Aller plus loin dans sa relation avec les cartes

La question revient beaucoup: comment aller plus loin? Ma réponse est du genre dédramatisante: il faut d’abord faire descendre le tarot de son piédestal. Il faut le ramener à un niveau où on peut engager un rapport décomplexé avec lui.

Désacraliser le tarot

Bien sûr, il y a beaucoup de sacré dans ma relation au tarot. Mais ce n’est pas une obligation. Et surtout passer par une désacralisation du tarot dans son ensemble, ça nous rapproche de chacune des cartes. De cette relation renouvelée, pourra grandir une conception du tarot plus personnelle. Si elle doit être sacrée, elle le sera pour nous et pas « comme il faut selon les livres, les enseignant.e.s, etc. » Si elle doit être on ne peut plus banale, parfait, pourquoi pas?

L’éventail des applications du tarot est riche. On peut en balayer beaucoup ou opter pour ce qui nous convient le mieux. Tu connais ma seule règle? Ce qui compte, c’est de se réapproprier le tarot! Il faut qu’il résonne pour nous.

Je développe des exemples pour aller plus loin dans cette relation en vidéo. Dans cet article, j’en reprends brièvement la trame.

Mouais, merci syndrome d’ehlers-danlos, le long texte dont je rêvais est resté dans ma tête. A ce stade, vous avez l’habitude que je finisse par poster des brouillons faute de cuillères.

Je vous explique aussi pourquoi derrière mon expression désinvolte « tirer les cartes pour tout et n’importe quoi » se cache un principe du tarot beaucoup plus profond.

Éveiller ses sens et connaissances en sortant son tarot

Il est temps de sortir son tarot de ses jolis pochons. Pour cet exercice, pas de belles nappes de tirages, pas de mise en place qui passe bien sur les réseaux sociaux. On sort le tarot!

Je profite de cet article fourre-tout pour signaler que le sujet est abordé dans un épisode du podcast La Pépite, le tarot pour entreprendre ta vie qui s’intitule 24. Cathou Tarot, partie 1 : esprit libre du féminisme et exploratrice tarologique hors les murs.

Lire les cartes pour d’autres

Tirer les cartes pour tout et n’importe quoi

Faire parler les cartes (qui ne nous parlent pas)

Méditer

La clé: être dans le présent, dans son corps, dans le lieu avec le tarot

Alors, maintenant qu’on a désacralisé le tarot, il faut que je vous explique… Une fois que le tarot n’est plus ce truc impressionnant qu’on sort pour les grandes occasions, quand on est au top de sa forme, quelles utilisations ? 
Dans ma vidéo, Le « tarot pour tout et n’importe quoi », c’est pour transmettre l’idée que vous pouvez dédramatiser votre conception du tarot pour 1/ élargir votre éventail d’interprétations pour une carte 2/ développer vos propres réflexes et votre propre gamme sensorielle avec la carte3/ ne pas être paralysé.e devant des grands tirages trop impressionnants ou dont vous n’avez même pas besoin, etc etc etc.

Mais il y a aussi quelque chose de plus profond. Ce sont particulièrement les cours de Lindsay Mack qui ont apporté ça à ma pratique. En étant réceptive à ce à quoi les cartes m’invitent à un instant précis, bein justement je suis dans l’instant. 
Je suis pas/plus en train de me projeter avec un gros tirage (ce qui honnêtement peut devenir rapidement angoissant ou activer des traumas). Je ne suis pas en train de ressasser un vieux tirage (ce qui à un moment peut empêcher d’avancer parce qu’on a juste dépassé ce tirage, on est juste plus au même endroit dans notre vie). 

Avec cette approche, on se rappelle qu’on évolue constamment et que c’est OK. On se rappelle que les choses bougent autour de nous, que les messages qu’on reçoit aussi.
 (je précise quand même que ça sert toujours autant à rien (d’autre que de stresser quoi) de tirer les cartes 150 fois avec une même question en attendant de lire ce qu’on a envie de lire et en balayant tous les messages qui vont pas dans notre sens.) 

Etre dans l’instant, c’est pouvoir faire de la place pour ce stress, pour les rythmes de la vie, pour notre propre rythme, pour le fait de ne pas avoir toutes les réponses, pour vivre avec le fait que parfois ça stagne et c’est juste un truc à traverser

Ça nous permet aussi de simplement s’octroyer une pause pour faire le point sur ce que l’on ressent. Dans le tarot de l’âme de Lindsay, c’est « checking in ». Alors, comment je me sens, non mais vraiment ? Mon cerveau fonctionne à fond tout le temps, mais sous le brouhaha, est-ce qu’il y a autre chose ?

Et là, la méthode du tarot pour tout et n’importe quoi, c’est en fait une porte ouverte pour plus de présence dans l’instant, plus de conscience de ce qu’on ressent, ce qui nous entoure, les signes, l’Invisible,…

Je vous explique ici comment je traduis ce que j’ai appris du tarot de Lindsay Mack dans ma pratique. Ce que j’aime, c’est qu’elle part de son vécu de survivante aux traumatismes. Le trauma, c’est souvent un truc qui nous empêche d’être dans le présent. Dans mon cas, longtemps, c’était difficile d’être dans le présent sans certaines formes de dissociation. Il y a aussi cette hypervigilance du post-trauma. dur d’être dans le présent quand l’esprit nous rappelle toujours que le pire pourrait très bien se re-produire.
On a également différents degrés d’anxiété qui peuvent nous faire rejouer dans nos têtes ce qui s’est déjà passé ou bien flipper à l’idée de pas savoir ce qui pourrait se passer (c’est pour ça que beaucoup de gens viennent au tarot dans cet espoir de révélations prédictives… Mais en vrai ça ne fait que nourrir la peur de l’avenir ou celle de ne pas savoir).
C’est autant de raisons pour lesquelles pouvoir sortir son tarot à tout instant pour tirer une carte qui nous ramène là tout de suite, ça fait du bien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s