2 de disques. Visions d’orage. Célébrations des Moissons

Août 2021


Sur la pointe des pieds entre les mondes
Les chevilles embourbées dans des perspectives eschatologiques
Sur le fil des contradictions, pas d’évasion
Pas de récits, pas d’écrins pour les utopies
Décharnées
Ce corps ce monde ce corps ce monde
Réintégrer, ré-encorporer, réclaimer, réapproprier
Ces ruines
Les sucs gastriques se chargent des fruits précocement tombés L’acidité engouffre la disette la déconfiture la féconditure les offrandes écarlates Gaz succulents s’échappant d’usines désaffectées Alertes par SMS Disette Notifications rassasiées L’écorce saigne Les cosses sont vides Les coquilles les îles les îles S’étiolent S’étiolent Croupissent

Quelles déesses de la fertilité appeler? T’as raté un chapitre. Hier encore…
Un désastre. Quelles déesses de la fertilité appeler ?
Les épis pourrissent Hekate ratisse Les carnassières rappliquent
Utopies décharnées Les espoirs rapetissent
Comme neige carbonique au pistolet

Y a pas de morale à la valse du 2 de disques, c’est rien d’autre qu’une histoire d’équilibre
Pas de morale
Des coquilles en guise d’épaves, de navires, d’épaves
Ainsi va la valse du deux de disques
Récit d’équilibre La pratique pour mission
La matière la terre le corps

Une bien belle (dé)composition
L’art de flétrir Le défi de périr
Sans la dignité que le capitalisme a annihilé
L’art de flétrir Le défi
Être où ça s’écroule dans le ciment dans la cime des cèdres centenaires incendiés dans les civières
Ontologie de l’indicible Fanfares des entre-mondes dont les grondements fragmentent le ciel

On dit que la Grande Peste se caractérise par la disparition des traces écrites

Que crient les corps ? Qu’écrit l’Agonie ?

Il n’y a pas de morale, pas de positivité dégoulinante ni de défaitisme dépolitisé, juste la pratique de l’équilibre avec le 2 de disques (et peut-être des hernies discales, des lignes de faille, des fractures d’où hurlent l’Autre Monde)

voir aussi. Hymne homérique à Déméter

8 de pièces. Encore et encore

Dans l’atelier, dans le silence, on peaufine, on dessine, on se plante, on invente, on déchire, on se débine, on reprend, on se méprend, on insiste, on s’applique, on apprend, on comprend, on rigole, on fignole, on remonte, on démonte, encore et encore et encore. On prend le temps de l’apprentissage. 


L’Empereur. (Dé)construire

Transformer l’inspiration en sanctuaire.
Bâtir un corpus. Créer des lieux d’échange.
Travailler les étincelles mystiques et les impulsions divines. Les faire advenir dans la matière. Se saisir de la matière. La pétrir. (Dé)construire. Faire œuvre.

Source de l’Empereur, forêt de Soignes, à proximité du Rouge-cloître, juillet 2021.

10 de couteaux. Laisser les cauchemars derrière soi


Je laisse ce cauchemar derrière moi
J’ouvre les yeux sur le même monde
Le même marasme
Je ne l’aborde plus avec mes ouinouins- boubouhs
J’en ai fini avec mes mécanisme de défense
J’abandonne mes techniques d’attaque
Je ravale mes rafales de verve mal placée
Ci-gît le plaisir dans la mauvaise foi
Je laisse ce cauchemar derrière moi

10 d’épées. le temps d’un cycle


10 d’épées. 3 ans, le temps d’un cycle. Le temps de renaître ? Le temps nécessaire pour prendre de la hauteur pour regarder cette figure gesticuler dans un sursaut de fierté pour enterrer les loyautés pour se débarrasser de la peur pour alléger les bagages pour retourner aux mien.ne.s pour me détourner de aiguilles qui (dé)tricotent mes tissus conjonctifs qui quant à eux n’en font qu’à leur tête… Renaître mais non sans peine. Conte du retour des nœuds lunaires.

9 de pentacles. L’automne

Ici les cris
S’en vont flétrir sur le sol
Nourrir les pieds
Accueillir les mort.e.s

Ici le vent
Suspend son élan
Périt dans un tourbillon
Rejoint la terre

Ici la vie
Saisit par son immensité
L’opulence succombe
Les fruits défendus ravissent
Les lèvres, les lièvres

Lire la suite « 9 de pentacles. L’automne »

Les réseaux sociaux. 2 d’épées

Je ne sais plus comment être sur les réseaux sociaux. Les lanceur-ses d’alerte confirment que le groupe facebook est encore plus violent que tout ce qu’on savait déjà.

Il ne s’agit plus seulement de ne pas alimenter cet égrégore qui retire le pire de nous-mêmes. Il en va de la lutte contre la montée du fascisme, dans laquelle l’entreprise joue un rôle affolant. Bien sûr, il en va de l’exploitation et de la sécurité des données. Tout ça et plus encore. Chaque jour davantage. Plus de dossiers, de manipulation, de morts. 

La nausée. Au-delà du malaise, cette question persistante: que me dit mon intégrité? Je connais la réponse. Tu la connais sans doute aussi. Mais il y a cette illusion bien entretenue que nos existences dépendent de notre présence ici. Une dépendance construite année après année. Biopolitiques. Et de l’impossible subsistance en capitalisme pourrissant.

On se décompose. Je le ressens comme ça. C’est dur à accepter. Et l’indispensable rêve de régénération en capitalisme pourrissant.

Malaise.
Comment se révolter? Pas ici. Pas là où l’indignation nourrit la matrice nourrit les complotismes nourrit le fascisme nourrit toutes les haines. Dont celle de soi. Compensée par une chimérique rédemption que nous offrirait instagram: poster plus, acheter plus, se comparer encore, s’assimiler mieux, encore, encore. 

