Le Soleil. briller briller briller

Le vent dans les poils
Le cœur dans les étoiles
Je suis aux éléments
Nous nous fondons
Les artifices ne mentent
Plus, non

Ils complémentent

Entièr.e et poussière
En miette et dans la lumière
Je suis dans un rêve
Nous sommes nu.e.s sur scène
On lit la joie sur nos lèvres
Obscènes

Notre démesure sur-mesure

Délicieusement éhonté.e.s
Impeccablement hanté.e.s
Savoureusement sans filtre
J’ai versé les reflets, les libations
J’ai goûté au philtre
De la passion

Lire la suite « Le Soleil. briller briller briller »

Les Amoureux.ses. Se choisir soi-même

Danser comme si on était aussi virevoltant.e qu’une plume.
Danser pour écarter les peurs tandis qu’on s’élance vers la voie qui est la nôtre.
Danser harmonieusement et décoller en direction de nos étincelles.
Faire le vœu de se rester fidèle et celui d’accepter le changement. Sur la route, on resplendit.
C’est la danse qui compte, pas la destination.

Petit rappel que la carte des Amoureux.ses invite principalement à se choisir soi-même.

Hekate, La Justice

On the threshold. Sur le seuil.

She guides.
But *you* hold the swords.
What are the prophecies?
What are your decisions?
She bestows the keys.
You enchant them.

L’intégrité est le curseur de ta balance
Pèse tes choix
Exalte tes vœux
Traverse les Mystères
Exauce tes voies
Transmets les torches
L’orage à la porte
Le seuil de dérobe

La Justice a une vision à 360°

Hekate’s wheel whirls
Inspiring a 360° vision
The owls never hesitate
They race in the threshold
Between day and night
Night and day

Directions

La Grande Prêtresse. Se taire.

Se taire quand il faudrait réagir sur tout
Se mettre en retrait quand tout acte alimente la machine
De l’indignation
De l’individualisme
Et avant tout de la montée des fascismes.

Renoncer à trouver des réponses dans la frénésie des réseaux
Reculer, reculer, quitte à tomber à la renverse dans la rivière
Quitte à la laisser laver nos peurs
Emmener les résidus de la haine
Quitter à la laisser traîner la fierté dans la vase

Traite.sse.s à la cause, à toutes les causes, à la mise en scène des egos
A la performance du savoir
L’agencement de corpus
Qui défont les corps
Qui cassent les fibres
Qui désunissent les joyeuses polyphonies des désaccords

Se taire même s’il faut tout désapprendre, même s’il faut aller à l’encontre de son fonctionnement, même si on ne sait plus comment va la vie quand c’est pas à toute vitesse
Se tenir à l’endroit propice où les mondes se croisent
Se chassent
Puis finissent par s’ignorer
Sur le fil entre les Portes de l’Hadès et le Temple de la Déesse
Ici lae Prêtre.sse ouvre son cœur
Les profondeurs
Son déshonneur

Iel ne joue pas selon les règles
Iel observe, iel connecte
Iel soulève, Iel enfouie
Son équilibre est frêle
Il défie le temps

Lae Prêtre.sse nous livre les murmures

Se taire, renoncer, reculer, trahir
Accueillir les murmures
Murmurer

Ces murmures plus percutants que les hurlements
Ecouter répercuter la lame de fond
L’âme au fond

Lire la suite « La Grande Prêtresse. Se taire. »

Hekate est La Magicienne

Hekate est la Magicienne.
Hekate est mercurienne, particulièrement en mai: Gémeaux

Elle est la voie dans le chaos, la piste dans la multitude
Elle brouille les pistes. Mais derrière les masques, c’est toujours Elle.

Hekate Einalia se tient à la croisée des mondes.
Sur la falaise au bord de la mer, les serpents au vent
Elle exprime son rôle de porteuse des clés de l’âme cosmique.

Hekate Pantos Kosmou Kleidokhos
Hekate, l’Anima Mundi.

En elle, tout fusionne, tout se rencontre
Tout prend vie
Ce n’est que passés à son filtre que les éléments prennent vie

Hekate anime Elle manipule Elle crée

Comme la Magicienne, elle canalise
le cosmos et le chaos
la foudre, la brise
l’eau salée et les fluides
Elle nous active

Elle énergise.
L’énergie monte, monte.
Les forces descendent.

