Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 2.

Faut-il se réjouir de la multiplication de tarots abordables qui se veulent plus « inclusifs »? Les choses sont-elles en train de changer? A qui profite ce juteux business? Qui sont les laissé-e-s-pour-compte? Peut-on se passer de tarots plus représentatifs? Pistes de réponses en 2 parties.

L’inclusivité TM

Les conclusions de mes essais sont catégoriques : la création, la production et l’utilisation de tarots hétéronormés, blanchisés, mincis, ciscentrés, validistes sont le reflet d’un système. Elles y participent. Elles alimentent nos imaginaires, nos visions de nous-mêmes et des groupes opprimés. Lutter contre les normes implicites dans des tarots constitue un réel enjeu de société. Tout comme dans l’art, sur les écrans, dans les romans, revendiquer des représentations plus justes est un enjeu de société.

Poussant ce raisonnement, parmi les multiples facteurs à prendre en compte : le soutien (financier !) aux créateurs-rices qui travaillent dans ce sens. J’écris pour Little Red Tarot, un site britannique qui vend des tarots alternatifs en Europe. Je suis attentive aux initiatives qui passent par des campagnes de récolte de fonds ou des petites boutiques d’artistes. J’ai décidé de mettre en avant et d’acheter en priorité des tarots indépendants. Mais il devient compliqué d’y voir clair… Le capitalisme s’est engouffré dans une niche (enfin, depuis  le new age, cette niche a peut-être vu le jour avec des motivations capitalistes).

Vivant tou-te-s dans un monde capitaliste, les artistes, en particulier les artistes minoritaires, doivent développer des stratégies ou faire des concessions pour vivre ou survivre. Je ne prétends pas ici que je suis une exception ou que je suis radicalement opposée aux stratégies dont dépendent notre survie et notre art. Par conséquent, la promotion prioritaire de tarots indépendants ne me mène pas à cesser de soutenir les artistes qui font le choix du mass market, qu’yels soient motivé-e-s par des raisons économiques, de visibilité, parce que ça leur permet de ne pas gérer la lourde production et la communication de leurs decks, ou toute autre motivation.wp-15897980334654983512674312382552.jpg

Tournons-nous vers le système, au lieu de juger les artistes. Le capitalisme a flairé la bonne affaire. L’uniformité apparente des tarots disponibles aurait pu lasser. L’industrie rebondit: la diversité, la positivité, voilà des arguments de vente ! Lire la suite « Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 2. »

Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 1.

Faut-il se réjouir de la multiplication de tarots abordables qui se veulent plus « inclusifs »? Les choses sont-elles en train de changer? A qui profite ce juteux business? Qui sont les laissé-e-s-pour-compte? Peut-on se passer de tarots plus représentatifs? Pistes de réponses en 2 parties. 

Représentativité dans les images ou dans les interprétations?

En ce qui concerne les représentations dans le tarot, plusieurs perspectives queers coexistent. Elles se complètent. La première accorde une importance fondamentale aux images. Les raisons invoquées varient : pour que lae consultant-e se sente représenté-e, pour retrouver quelque chose de familier qui pique notre intuition dans les images, parce que politiquement l’absence de visibilité des minorités va de pair avec leurs exclusions de multiples sphères de la société.

Une autre perspective insiste sur le rôle de la personne qui lit les cartes. En effet, rares sont les tarots dont les images génèrent une affinité totale et forment un miroir parfait des réalités de chacun-e. Il nous revient d’être responsable dans nos interprétations. Même avec un tarot qui cocherait toutes les cases du jeu inclusif de rêve qui casse grave la baraque, il arrivera de lire les cartes avec des filtres potentiellement limités du fait de notre conditionnement social et de nos impensés (privilège blanc, méconnaissance du polyamour, injonction à la sexualité et non prise en compte de l’asexualité, etc.).

