Spiritualité et privilège blanc. Début de réflexion

J’ai commencé ma série de vidéos sur Hekate. J’en profite pour parler de privilège blanc par rapport à la visibilité de la spiritualité.
J’ai encore beaucoup d’appréhension car j’ai été active dans les milieux féministes, d’un point de vue professionnel ou militant, pendant plus de 10 ans. Je suis consciente que sortir du placard à balai me vaudra, de la part de certaines, de la condescendance ou de l’incompréhension. La spiritualité féministe est souvent considérée comme une lubie ou le signe d’une instabilité sous-jacente (oui….et?).

Le côté laïcard étroit d’esprit n’est pas l’apanage du féminisme, loin s’en faut. Seulement, c’est mon milieu, ma communauté, mes ami.e.s, ma vie. Lire la suite « Spiritualité et privilège blanc. Début de réflexion »

Les portails du tarot

Dans ma vidéo #LeTarotàMaSauce, j’ai tiré sur une ficelle pour répondre à la périlleuse question: comment est-ce que je pratique le tarot à des fins non-prédictives?
Je développe ici mon approche du tarot, une approche de sorcière. Je remercie Valiel du blog Sur le Seuil pour nos échanges. Et Hékate, Celle qui parcourt les mondes, la gardienne et la guide, la reine des sorcières, la lumineuse et l’infernale, la déesse des croisements, car elle m’aide à jeter des ponts au lieu de dresser des murs.

Est-ce que vraiment je ne lis pas l’avenir? Où est-ce plus simplement que le tarot est un outil qui n’est pas restrictif?

Tout d’abord, cette question serait anecdotique si on ne percevait pas généralement la cartomancie d’une manière réduite et limitante. Tout serait différent si on pouvait utiliser des mots comme « voyante » pour les personnes qui voient l’invisible, sentent le subtil, entendent des fréquences, touchent des réalités complexes, s’infiltrent dans les failles. Franchir les frontières sensorielles qu’on nous inculque largement, voilà le travail de lae voyant-e. Ce n’est pas vraiment élitiste.

Partant de ce point de vue, utiliser ce mot pour « voir l’avenir » amène à ne pas franchir les limites, comme celle d’une vision linéaire du temps. Quand je tire les cartes, je ne peux plus dissocier passé/présent/futur comme je le ferais en restant parfaitement rationnelle. Le tarot floute les lignes plus largement encore. Il assemble les dimensions. Il met en contact. Parfois, il abolit même les lignes de fracture auxquelles on s’accroche. En alternative à la linéarité, il propose la liminalité. C’est le seuil sur le bord duquel on se tient pour visiter l’invisible, l’inconnu, l’incertitude. C’est le portail qui ouvre vers plein de dimensions, peut-être un peu futuriste. Ce sont les dimensions en collision et les étincelles qui en surgissent. C’est la bordure sur laquelle se tiennent les sorcières funambules. Les haies et les fossés. La surface de l’eau. L’envol des oiseaux. Le code. Lire la suite « Les portails du tarot »

Zine. Grossir le tarot 1 en téléchargement!

Si tu apprécies mes articles ici mais que le format blog entrave ta lecture, je te propose quelques compilations sous forme de fanzines.

On commence avec les essais et poèmes de « Grossir le tarot 1 » (clic clic pour consulter ou télécharger) Lire la suite « Zine. Grossir le tarot 1 en téléchargement! »

Oracle des Erinyes

Je veux que tu te casses, je veux que tu dégages.

Je veux que tu flippes pour ta life dès que tu mets les pieds ici.

Je veux que tu te sentes menacé.

img_20190518_133408_8732908881487871605138.jpgJe veux que jamais, plus jamais, tu ne te sentes légitime à faire part de ton avis de merde à une meuf, une gouine, un pédé, une personne trans. Je veux que tu ravales ton avis de merde et que tu t’étouffes avec.

Je veux que ta légitimité sans faille te râpe la langue, qu’elle te tranche la glotte, qu’elle se désintègre le long de son œsophage et que ses milliers d’épines te percent l’estomac. Je veux que la nausée te poursuive aussi longtemps qu’il le faudra.

img_20190518_133408_8676873178869858066860.jpg

Je veux m’engouffrer dans le vide de ton esprit et te tourmenter. Te tourmenter à jamais. Je veux que les Erinyes et toutes leurs descendantes te poursuivent tant que nous n’aurons pas obtenu gain de cause. Je veux que tu paies, je veux que tu trimes. Tu vas morfler. Je veux que tu te noies dans la sueur de tes cauchemars. Je veux que les sirènes des revanchardes étouffent tes cris. Je veux que la solitude étreigne chacun de tes membres. Je veux que l’isolement se resserre, qu’il fasse garrot, que t’en pète. Je veux que tu saches. Je veux que tu paies. Lire la suite « Oracle des Erinyes »

Pages de pentacles et d’épées

J’ai l’impression que les pages/valets sont les cartes « de cour » qui ont le plus à m’apprendre.

