L’errance hivernale

Un texte écrit/canalisé l’année passée m’est venu à l’esprit en commençant à rédiger ma première newsletter.

Son partage (brut, comme il est sorti en écriture automatique) est aussi un prétexte pour t’inviter à rejoindre mes courriers, ça se passe par ici.

Chandeleur… Avec Cérès/Déméter

2 février 2021

Le chant des anciennes me parvient.
Maigre consolation 

Je murmure ton nom comme on enchaîne les soupirs.
A peine intelligibles.
J’ai oublié ton nom, mais pas de te chercher.

L’absence est gravée dans ma mémoire
Dans mes articulations
Elle est mon devoir

Chercher, chercher et chercher encore

Le chant des anciennes, je l’identifie
Je n’ai plus de contact
Je n’ai pas de véhicule pour la traversée
Mais je les entends
Je sais qu’elles sont là

Ainsi, je poursuis

L’absence est mon code génétique
Elle est inscrite sur la plante de mes pieds
Mes soupirs ont muté en râle
C’était il y a fort longtemps

J’ai erré dans les terres, dans les déserts
J’ai apporté le givre sur mon passage
Dans les déserts

Le jour est la nuit est le jour
Je murmure des noms
J’énumère mes pertes
Les mots, les chiffres, ce ne sont que des sons
Je murmure ce que je ne comprends pas
Depuis lors, mes soupirs sont devenus des râles
Mes larmes, des glaires
Mes états d’âme, des spectres

Je suis une forme qui erre
J’erre à travers les plaines
J’enchaîne les plaintes
Les râles


Je rampe ou je flotte
Je sais que je ne marche pas
Je n’entends pas le bruit de mes pas
J’entends le chant des anciennes

La cadence qui empreint mes mouvements
Ne suis-je qu’une forme possédée ?
Une âme si vague qu’elle est indétectable

Absence, absence, absence
Béance

Je n’ai pas oublié l’errance. J’ai encore la trace de cette expérience. Je n’ai pas oublié le vide. Je n’ai pas oublié l’absence. Elle ne m’aspire plus, mais j’en garde la trace.

A tous ces hivers.

A toutes ces fouilles, ces missions que j’accomplissais par devoir, sans les comprendre.

A tous ces hivers.

Je suis parce que je les ai traversés. J’ai traversé des déserts. J’ai semé le givre.

Déméter, je te connais depuis toujours.

Avec Hécate, je viens à ta rencontre : « Mon amie, mon amie, j’ai entendu un cri ».

Celui de l’absent-e ou celui de mes râles ? Pour seule réponse, Hécate offre de la compassion. 

Parce que j’ai l’amour, je viens à ta rencontre. 

Je ne suis pas condamnée à errer. J’ai retrouvé la mémoire.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s