D’ailleurs, comment retranscrire visuellement ou dans les corps bon nombre d’aspects de nous et de nos identités qui ne sont habituellement pas reconnues par le tarot? Elles seraient difficilement et dangereusement réductibles à des caractéristiques physiques. D’autant que le tarot peine déjà à représenter les corps « hors-normes » autrement que comme des métaphores! Tenter de les visibiliser sans recourir à des stéréotypes représente une gageure. Tout particulièrement quand les personnes non concernées s’y risquent. Handicaps, identité de genre, orientation sexuelle, classe sociale, santé mentale,… autant de facteurs qu’on ne peut pas forcément déduire d’une image.

On sait pourtant qu’ils ne sont habituellement pas reconnu dans les tarots classiques. Tout l’imaginaire du tarot est si restreint, si normé, si excluant dans sa prétendue universalité qu’on ne se leurre pas sur l’effacement de ces catégories dans la plupart des jeux. Ainsi, si les handicaps visibles sont absents ou servent exclusivement de métaphore visuelle, gageons que les handicaps invisibles ne se cachent pas implicitement derrière les images. Si tous les couples représentés sont hétéros, gageons qu’il n’y a pas de bi-e-s, lesbiennes ou gays à déceler derrière les personnages seuls.

Les modifications de l’univers visuel du tarot s’allient à celles notre langage à son sujet. On s’évertue à mettre au jour et à déjouer ses « impensés » (très réfléchis!) dès lors qu’on s’attache à le transformer et à le rendre plus représentatif, moins oppressif, moins excluant. 

IMG-FatTarot2C
Portrait par Alice Améthyste

Krystal de Power Femme Tarot tient des propos éclairants à ce sujet :

Lire la suite « Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 1. »

En chariot dans l’univers du tarot QUEER

Je suis pas là pour les gens qui comprennent pas pourquoi les positionnements en termes d’identité n’ont pas de sens, qui voient pas les couleurs, qui trouvent cool que je sois une grosse bien dans sa peau mais qui voient pas les enjeux politiques et sociétaux du corps et du corps gros. Si dans ta life, tu as les *privilèges* qui font que tu n’as pas besoin d’étiquettes, de communauté(s) d’opprimé-e-s, de cris de ralliement, tant mieux pour toi (mais viens pas faire la leçon aux gens qui n’ont pas tes privilèges). Si tu trouves quelque chose dans mes écrits et visuels qui te fait du bien ou qui t’inspire, tant mieux et bienvenue ! Mais je suis toujours pas là pour ça.

On me remercie régulièrement pour le travail de vulgarisation, de mettre en avant des thématiques auxquelles on n’aurait pas pensé avant et tout ça. Je suis ravie si ce que je partage a de tels effets. Ça me fait plaisir de participer à élargir des espaces mentaux.

Mais ça n’était pas mon objectif en créant mon blog, alors « en chariot dans l’univers du tarot », en 2016. Ça ne l’est pas plus maintenant. Mon objectif – si j’y arrive un tout petit peu c’est déjà ça – est d’apporter quelque chose aux gens qui voient déjà tout ça, les gens pour qui ça s’inscrit dans la chair, les gens qui vivent l’exclusion au quotidien et qui pensent pas que « l’éveil spirituel » seul va changer toutes les structures matérielles de leur oppression, les gens que les outils d’émancipation laissent sur le carreau. Apporter des mots, du réconfort, de la solidarité, la certitude de ne pas être seul-e.

Grâce à nos « cases » (en vrai, nos identités multiples, fluides, fuyantes, éhontées, affirmées, désavouées) nous nous retrouvons, même si elles sont temporaires. Les revendiquer, c’est pour mieux faire péter les cases qu’on nous impose. On ne fait pas semblant que les systèmes d’oppression ne sont pas en place. On se leurre pas en prétendant qu’il suffit de les ignorer à coups de « on est tou-te-s pareil-le-s » pour les faire disparaître. Se nommer, se trouver des mots alors que les groupes dominants avaient jusqu’ici le pouvoir de nous nommer à notre place et de nous maintenir dans la case choisie pour nous, c’est faire advenir une autre réalité, c’est donner vie à nos imaginaires, nos images, nos mondes, nos alternatives (Monique Wittig forever).

