5 de coupes

Tristesse, désespoir, regrets, déception,… Les émotions au programme pour le moment sont douloureuses. Les ravaler ne reviendrait qu’à les amplifier à moyen terme. Comment peux-tu t’assurer d’avoir la structure ou le soutien qui te permettent de les ressentir pleinement tout en étant épaulé.e dans le processus ? Ou, comment peux-tu toi-même aider une personne qui est dans une telle situation sans être englouti.e entièrement par ces émotions ?

5 de coupes: tu as le droit de pleurer

Tu t’accroches à ces deux coupes qui te pèsent tandis que « quelqu’un.e » s’obstine à te vider.
Quelle est cette ombre qui agit dans ton dos ? Quel est ce schéma qui se reproduit compulsivement ? Pourras-tu faire volte-face et ne plus subir ?
Pour l’instant, seul le poids de tes coupes te préoccupe. Cette tristesse est continue. Le poids de tes larmes ? Le poids de quelles larmes ?
Tu as le droit de pleurer. Tu as le droit de craquer. Tu as le droit de t’effondrer. Tu as le droit de ni rien comprendre. Tu as le droit de ne pas y arriver. Tu as le droit de pleurer. Tu as le droit de pleurer.

Tirage de Lammas

Saison. En route vers la partie la plus chouette de l’année. Celles où les voiles se font fins. Le héron, roi de coupes, roi des ruisseaux, auprès du vieux saules, les pattes dans les fossés, entend monter les murmures. Bientôt, tu glissera à toute allure dans les veines, les nervures, les courants, comme l’anguille, la cavalière des rivières. La fluidité est en vue. Pas emmagasiner mais saisir et foncer. Mais d’abord, la fête, les hommages, la gratitude. C’est Lammas. Qu’as-tu engrangé jusqu’ici ? Qu’as-tu laissé tomber ? À quoi fais-tu de la place en abandonnant ? 4 d’arc. On se réjouit 😊☀️

4 de coupes. Solstice d’été au bout de ma life

4 de coupes. Isolement ou nid douillet improvisé pour soulager l’épuisement. Contre mauvaise fortune bon cœur. Que peux-tu mettre en place pour respirer alors que tu étouffes ?

Pour ma part, je me sens prête à mettre sur le papier (enfin, l’ordi quoi), toutes les idées complexes que j’ai accumulées ces derniers mois sur certains sujets. Je les ai portées dans la douleur. Je savais qu’il leur faudrait du temps avant d’éclore. Je connais mes processus; je ne m’acharne guère. Besoin de maturation. Mais surtout de soin, de rage, d’emportements.

Ma santé flanche en juin. J’ai l’impression de m’effondrer chaque année. Et pourtant, chaque année, tout comme les herbes qu’on récolte au solstice d’été pour les sécher et les utiliser le reste de l’année, ma pensée fleurit et ma magie opère. Peut-être que je ne déteste pas l’été autant que je le prétends, allez, d’accord.

8 de coupes. 8 d’éclosion.

Un monologue.

Quand t’es-tu effondré.e? Quand as-tu disparu? Quand t’es-tu dissocié.e face à un abus insupportable? Comment la violence a-t-elle influencé tes défenses, ton corps, tes peurs, tes rêves?
💜
Peux-tu lentement rassembler les pétales étalés sur le sol, éparpillés? Que te dit ton intuition? Tu ne dois pas accueillir tous les souvenirs en même temps. Tu peux les laisser venir, un à un, à ton rythme. Ta guérison est un processus. Elle n’est pas linéaire. Elle n’est pas productive. Elle n’est pas mesurable et elle ne sert pas d’étalon pour déterminer ce que tu vaux. Elle est à toi.
💜
Peut-être que tu ne vas pas tout de suite reconnaître les pétales ni comprendre comment ils s’articulent. Mais tu passes du temps avec ce puzzle. Lire la suite « 8 de coupes. 8 d’éclosion. »

3 de coupes – l’amitié!

L’amitié ! Ses modalités varient en fonction de ta personnalité.

Si t’es super people, il y a forcément quelques potes dont tu te sens plus proche dans ton énorme réseau – ta liste « ami-e-s proches » parmi tes 2318 contacts facebook. D’ailleurs, rien ne dit que les ami-e-s avec qui tu accroches bien sont celles que tu vois toutes les semaines ni les gens en vue dans ton milieu. Tu éprouves un sentiment de liberté à partager des choses fortes avec des proches moins impliqué-e-s dans ton quotidien. Si tes ami-e-s évoluent aussi dans ce milieu, ce sont les personnes avec qui tu n’as pas besoin de masque ou qui ne projettent pas plein d’attentes sur toi. Tes ami-e-s t’aiment pour TOI. Pas pour tes toiles, ton blog, tes soirées, ton look, ton carnet d’adresses, tes sous, ta baisabilité. Pas parce que tu leur sers de caution en mode : j’ai un ami noir, je fréquente des trans, je connais bien la classe populaire.

Si tu es du genre à ne te sentir bien qu’en compagnie d’une poignée d’ami-e-s trié-e-s sur le volet Lire la suite « 3 de coupes – l’amitié! »

Six de coupes

Ecoute ton cœur. Enlève les couches de protection. Regarde au travers de ce qu’on t’a dit qu’il fallait que tu sois. Mets de côté ce que tu as essayé de devenir en cherchant à rompre avec des schémas ou des environnements toxiques. Ecoute ce qui remonte de très loin, peut-être de ton enfance ou de ton adolescence et peut-être même d’une vie antérieure ou de tes ancêtres ou d’une de tes vies parallèles. Ce que tu y trouves est peut-être vacillant. Si ça tremblote, réchauffe-les entre tes paumes ou sur ton nombril, entre les plis de gras ou de peau. Imprègne-toi de cette énergie rassurante. Laisse-toi emplir de la douceur de tes souvenirs. Lire la suite « Six de coupes »

Deux de coupes

Cette carte, ma parole, c’est celle du grand amour. On est biberonné-e-s aux contes de fées à la sauce Disney. C’est vrai qu’ils reposent sur des mythes sexistes, cishétéronormés, racistes, âgistes, classistes et fervemment monogames. Mais, on a beau le savoir, ça nous trotte souvent dans un coin de l’esprit. Rassure-toi, le deux de coupes n’est pas le grand amour version le pervers qui poursuit l’héroïne pendant quatre saisons parce que, consentement ou pas, c’est elle, la seule et l’unique. C’est pas le big love version gamin-e-s, maison et labrador. C’est l’amour authentique tel que toi, tu le définis, pour la life toute entière ou pour une nuit, en mode exclusif, asexuel, aromantique ou polyamoureux. La forme importe peu. Lire la suite « Deux de coupes »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