J’ai la révolte facile. Je ne sais plus comment exister ici. Les rouages de la machine ne m’épargnent pas. Même si je les observe depuis longtemps. Je suis dedans. Il n’y a pas d’extérieur au capitalisme.

Derrière ce que me dit mon intégrité, il y a aussi le dedans de ce qui est ici. Les comments et pourquois. Le timing et les alternatives. Et toi et toi.



J’ai décidé de ne pas trancher dans l’immédiat. L’immédiateté, un autre produit néolibéral. Je peux décider de me distancer de la notion d’urgence. La lenteur est résistance.

Lire la suite « Les réseaux sociaux. 2 d’épées »

La Grande Prêtresse. Se taire.

Se taire quand il faudrait réagir sur tout
Se mettre en retrait quand tout acte alimente la machine
De l’indignation
De l’individualisme
Et avant tout de la montée des fascismes.

Renoncer à trouver des réponses dans la frénésie des réseaux
Reculer, reculer, quitte à tomber à la renverse dans la rivière
Quitte à la laisser laver nos peurs
Emmener les résidus de la haine
Quitter à la laisser traîner la fierté dans la vase

Traite.sse.s à la cause, à toutes les causes, à la mise en scène des egos
A la performance du savoir
L’agencement de corpus
Qui défont les corps
Qui cassent les fibres
Qui désunissent les joyeuses polyphonies des désaccords

Se taire même s’il faut tout désapprendre, même s’il faut aller à l’encontre de son fonctionnement, même si on ne sait plus comment va la vie quand c’est pas à toute vitesse
Se tenir à l’endroit propice où les mondes se croisent
Se chassent
Puis finissent par s’ignorer
Sur le fil entre les Portes de l’Hadès et le Temple de la Déesse
Ici lae Prêtre.sse ouvre son cœur
Les profondeurs
Son déshonneur

Iel ne joue pas selon les règles
Iel observe, iel connecte
Iel soulève, Iel enfouie
Son équilibre est frêle
Il défie le temps

Lae Prêtre.sse nous livre les murmures

Se taire, renoncer, reculer, trahir
Accueillir les murmures
Murmurer

Ces murmures plus percutants que les hurlements
Ecouter répercuter la lame de fond
L’âme au fond

Lire la suite « La Grande Prêtresse. Se taire. »

Comment apprendre le tarot: les premiers tirages

Voilà des moiiiis que je n’ai pas étoffé la section sur l’apprentissage de tarot alors que j’ai encore des articles en stock. Allez hop, les grobidoux, retour sur les bases!

Etalements simples

En tant que débutant-e, tu peux tout d’abord tirer une carte à fois, l’observer, lire à son sujet et la relier à ce que tu traverses pour le moment, en particulier des événements ou états d’esprit propres au jour même. Cette technique est moins impressionnante que d’autres, moins incapacitante face aux cartes. Elle te permet de te familiariser réellement avec elles.

Evidemment, tu éprouveras rapidement le besoin de développer tes techniques pour découvrir tout le potentiel des cartes. La manière la plus classique de tirer les cartes consiste à prédéterminer des positions pour chacune des cartes qui sera tirée. Pour ce faire, pleins de tirages sont dispos dans des livres ou en ligne. Cela va des plus classiques, comme la croix celtique, aux plus originaux inspirés de la pop culture.

Viendra ensuite le temps de composer tes propres étalements de tarot, répondant à ta situation, à tes célébrations, etc. Tu apprendras à lire les cartes dans leurs interactions entre elles grâce aux tirages.

Pour commencer sans te mettre la pression, voici des suggestions de tirage basique

Lire la suite « Comment apprendre le tarot: les premiers tirages »

Mini-tirages collectifs

Quelques brefs tirages spontanés proposés en stories ces derniers jours.

5 de cailloux et 4 de coupes – Gentle Tarot

Toucher le fond ne rend pas forcément plus fort.e.
Mais ça nous relie aux autres également menacé.e.s.

Malgré la tentation de s’isoler, l’envie de se replier sur soi-même et la crainte d’aller à la rencontre des autres,
apprendre à tendre la coupe à d’autres.
Apprendre à partager sa peine aussi.

(Ré)intégrer de la joie, de la douceur, de la sensualité, de la beauté.
Faire de la place pour ce qui vibre un peu plus fort qu’on en est capable en cet instant précis.

Tendre la main à la partie de soi qui restera toujours un peu collée au fond, engluée dans la vase, esseulée quand la vie s’éboule autour d’elle. Lui tendre la main. Boire avec elle à la coupe des petites joies.
Apprendre à inviter ceulles qui ont compté, qui compteront peut-être ou qui s’évanouiront comme iels sont apparu.e.s.
Prendre le risque du néant. D’un vent. D’un cœur brisé.  

Accueillir

La Tempérance – Fifth Spirit Tarot


Et se donner au présent
Comme s’il n’y avait plus d’obligation d’être tiraillé.e
Se laisser être légèr.e un instant
Les polarités n’ont plus de raison d’être
Cette renaissance dépasse les bornes
Les mesures, les règles
Elle émancipe
Même si elle ne se conjugue qu’au présent
C’est tout ce qui est, l’instant
Le temps de La Tempérance 

6 de bâtons – Gentle Tarot

Ce sentiment d’avoir gagné de la hauteur
D’avoir affirmé quelque chose
D’avoir gravi une montage

Le célébrer
Te célébrer
T’autoriser à ressentir de l’euphorie
(et pour quelques secondes ne pas craindre d’être catapulté.e trop haut ou ni de te ramasser la gueule)  

Lire la suite « Mini-tirages collectifs »