J’écris depuis les marges (et avec tous mes privilèges qui me rapprochent du centre, de la norme, à commencer par être blanche, cis et être issue de la classe moyenne). J’écris depuis l’hors-norme. J’écris en tant que freak. J’écris parce que je suis en colère. J’écris parce que les gros-ses crèvent de la grossophobie. J’écris parce que j’ai perdu blindé de choses dans ma vie parce que je suis gouine. J’écris parce qu’on a besoin de nos étiquettes. Parce que si je dis pas que je suis grosse, ça reste une insulte utilisée pour nous dénigrer et que toi aussi, tu continues à te dénigrer. J’écris parce que si j’avais pas rencontré des fems trans, bies, lesbiennes, gouines (si tu penses que fems, c’est le petit nom de féministes, tu as tort, ça c’est encore le prix de notre invisibilisation par les féministes cis et hétéros)… si j’avais pas rencontré des fems, je serais encore en train de me détester, de vivre avec des phobies sociales, de chercher à crever. J’écris parce que mes communautés sont les raisons pour lesquelles je suis en vie. Elles sont aussi les raisons pour lesquelles je me suis effondrée (nuances, toujours). J’écris pour qu’on ne puisse pas nous ignorer. Pour qu’on ne puisse pas ignorer soi-même ce qui fait notre magnificence (pour paraphraser Mia Mingus sur les magnificences fems et handies). J’écris parce qu’on résiste. J’écris parce qu’on est en vie. J’écris parce qu’on ne les laissera pas nous effacer. Lire la suite « En chariot dans l’univers du tarot QUEER »

4 ans de tarot

24 mars 2016. Mon Wild Unknown Tarot vient d’arriver de Little Red Tarot. Il m’attrape par le cœur, les tripes, la peau, l’âme. Je suis comblée. Je suis envoûtée. Il faut que j’achète immédiatement le Alternative Tarot Course de Beth et que je me mette à étudier. Je le sais.

Je suis une étudiante. Je suis une débutante. Mes yeux sont grand ouverts. Je vois dans l’obscurité. Je distingue avec acuité ce qui n’était alors que formes, traces, flashs, morceaux. Je verrai. Je serai une étudiante. Je ne cesserai jamais d’être une étudiante du tarot. Je ne cesserai pas d’ajuster ma vision de hibou. J’irai chasser avec les hiboux.

24 mars 2016. Ça vient à peine de commencer. La Fille d’épées sera une carte emblématique la première fois qu’on me lira les cartes. Mes souvenirs se déploieront. J’apprendrai à ne pas utiliser mes ailes pour (re)visiter le passé à volonté. J’apprendrai qu’il y a des choses qui souhaitent pas être dérangées. J’apprendrai à respecter les limites – les miennes comme les leurs. Lire la suite « 4 ans de tarot »

Ethique et tarot. 5. Accessibilité, ressources incontournables, sortir du cadre

Cet article s’inscrit dans une série sur l’éthique et le tarot.

Accessibilité

Pense à développer ton offre en termes d’accessibilité. L’audio (non sous-titré) ne convient pas à tout le monde. Si tu reçois sur place, pense à préciser s’il y a des marches, si tu utilises des encens ou des bougies qui peuvent incommoder, si tu partages l’espace avec des animaux, etc. Mieux encore, prévois des adaptations et des alternatives de ton environnement. Il y existe des listes de suggestions pour rendre un espace « fragrance-free », sans parfum. Quand tu choisis des sièges pensent au confort de tou-te-s. L’accessibilité est une question large et complexe qui devrait traverser tout ce que nous faisons. Elle concerne les handicaps mais aussi toute nos façons d’interagir avec notre environnement, d’apprendre, de communiquer. Parfois, ça crée des clashs, ce qui requiert principalement notre adaptabilité. Ainsi, un chien indispensable pour l’accessibilité d’une certaine personne (aveugle, anxieuse,…) peut laisser des poils qui empêcheront des personnes fortement allergiques d’accéder à un espace. Ou encore, dans les périodes où mes problèmes respiratoires sont prononcés, la fumée de tabac est un frein d’accès sérieux. Cependant, la cigarette est ce qui permet à beaucoup de personnes de gérer leur stress. L’accessibilité demande des aménagements qui prennent en compte la variété de nos situations. Elle répond à l’ensemble des obstacles qu’une société globalement validiste met en travers de nos routes. On se plante forcément quand on essaie de mettre en place des espaces et des formules qui se veulent accessibles. J’ai fait plus d’erreurs que je ne voudrais l’avouer dans ce domaine. Ce n’est pas parce que j’ai un syndrome d’Ehlers-Danlos et que ma santé mentale a longtemps compliqué mon accessibilité à des espaces conçus pour les corps valides que je n’ai pas foiré quand j’ai essayé de développer des alternatives. Encore une fois, le doute et la remise en question sont nos moteurs.