On les considère comme les cartes des étudiant.e.s ou des enfants ou, en tout cas, de ces aspects de nos personnalités. D’ailleurs, après tout, c’est sans doute ceux qu’on réprime le plus. Que ce soit par souci de rentrer dans le moules, par nécessité de se conformer aux attentes (productivistes, capitalistes, psychonormées, hétérocisnormées, âgistes, etc) de ce qui fait un.e adulte, par crainte d’assumer nos zones d’ignorance ou de recommencer à zéro, ou pour plein d’autres raisons… Lire la suite « Pages de pentacles et d’épées »

Le corps des sorcières (pas la figure de la… j’en baye aux corneilles)

C’est un des villages les plus ruraux de la région. Les plus consanguins et bloqués dans des habitudes quoi. Dans le courant des années 90, un mouvement de jeunesse local a pris l’initiative de faire (re)vivre la tradition d’Halloween. On voyait alors la fête comme une curiosité américaine vaguement inspirée de traditions européennes. On disait, comme pour tout ce qui venait des Etats-Unis: c’est commercial. Le commerce ne s’embarrasse pas des traditions païennes dans les villages ruraux. Il s’ancre dans les faux semblants catholiques. On fait ça bien. Halloween, on se méfiait, c’est commercial. Lire la suite « Le corps des sorcières (pas la figure de la… j’en baye aux corneilles) »

10 de Pentacles & l’Impératrice – Cycle menstruel et cycle lunaire

Update: j’ai articulé tout ça un peu mieux en anglais dans « The witchy fat body: cycles« .

Ok, ça fait affreusement délire new age mais c’est arrivé.

En orientant davantage mes pratiques de sorcières sur les cycles lunaires, mon rythme a changé. Je ne sentais pas particulièrement ses effets a priori. Il m’ait avant tout apparu comme un bon modèle, un repère temporel pour organiser des rituels et des tirages. Il me permettait d’organiser ma pratique. Puis, j’ai réalisé que j’avais vraiment une baisse de motivation, plus de fatigue et une absence de (le mot horrible) productivité à la fin de la lune décroissante avant d’embrayer sur un regain d’énergie et une créativité accrue après la nouvelle lune. Sans vouloir décider d’un effet incontestable du cycle lunaire, force était de constater des avantages: ancrer dans le temps + conscientiser les processus. Il m’incite à être attentive aux cycles en général. Il m’invite à suivre les évolutions de ma santé et de mon humeur. Lire la suite « 10 de Pentacles & l’Impératrice – Cycle menstruel et cycle lunaire »

Podcast – Le tarot est « tendance ». Oui mais…

Réflexions en vrac et en route (dans tous les sens du terme donc essoufflement et bruits de la ville inclus dans l’expérience :-)).

Tu fais le même constat? Oui? Non? Pourquoi? C’est vraiment un questionnement en cours alors j’ai hâte de vous lire pour peut-être revenir sur certains points ou pour compléter tout ça!

Décoloniser et queeriser la « spiritualité »!

A l’attention des tireur-ses de cartes, sorcières, néopaïennes et les autres,

Mise à jour: article épinglé pour les nouveaux-elles venu-e-s 🙂 Lire la suite « Décoloniser et queeriser la « spiritualité »! »

Le-la reine de coupes – Intuition?

Cultiver une approche féministe ET queer du tarot implique de se confronter à des nœuds et à nos propres préjugés. La réceptivité supposée des reines m’a posé problème. Je l’ai même rejetée en bloc.

C’est qu’il existe une vision binaire qui se manifeste dans le tarot et dans de nombreuses pratiques spirituelles par un amalgame entre le féminin (et dans le pire des cas les femmes) et la passivité, la réceptivité, le soin, la douceur et puis le masculin (et dans le pire des cas les hommes) et l’action, le leadership, la prise de décision, etc. Cette distinction prend sa source dans (et continue d’alimenter) le patriarcat et l’hétéronormativité.

D’ailleurs, dans de nombreux discours, cette prétendue « complémentarité » (en réalité, un rapport de pouvoir qui cantonne à certains rôles de genre, entérine les violences de tout type perpétrées et perpétuées contre les femmes) serait « naturelle ». La réceptivité des femmes serait inscrite dans leur vagin et dans leur utérus tandis que les hommes seraient « actifs » en raison de leur pénis et de l’éjaculation. Haha, comme si les personnes doté-e-s d’un vagin n’éjaculaient pas (je ne vous invite pas dans mon lit pour découvrir l’inverse mais vous savez de quoi je veux parler). A l’hétéronormativité et au sexisme, s’ajoute dans ces interprétations une vision extrêmement cissexiste, c’est-à-dire qui sous-entend que tous les hommes et toutes les femmes en question sont cisgenres (non-transgenres quoi). Lire la suite « Le-la reine de coupes – Intuition? »