !

Tu es face à la perte, au chagrin ou au deuil avec le 5 de coupes ? Ça fait mal ? Oui, mais… n’avais-tu pas affreusement besoin d’ouvrir la vanne pour libérer toutes ces larmes ? N’est-ce pas aussi un soulagement de recevoir une autorisation à pleurer transmise par le tarot ? Comme la possibilité d’un contenant pour ta tristesse.

wp-15900635953391895962226825254720.jpg

Les facettes effrayantes des cartes ne résument pas leur complexité. Elles en font partie. Peu à peu, tu découvriras qu’elles ont le pouvoir de t’aider. A ce propos, je défends dans cette vidéo sur les épées l’idée que toutes les cartes n’ont pas un éventail de significations entre une polarité positive et une autre négative (ou toute autre polarité). Leurs ramifications fonctionneraient plutôt en arborescence.

Se passer des cartes qui foutent les jetons ?

Le tarot est une structure. C’est un ensemble. C’est un tout. On déconseille souvent d’enlever des cartes d’un jeu pour ne pas altérer cette structure. Enfin, ce « on », ça doit être des gens grave privilégiés qui ont le luxe de pouvoir faire face à la totalité de ce qui les terrifie d’un coup. Recourir au tarot dans une optique féministe, prenant en compte les traumatismes (résultant généralement des systèmes racistes, sexistes, classistes, grossophobes, handiphobes, transphobes, etc.), intègre l’impact des violences dans nos vies. Si une carte est trop affreuse pour toi à un stade précis de ta vie, t’as pas à céder à l’injonction à « faire du travail des ombres » pour devenir « la meilleure version de toi-même », t’as pas à te soumettre à un rythme productiviste pour ton évolution perso, t’as pas à trouver des pansements qui s’appliquent sur tes blessures pendant que tu continues à te prendre des coups de partout. Si une carte ou un jeu de tarot sont trop trashs pour toi en ce moment, toi seul-e peut décider si tu vas lui faire face ou la déposer au fond d’un tiroir le temps de…

wp-15900636650603212339621138498503.jpg

Le conseil de Tata Cathou : J’ai vécu une bonne partie de mon existence dans un état de dissociation par rapport à des traumatismes. Malgré tous les flashs, tous les signaux, toutes les thérapies, je n’arrivais pas à accéder à la source. Même quand les traumas remontaient avec une grande limpidité, je m’en détournais.

Le tarot m’a apporté les outils, le cadre et les rencontres pour y accéder. Je pense que je suis arrivée au tarot parce que j’étais enfin prête pour ça (et pas l’inverse, ce n’est pas le tarot qui m’a rendue prête). Toutefois, il n’existe pas une expérience unique du tarot.

Dans l’idéal, et c’est souvent le cas, le tarot ne te fourre pas le nez dans des choses que tu n’es pas prêt-e à voir, le tarot respecte tes mécanismes de protection, il s’aligne sur tout ce que tu as dû mettre en place pour survivre à un monde violent. C’est un outil, pas de la dynamite ! Il peut se révéler puissant. Mais la puissance, c’est toi, avant tout. Si le tarot ou un-e cartomancien-ne t’ôte ta puissance ou ton libre-arbitre, c’est que ça pue là, sérieux. Faut que tu te tires bien vite !

3 réflexions sur « Comment apprendre le tarot: les cartes qui font peur »

  1. « Même si tu redoutes le 9 d’épées, son message n’est probablement pas l’annonce de cauchemars qui te hanteront pendant des mois, et plutôt un rappel que tes angoisses sont bien présentes. Le tarot se fait alors témoin. Il t’aide à écouter cette douloureuse part de toi.  »
    En effet, ça fait beaucoup écho à des évènements récents pour moi ! Lors du passage de Mars dans le deuxième décan de Gémeaux, qui justement est associé au Neuf d’Épées, la carte est souvent sortie lors de mes tirages. Et ça se faisait effectivement témoin de ce qu’il se passait, avec parfois des encouragements à ménager mon sommeil, prendre soin de moi, faire le taf d’introspection nécessaire, mais je l’ai pas mal vécu ou vu comme un présage malheureux. C’était juste… lucide ?
    Merci pour cet article ! ❤

    J'aime

    1. Je ne connais pas les associations cartes/décans, mais c’est vrai que ça aide d’appréhender les associations cartes/transits avec le 8, le 9 et le 10 d’épées comme Jupiter en gémeaux, mars en gémeaux et le soleil en gémeaux. J’ai l’impression que ça nous dit: oui parfois le mental nous emmène dans des terrains cabossés et parfois quand une logique qui paraît imparable nous fait broyer du désespoir c’est pas tant que la situation est désespérée que notre logique est enrouée dans les moulins de l’air (un truc comme ça quoi), mais avec du temps, du recul, de la tendresse, tout ça peut désescalader. Peut-être que la modalité mutable du gémeaux est un rappel que si l’angoisse est bien présente, « this too shall pass ». Quand c’est vraiment une affreuse merde (en tout cas, avec mon soleil en gémeaux sous ses aspects les plus bavards, disons, je me mets parfois dans des situations dramatiques style 10 épées dans le dos), les cartes sont témoins, tandis que la réponse peut être ailleurs, dans les autres suites, ou dans l’invocation des autres éléments comme tu l’as fait. Genre l’ancrage de la terre ou des pentacles, c’est mon remède à tous les coups contre l’emballement des dernières cartes des épées.

      J'aime

      1. le « quelque chose comme ça », ça donne enroué plutôt que enrayé, mais c’est un joli lapsus pour des cartes associées aux gémeaux et pour toutes les petites voix qui s’emballent, qui tempêtent, qui s’éreintent dans ces trois cartes.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s