Pages de pentacles et d’épées

J’ai l’impression que les pages/valets sont les cartes « de cour » qui ont le plus à m’apprendre.

On les considère comme les cartes des étudiant.e.s ou des enfants ou, en tout cas, de ces aspects de nos personnalités. D’ailleurs, après tout, c’est sans doute ceux qu’on réprime le plus. Que ce soit par souci de rentrer dans le moules, par nécessité de se conformer aux attentes (productivistes, capitalistes, psychonormées, hétérocisnormées, âgistes, etc) de ce qui fait un.e adulte, par crainte d’assumer nos zones d’ignorance ou de recommencer à zéro, ou pour plein d’autres raisons… Lire la suite « Pages de pentacles et d’épées »

Le corps des sorcières (pas la figure de la… j’en baye aux corneilles)

C’est un des villages les plus ruraux de la région. Les plus consanguins et bloqués dans des habitudes quoi. Dans le courant des années 90, un mouvement de jeunesse local a pris l’initiative de faire (re)vivre la tradition d’Halloween. On voyait alors la fête comme une curiosité américaine vaguement inspirée de traditions européennes. On disait, comme pour tout ce qui venait des Etats-Unis: c’est commercial. Le commerce ne s’embarrasse pas des traditions païennes dans les villages ruraux. Il s’ancre dans les faux semblants catholiques. On fait ça bien. Halloween, on se méfiait, c’est commercial. Lire la suite « Le corps des sorcières (pas la figure de la… j’en baye aux corneilles) »

10 de Pentacles & l’Impératrice – Cycle menstruel et cycle lunaire

Update: j’ai articulé tout ça un peu mieux en anglais dans « The witchy fat body: cycles« .

Ok, ça fait affreusement délire new age mais c’est arrivé.

En orientant davantage mes pratiques de sorcières sur les cycles lunaires, mon rythme a changé. Je ne sentais pas particulièrement ses effets a priori. Il m’ait avant tout apparu comme un bon modèle, un repère temporel pour organiser des rituels et des tirages. Il me permettait d’organiser ma pratique. Puis, j’ai réalisé que j’avais vraiment une baisse de motivation, plus de fatigue et une absence de (le mot horrible) productivité à la fin de la lune décroissante avant d’embrayer sur un regain d’énergie et une créativité accrue après la nouvelle lune. Sans vouloir décider d’un effet incontestable du cycle lunaire, force était de constater des avantages: ancrer dans le temps + conscientiser les processus. Il m’incite à être attentive aux cycles en général. Il m’invite à suivre les évolutions de ma santé et de mon humeur. Lire la suite « 10 de Pentacles & l’Impératrice – Cycle menstruel et cycle lunaire »

Podcast – Le tarot est « tendance ». Oui mais…

Réflexions en vrac et en route (dans tous les sens du terme donc essoufflement et bruits de la ville inclus dans l’expérience :-)).

Tu fais le même constat? Oui? Non? Pourquoi? C’est vraiment un questionnement en cours alors j’ai hâte de vous lire pour peut-être revenir sur certains points ou pour compléter tout ça!

Décoloniser et queeriser la « spiritualité »!

A l’attention des tireur-ses de cartes, sorcières, néopaïennes et les autres,

Mise à jour: article épinglé pour les nouveaux-elles venu-e-s 🙂 Lire la suite « Décoloniser et queeriser la « spiritualité »! »

Le-la reine de coupes – Intuition?

Cultiver une approche féministe ET queer du tarot implique de se confronter à des nœuds et à nos propres préjugés. La réceptivité supposée des reines m’a posé problème. Je l’ai même rejetée en bloc.

C’est qu’il existe une vision binaire qui se manifeste dans le tarot et dans de nombreuses pratiques spirituelles par un amalgame entre le féminin (et dans le pire des cas les femmes) et la passivité, la réceptivité, le soin, la douceur et puis le masculin (et dans le pire des cas les hommes) et l’action, le leadership, la prise de décision, etc. Cette distinction prend sa source dans (et continue d’alimenter) le patriarcat et l’hétéronormativité.

