4 de pentacles + Jugement

View this post on Instagram

Avec infiniment de brumes à venir… Conserver ton énergie. Préserver tes ressources. Les temps sont durs. Défendre le peu de confort que tu es parvenu.e à instaurer. L'humidité pénétre ta peau, tes muscles, tes articulations, tes os. Tu te replies pour te protéger. Le corps encaisse davantage. Conservation. Préservation. Repli. Si tu enfiles 20 imperméables pour contrer le brouillard et cette fichue bruine, prends garde à ne plus voir que tes pieds. Etends ton énergie. Concentre, protége, retourne et puis libère. De ton cocon, observe les signes. Si tu préserves, peut-être est-ce pour mieux (re)bondir, les batteries rechargées, quand viendront l'apparition, la vision, la certitude, l'amplitude et le pardon pour tes dérives. Dans les brumes à venir, comme dans les vapeurs de ton chaudron, tu distingueras la forme d'une promesse. Suis-la ! #pagancatstarot #minipagancatstarot #trainsong #cartomancie #cartomancienne #tarotcollectif #cartedujour #tarot #trainsong

A post shared by Cathou (@cathoutarot) on

Lire la suite « 4 de pentacles + Jugement »

La Prêtresse, lae Guardien.ne de mer, le 10 de ciel

C’est la saison ! L’automne ! Samhain/Halloween! La saison dont on aime dire qu’elle nous rend plus sensibles à l’invisible. Plus à même de mettre sur pause le brouhaha d’un quotidien trépidant pour se brancher sur une autre fréquence. Davantage capable d’observer et d’interagir avec les autres mondes partout autour et en nous.
Malgré l’envie de nous y plonger et de batifoler dans le mysticisme, cet état peut aussi nous mettre en contact avec des contenus difficiles, jusque là sous contrôle. Cela peut se traduire par des cauchemars, des crises d’angoisse, des vieilles peurs qu’on croyait disparues plutôt que par un afflux d’informations limpides et rassurantes.
La Prêtresse nous soutient dans tout ça. Yel a l’expérience de cette complexité, enracinée dans des siècles de transmission. Yel peut gérer les facettes de cette saison aussi glaciale que nourrie par le feu qui crépite. Yel guide dans les eaux troubles.
Encore quelques ajustements pour trouver un équilibre dans les prochains jours et le calme qu’elle nous inspire prendra peut-être le dessus.

img_20191011_190320_9117455090955294575288.jpg

Incarner L’Oracle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mouvante, léchée par les flammes
Je suis la lune en exaltation
La lune en Bélier rencontre la mienne en Taureau
Je projette son feu
Je suis le dragon de la transformation
Dans l’attente du Scorpion
Qui m’immergera dans ses eaux sombres
Je flotte
Je me baigne aux côtés des savoirs occultes que je chéris
Je suis L’Oracle
Je l’incarne Lire la suite « Incarner L’Oracle »

Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice

img_20190921_210036_9434387830635762168489.jpgQui de mieux que l’Impératrice / Lae Créateur.ice d’un tarot lesbien de 35 ans pour répondre à une question épineuse? Quelqu’une a demandé à mon amoureuse Rose Butch pourquoi elle dessinait toujours son épouse dans des poses sexualisées.
C’est une question qui m’interpelle beaucoup (OK, ça m’a choquée et j’ai démarré au quart de tour en mode virulent). Je mène une réflexion de fond sur l’hypersexualisation des corps de grosses. Je prends pas le sujet à la légère (sans mauvais jeu de mot).

D’abord, je voudrais clarifier un élément. Les poses dessinées sont mes poses, mises en scène par moi et souvent prises en photo par Rose pour le dessin ou pour d’autres usages. Ce n’est pas nécessairement le cas pour ses grandes toiles, mais franchement je vais pas me plaindre que ma meuf me kiffe, me trouve sexy et me demande de poser et top biche fem. Pour ses dessins récents, ça me perturbe qu’une meuf à l’apparence féminine soit forcément renvoyée au regard de l’autre, dépouillée de son agency, sa capacité d’agir, dès lors qu’elle se met en scène, ce qu’on considère d’ailleurs comme le propre de la féminité. Il y a un côté inévitable dans la lecture sexualisante que d’autres font (ou pas) de notre corps à certains moments. Ça peut réveiller des blessures profondes ou bien révéler une impression de perdre le contrôle. Ça peut compliquer notre rapport au corps aussi. Mais c’est là. On se regarde. On se lit. On est des êtres sociaux quoi.