Ressources sur le sujet : Mia Mingus et Leah Lakshmi Piepzna-Samarasinha


S’adapter à des situations variées

wp-1579627814960354178276024765878.jpgSi tu tires les cartes à un événement, tout dépend de l’ambiance. A une soirée, une affiche avec quelques points d’attention suffisent. A un festival, quelques paragraphes relatifs à ton approche des cartes peuvent être à disposition près de la liste d’inscription. C’est franchement difficile d’anticiper ce qui va fonctionner quand on tire les cartes en extérieur. Ça fait plus de 3 ans que je le fais occasionnellement lors d’activité. Je commence seulement à y voir clair dans ma communication. Mais je tâtonne encore. Si tu lis l’anglais, je te recommande l’ouvrage Have Tarot Will Travel: A Comprehensive Guide to Reading at Festivals as a Tarot Professional de Jenna Matlin et les articles de Beth Maiden. Lire la suite « Ethique et tarot. 5. Accessibilité, ressources incontournables, sortir du cadre »

Ethique et tarot. 4. Dans la charte ?

Cet article s’inscrit dans une série sur l’éthique et le tarot.

D’après moi, les grands principes de nos chartes éthiques doivent être visibles et facilement accessibles publiquement et pas après que des consultant-e-s potentiel-le-s aient pris un premier contact. Il existe de nombreuses façons de tirer les cartes. En tant que consultant-e-s, on doit pouvoir s’orienter en connaissance d’éléments de base, même si une charte plus aboutie n’est dispo qu’à la demande ou commande. Est-ce important pour toi ? Pourquoi ?

La présentation

D’un point de vue pratique, les options ne manquent pas ! Tu peux créer un site avec une seule page, juste pour la charte si tu ne comptes pas alimenter un blog. Tu peux la rendre accessible en pdf sur un cloud dont le lien sera accessible dès que tu proposes tes services. Tu peux aussi la réduire à quelques points clés en story à la une sur insta. A toi de voir ce qui doit absolument être accessible et ce qui est secondaire. Garde bien en tête la confusion sur certains termes. Ils doivent être prioritaires soit à détailler, soit à élaguer. En effet, si des mots fourre-tout ne donnent qu’une vision floue de ton travail, ça signifie peut-être qu’ils sont superflus (en tout cas, dans ta charte).

Ne perds pas de vue qu’on n’aime pas trop devoir cliquer plein de fois pour trouver une information, que les vidéos et audios ne sont pas accessibles pour tout le monde, ni même les longs textes. Certain-e-s consultant-e-s vont en revanche avoir besoin de détails pour être rassuré-e-s. Tout ça doit te permettre de composer ta ou tes chartes en t’adaptant à ton public et à ses besoins.

Une fois que le processus de réflexion, entamé à la suite des premiers articles, a livré des premiers résultats, Lire la suite « Ethique et tarot. 4. Dans la charte ? »

Ethique et tarot. 3. Nos coulisses

Cet article s’inscrit dans une série sur l’éthique et le tarot.