D’ailleurs, dans de nombreux discours, cette prétendue « complémentarité » (en réalité, un rapport de pouvoir qui cantonne à certains rôles de genre, entérine les violences de tout type perpétrées et perpétuées contre les femmes) serait « naturelle ». La réceptivité des femmes serait inscrite dans leur vagin et dans leur utérus tandis que les hommes seraient « actifs » en raison de leur pénis et de l’éjaculation. Haha, comme si les personnes doté-e-s d’un vagin n’éjaculaient pas (je ne vous invite pas dans mon lit pour découvrir l’inverse mais vous savez de quoi je veux parler). A l’hétéronormativité et au sexisme, s’ajoute dans ces interprétations une vision extrêmement cissexiste, c’est-à-dire qui sous-entend que tous les hommes et toutes les femmes en question sont cisgenres (non-transgenres quoi). Lire la suite « Le-la reine de coupes – Intuition? »

La Mort et militantisme

La carte très redoutée de « La Mort » nous parle peut-être de finitude mais avant tout de renaissance. Elle fait référence à des cycles. Elle nous rappelle que les apparentes tables rases n’en sont pas tellement. En effet, elle parle de continuité et de survie. De la nécessité de se débarrasser de certaines couches pour mieux avancer, plus légèr-e. C’est donc naturel qu’elle me vienne beaucoup à l’esprit récemment quand on évoque certains aspects du militantisme.

dsc_6364

Je travaille pour une organisation féministe « institutionnelle », c’est-à-dire que depuis plus de 20 ans, ce sont des financements gouvernementaux qui assurent son fonctionnement. Ce parti de l’institutionnalisation a été pris par une large frange du mouvement féministe dans les années 80 et 90. Il visait à assurer son existence et à garantir sa légitimité afin d’ancrer dans les lois des acquis sociaux qu’il réclamait. On déclarait alors que tout ce qui n’était pas structurellement ancré et subventionné était fragile. Dans la foulée, le mouvement s’est fortement professionnalisé. La reconnaissance du travail fourni par le mouvement social en général a mobilisé le secteur dit « non-marchand » pendant des années en Belgique. Il s’agissait de le sortir en partie du bénévolat. Voilà, voix de professeure off.

Perso, j’ai toujours apprécié de participer à des initiatives « auto-gérées », « grassroots », « indépendantes ». J’ai tendance à voir les soutiens financiers politiques ou émanant de sponsors comme des poisons. Un pacte avec le diable. Lire la suite « La Mort et militantisme »

Que lire dans les cartes?

Que cherche-t-on en tirant les cartes? C’est une question bien vaste… J’ai ainsi constaté que beaucoup de personnes (cartomancien-ne-s ou consultant-e-s) ont une approche différente de la mienne. C’est pourquoi j’ai envie de vous raconter ce qui m’amène à me lire et à me faire lire les cartes et d’évoquer ce que je ne recherche pas du tout en le faisant.

J’en suis venue à l’idée de me tirer les cartes il y a environ un an. Je voyais mon psy moins souvent et souhaitais continuer dans ce sens sans pour autant cesser de me plonger dans « l’inconscient ». De je-ne-sais-où, l’idée a germé que le tarot était une façon parfaite d’y arriver. J’étais attirée par les symboles, les images et, surtout, par les possibilités de leur faire dire des histoires. Lire la suite « Que lire dans les cartes? »

Consultations de tarot lors d’une fête

J’ai tiré les cartes à une soirée et c’est plutôt ardu en fait.

lfest_li
En train de présenter mes tarots à une personne subtilement anonymisée par mes talents de geek.

Quand il nous a été proposé de faire un stand de tarot à ce festival pour les meufs LGBTQI+, on a plutôt pensé à créer notre petit coin en marge d’une activité. Cependant, la perspective de fournir ce service à l’intérieur de la soirée de clôture intéressait davantage l’organisatrice. Sceptiques, Anja et moi avons accepté à condition de pouvoir tester le format au préalable. Nous avons ramené nos cartes à une soirée d’anniversaire dans cette intention, mais nous n’avons pas tenu l’exercice jusqu’au bout : on s’est installées dans une chambre de la coloc en demandant à nos consultantes de faire la file derrière la porte close. Petit havre de paix et de réflexion dans une soirée bien chargée, la formule a beaucoup plu, tant à nous qu’aux personnes qui sont venues se faire tirer les cartes. Lire la suite « Consultations de tarot lors d’une fête »

Voyage de « la folle » dans les arcanes majeurs

Il y a quelques mois, j’ai suivi un cours de tarot que je conseille très fortement à toute personne intéressée qui comprend l’anglais: The Alternative Tarot Course sur Little Red Tarot. Le chapitre consacré aux arcanes majeurs proposait un exercice plutôt fun: le voyage du fou/de la folle (ou du mât en tarot de marseille). Il s’agissait d’écrire quelques phrases pour chaque carte, dans l’ordre numérique, afin de mettre en avant ce que la folle apprend dans son voyage vers la carte 21, le monde, son trajet à travers des leçons de vie, en route vers l’épanouissement. Une interprétation littérale des arcanes majeurs bien utile pour se familiariser avec le tarot ou avec un jeu en particulier. En l’occurrence, voici la mienne, avec le Wild Unknown Tarot, à l’époque, tout juste un mois après le début du cours: Lire la suite « Voyage de « la folle » dans les arcanes majeurs »