Le cœur du sujet…
img_20190921_171542_11965262648392404681.jpgQuand j’ai commencé à poser pour des photos, mon souci principal était justement d’éviter l’injonction au sexy – qui plus est un certain type de sexy, celui qu’on réserve aux grosses, très voluptueux. Je ne le répéterai jamais assez: Prendre des selfies et, plus encore, être prise en photo, a été une étape capitale dans l’apprivoisement de mon corps. Elle m’a permis de faire la paix avec lui. Lire la suite « Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice »

L’Oracle

Même quand tes rêves n’ont ni queue ni tête, tu les conserves en attendant qu’ils révèlent leurs secrets. Tu ne les bouscules pas, ils sont trop sacrés.
Quand tu prêtes attention aux synchronicités, la magie se réveille dans ton quotidien. Tu demandes des signes. Et puis, tu les ramasses, tu les consignes, tu en as plein les mirettes.

L’émerveillement se déploie.
Les lieux qui t’attirent se dévoilent progressivement: leur histoire, leurs esprits, leurs herbes puissantes, les animaux,… Tu les apprivoises sans attentes avant de découvrir que ce n’était peut-être pas par hasard.
Un continuum s’instaure entre les visions de l’Oracle et leurs manifestations jour après jour.
Tout doucement, les messages sont plus distincts. L’Oracle n’a rien pressé. La patience a créé des ponts.

La Lune

🌖Ta solitude devient ton éclat. La tête levée dans la nuit, tu appelles ta meute. Les marginaux.ales dans ton genre reconnaissent tes cris, ton halo, tes blessures, tes idées décalées, ce que ça fait d’être exclu.e. Yels répondent à l’appel de ce qui te distingue à leurs yeux, mélange de ton propre parcours et d’expériences communes.
🌖Tes cris, à la lueur de la pleine lune, appellent ta meute. Ils rappellent aussi à toi toutes les parties de toi. La Lune te rend plus entière. Elle te rend à toi-même. C’est pas plus simple comme ça. Mais c’est plus toi.

5 de bâtons + La Mort

Ton propre égo te piège là, en te poussant à rechercher la pureté émotionnelle et/ou activiste et/ou relationnelle et/ou spirituelle et à l’exiger de la part des autres. C’est de ton intégrité dont le monde a besoin là en fait. Contre tes valeurs égoïstes, brûle-les, réduis-les en cendres. Cherche à agir animé.e par des principes, des convictions, de l’inspiration et de la douceur/tendresse radicale.

La Force. Ne pas dépasser tes peurs

Il ne s’agit pas de dépasser tes peurs, mais de t’offrir un tête-à-tête avec elles. Il s’agit de voir comment être en mouvement avec elles, au lieu d’être paralysé.e.
N’essaie pas de vaincre ce qui est là pour une raison.
Écoute comment tu intériorises ton parcours, ce qu’on t’impose, les discriminations quotidiennes, même quand ça te rend infâme, parce que tu n’en sors pas intact.e.
Fais le point. Tu n’es pas bloqué.e là où tu es, prisonnièr.e de tes peurs. Tu es fort.e, tu as une capacité d’agir.

L’Etudiant.e de Couteaux et la Tempête

De tous ces lieux unanimement considérés comme flippants, il y a le tien, celui où tu te sens bien. img_20190817_102506_9512342565034163342349.jpgCelui où les tumultes sont des zones à explorer plutôt que des endroits bannis, à distance desquels il convient de se tenir. Tu vois bien ce qu’on lui trouve de chelou. Mais c’est ton genre de chelou. Tu n’as pas peur.

Tu y rôdes la nuit en rêve, pour parler aux briques, interroger les chauve-souris ou observer les vies qui s’animent à travers les fenêtres. Tu plonges sous la surface de la rivière pendant des heures pour fouiller la vase et mettre au jour ses trésors. La morte que tant d’hommes ont peint, érotisée, prisonnière de leur regard, flottant dans les fossés, c’est peut-être bien toi. Et tu n’as rien à voir avec leurs visions! Tes doigts se glissent dans les tréfonds. Tu puises de quoi revenir plus intrépide, encore moins domptable. Qui tu es doit demeurer insaisissable pour le sens commun. Lire la suite « L’Etudiant.e de Couteaux et la Tempête »