Dagaz: Si je ne peux pas danser…

Danse ! Écoute ton coeur et danse. Écoute les constellations, les générations, les luttes à venir et danse ! Ne laisse personne te dire « c’est comme ça ». Conteste l’arbitraire, même quand plus personne n’ose le faire. Recherche les partenaires de dancefloor qui se soulèvent aussi.
Emma Goldman disait: si je ne peux pas danser, je ne veux pas faire partie de cette révolution.
Oui mais… les conditions sont dures. Lire la suite « Dagaz: Si je ne peux pas danser… »

20. Le Jardin

Avec le Petit Lenormand, tu te surprends à rêver d’un Jardin. Il annonce les covens à venir. Précurseur d’un sens neuf de ta communauté, il t’invite à faire confiance. Il suggère que tu te prépares, que tu comprennes ce qui foire habituellement et pourquoi.

Il te demande d’ouvrir la possibilité en toi. La possibilité de rencontres. La possibilité de dépouiller ta vision de la communauté avant de l’élargir. La possibilité de te remettre en question. La possibilité de pardonner si c’est dans ta pratique. La possibilité de hurler, de laisser siffler le trou béant dans ta poitrine, quand tu penses aux trahisons, aux personnes qui te manquent, à l’image qu’elles se sont faites de toi sur laquelle tu n’as plus aucun levier d’action. Lire la suite « 20. Le Jardin »

Cartomancienne et conteuse. Le grand jeu de Mlle Lenormand revisité

Cartomancie old-school à moitié revisitée avec cette précieuse antiquité de Grand Jeu de Mlle Lenormand.

img_20190612_105620_6981747239766805570099.jpgÇa vole pas bien haut. Le registre de la séduction s’épuise. Après le grands sourires, les « je vois tout à fait ce que tu veux dire », les « c’est ça quoi » et les minauderies, quand les masques tombent, il ne reste que les coups bas. On s’arrache les miettes qu’on peut encore sauver. C’est à celui ou celle qui se tire avec le plus vite.

La personne la plus rapide use de plus de fracas. Elle gère les froufrous. Elle en met plein la vue. Poudre aux yeux! Elle dissimule ainsi ses lacunes, voire ses manipulations. Ça passe crème. On lui déroule le tapis rouge partout. La renommée, les likes, les vidéos, les articles,… Ça séduit, ça attire et ça se gausse des personnes écartées par ces procédés pas franchement classes. L’audace paie tout comme les belles paroles. Lire la suite « Cartomancienne et conteuse. Le grand jeu de Mlle Lenormand revisité »

Tirage collectif. Autour du 5 d’épées

💮Tirage collectif du jour💮
On t’implore de prendre parti. On te force à te positionner. La vérité, c’est que t’en touches pas une sur ces questions. Puis, de toute façon, t’as autre chose en tête. Un éventail de choix se présente à toi. Il n’a rien à voir avec les options qu’on cherche à t’imposer. Tu étouffes dans cette foison de querelles, de rumeurs et d’impasses. Tu sais qu’on te propose des miroirs aux alouettes, mais tu ignores comment leur tourner le dos. Tu étouffes. Ça t’épuise.
Tes propres choix s’amenuisent. En tout cas, tu as l’impression que tout ça restreint ton horizon.
🍃
Mais… Regarde! Lève les yeux. Porte le regard au-delà des tracasseries qui enflent. Là, la lune, tes rêves, ta voie, ton talent ! Écoute plutôt ce dessein. Il y a du mouvement. Des choses se mettent en place. Ne laisse ni les plans foireux ni les rageur.ses t’en détourner trop longtemps. Écoute cette voix. Branche-toi. Aide-la à couvrir celles qui te parasitent.

Oracle. Structure: si tu aimes quelque chose, libère-la !

En mode soleil et uranus en conjonction en taureau ♉ (regarde ce qu’écrit Chani Nicholas là-dessus).
🎆
Quand tu es trop planplan dans tes structures, quand tu es trop à l’aise dans les zones de confort chèrement acquises, tu peux avoir l’impression d’avoir tout à perdre si tu laisses s’échapper quoi que ce soit. Pourtant, il est temps là. Ne laisse pas ce que tu aimes s’ankyloser dans l’inertie de ton confort. Libère. Lâche, laisse s’envoler, partage, offre! N’enferme pas sous verre ce qui te fascine. Ça y perdrait ses couleurs. Et toi, ta capacité à t’émerveiller sur d’autres choses. Ces structures n’étaient pas faites pour durer. Tes étincelles font des émules.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

7 de bâtons etc. Fuck the pain away.

Tu aurais cru que ça leur passerait. Ça crache encore.
Tu aurais cru qu’yels deviendraient indifférent.e.s à la longue. Ça te met encore des bâtons dans les roues.

Pourquoi est-ce que ça te collait à la peau, de devoir lutter en te démarquant pour exister? T’as pas grand-chose à en dire, t’as plus l’impression de jouer ce jeu-là. On se blinde comme on peut. Les atypiques, on s’en sort avec les moyens du bord. Pourquoi ça te poursuit ?

Parfois c’était de la provoc, parfois c’était de la survie, parfois c’était que t’aimais dénoter,… T’as dû te battre au mépris, parfois, de ton intégrité T’es plus dans cette cour. Tu veux plus y être.

Mais, en fait, tu brilles toujours trop fort pour quelqu’un.e. C’est jamais passé. Il y a toujours quelqu’un.e pour juger que c’est trop. Toujours quelqu’un.e qui éprouve le besoin de te remettre à ta place. Quelle place au juste ?

 

Lire la suite « 7 de bâtons etc. Fuck the pain away. »

Écriture magique

Pendant longtemps, je me suis retranchée dans l’écriture automatique pour me dire vraiment. Comme pas grand-monde ne me lisait, personne ne me connaissait.

Mais je disais quoi au juste? Ce qui ressortait de ces automatismes était intense. C’était aussi détaché de moi. Je ne savais pas quelle réalité donner à mes écrits. Je ne pouvais pas. Je disais tellement. Je ne disais rien de tangible. Rien que de l’occulte.

J’y voyais une façon de laisser l’inconscient se déverser dans le stylo. Des messages qui viennent de loin. J’étais plutôt dans cette optique thérapeutique. Pas du tout dans le volet « spiritisme » de l’écriture automatique.

Mais avec le recul… il y avait vraiment un travail de médium vis-à-vis de ces contenus: souvenirs, contes, déesses, monstres, mémoire transgénérationnelle, mémoire de lieux,…

Lire la suite « Écriture magique »

Ostara. Choix + ancre.

Petit Lenormard. Les choix, les carrefours, les lanternes d’Hécaté. Les chiens à nos côtés. Sortir de l’ombre. Remonter les souterrains, comme Perséphone. Ancrée grâce à ce lien invisible avec la terre et avec les Enfers qui ne peut être défait. Les grains de la grenade comme gage de fidélité à l’obscur. Venir à la lumière, c’est aussi accepter de ne pas vivre le nez dans les traumas. Ne pas être obsédé.e par le contact avec les ancêtres et notre passé. Ne pas vivre pour la réparation. Ne pas chercher à démêler non-stop des pelotes alambiquées. Ostara accorde des pauses dans ces processus. Créatives. Détachées. Oui, on peut être détaché.e et se sentir ancré.e. Gage de stabilité.