Elle est le point de rencontre
Le point de fusion
Le point de création

L’explosion et la concentration.
Elle contient, elle relâche
Elle génère des mirages, des tâches
Des miracles

Je me présente à toi.
Tu accueilles Tu détruits Tu façonnes Tu acceptes

Dans tes spirales se tissent les fils du temps
Se brodent les mains de tes filles

Tu engendres, nous existons
Tu nous libères
Tu nous appelles

Hekate, Anima Mundi,
Bénie, sois-tu
Mère cosmique
Vecteur énergétique
Infinie
Tu es le souffle et l’âme
et tout autre chose
l’unité et la multiplicité
Tu es
La médiation cosmique.

27 mai 2021, dans un train

La Lune Louve

A la recherche des morceaux de mon âme,
Je plonge je plonge

I’m diving in search of my bones
The bones I hid here in another life
Maybe in another world

Je suis sauvage, instinctive
Je suis dans l’interstice entre les louves et les chiennes
Mon squelette conte l’existence d’une espèce
Dont on a perdu la trace
Je cherche les os que j’ai enterrés ici
Quand j’ai dû fuir
Pour survivre

In my dreams, I meet the ancestors
Who remind me of my instincts
In my dreams, there is snow in July
Rage, lust for life
Lust for the sake of lust
In my dreams, the confidence
To make it through the floods

Au réveil, le sang couvre mes jambes
Témoin des luttes
Témoin des ongles arrachés à creuser à creuser
A creuser pour des os
Des traces
Une validation
Quelque chose

Blood on my legs in the morning
I remember some of the codes
The rest is lost again
Again
I curl
I howl
I spin
I tear open
Another morning without the precious pieces of my soul

Mon corps se tord
Je hurle je hurle
A l’appel de ma meute
Je hurle je hurle
Pour conjurer la solitude
Mon corps se tord
Je me recroqueville
Je suis inerte
Je me tords et je hurle
Où sont passés mes désirs
Et mes os
Et mes ancêtres
Et ma meute
Où ? Où ?
Ahouuuhouhhhh

Lire la suite « La Lune Louve »

L’Ermite, la contemplation, les icônes

Ce qui fait L’Ermite
C’est le temps de la contemplation
Les couches se réorientent
La surface se craquelle
Le lieu
Le support
Ou l’entité
S’ouvre
L’Ermite se fond dedans
Progressivement
Elle devient ce qui l’entoure
Elle perçoit lentement

L’Ermite accède-t-elle à
Un au-delà
Des apparences
Des convenances
A des secrets
Profonds
Antiques, non humains
L’Ermite disparaît-elle dans
La contemplation
Pour se trouver elle-même
Pour accéder à sa source de sacré

Qui est ton Ermite ?
Le silence ou la guide ?
La transcendance ou la flamme intérieure ?
La disparition ou l’exaltation ?
Le retrait ou le service ?

Qui es-tu qui es-tu ?
Qui suis-je ?
Quelle est ma mission ?
Comment contribuer ?
Comment révolutionner ?
Dans la contemplation, la révélation.


Les eaux troubles du/de la Pendu.e

Dans les eaux troubles du lâcher prise
Dans le flou des rêves, dans la vase des cauchemars, dans les marais d’où s’échappent les feux follets

Suspendu.e dans un espace-temps non-linéaire, fragmenté, distordu, dystopique, infini, chaotique

Perdre le contrôle
Lutter, céder
Vivre avec le trouble
Lâcher

La Lune (sombre)

J’ai entendu les noms
Puis, plus rien que
Le tourbillon

Le silence qui préside à l’entre-deux
Dans l’entre-deux-lunes

Les futilités s’éclipsent
Ce qui compte
C’est cet instant propice
Ce qui compte
Est là, cru, sans parures
Obscur, sans pompe

Les étalages se démontent
Les échafaudages tombent
Reste ce qui compte
Pur, brut, obscur

Tourbillon en pause
Au centre, le portail s’expose
Les entrailles saignent
Les visions dégainent
Le silence, lui, règne

Tu as l’odeur de la chair
Le goût de la cyprine
Les frissons m’oppriment
Me libèrent
Me dépriment, m’enserrent
Et enfin me traversent

Lire la suite « La Lune (sombre) »