Assumer/justifier ses choix

On peut opter pour des mots qui nous parlent en les revendiquant à contre-courant de leur utilisation classique. Ainsi, inspirée par les réflexions de Power Femme Tarot, j’utilise « divinatoire » pour parler de pratiques sensibles à l’invisible et pas forcément prédictives. Mais, puisque le sens commun le définit comme la prévision de l’avenir, il me revient de faire preuve de clarté quand je recours à ce mot. Récemment, j’ai formulé ça comme ça quand j’ai tiré les cartes à un événement :

Envie de te faire tirer les cartes ?
Ça commence par ici 🙂

Les consultations de tarot traitent du thème du festival. Elles durent 10 à 20 minutes. Les tirages présentés aujourd’hui ont une dimension assez pratique. Il ne s’agit pas de cartomancie prédictive.
Mon tarot est divinatoire et intuitif.
Tu ne vas pas découvrir ce que te réserve l’avenir mais… Avec les cartes, nous jetterons un nouveau regard sur une situation. On reformule. On prend en compte des approches jusque-là ignorées. On fait le bilan. On trie. On met en lumière. On dégage des pistes. La lecture te tendra des clés. Elle soulignera des points d’attention. Elle fera émerger des tendances. Autrement dit, elle vise à t’autonomiser plutôt qu’à te présenter un avenir figé. Si ma pratique du tarot n’est pas prédictive, elle n’en est pas moins sensible à l’invisible, aux messages des guides, à la magie. Et des petits flashs concernant les développements futurs ne sont pas complètement exclus 😉
Enfin, afin qu’un maximum de personnes en profitent, ce ne seront pas des tirages très interactifs. Je te livrerai ce que je vois dans les cartes, mais nous n’irons pas en profondeur.
Choisis le tirage qui correspond le mieux à ta situation sur l’autre page !
Confidentialité garantie !

« Divinatoire » ne suffit pas, mais quelques phrases suffisent à transmettre mon interprétation du terme. En revanche, je n’explique pas systématiquement des éléments personnels qui informent mes choix de vocabulaire. Lire la suite « Ethique et tarot. 3. Nos coulisses »

Ethique et tarot. 2. Quel vocabulaire ?

Cet article s’inscrit dans une série sur l’éthique et le tarot.

Comment faire le tri dans le vocabulaire confus de la cartomancie ? Pour m’atteler à définir ma pratique, je vais isoler des mots emblématiques du tarot et de la cartomancie à l’heure actuelle. Commençons par exemple par « guidance ».

Qu’est-ce que ça veut dire pour moi  ?
Si je fais des recherches sur l’histoire du terme est-ce que ça recoupe ma pratique ?
Est-ce que ça me dérange si ce n’est pas le cas ?
Ai-je besoin de préciser ?
Qu’est-ce qui m’attire dans l’étymologie du mot ?
Quelles sont les traditions d’utilisation de ce terme dont je me revendique et celles qui me posent problème ?
Qu’est-ce que j’espère transmettre à mes consultant-e-s avec ce mot ?
Qu’est-ce que j’espère qu’yels comprennent de ma pratique ?
Est-ce que j’ai l’impression que ça marche ?
Est-ce qu’on m’a déjà interpelé-e sur cet usage ?
Est-ce que je voudrais l’être ?
Si on le faisait, comment je le définirais pour être en accord avec ce que je fais ?
Ai-je des retours sur mes tirages quand j’adopte ce terme ?
Trouve-t-il écho auprès de mes consultant-e-s ?

Et on poursuit : Outil, canaliser, médium, voyance, tarot pour le développement personnel, tarot artistique, psychologique, créatif, mystique, magique, etc.

Qu’est-ce que ça veut dire pour moi ?
Qu’est-ce que je ressens en lisant ces termes ?
Quels mots m’irritent ?
Quels sont mes jugements de valeur ?
Quels mots me rassurent ?
Lesquels prêtent à confusion ?
Pour lesquels ai-je remarqué d’autres usages que le mien ?

On peut ensuite établir une liste de mots-clés relatifs au tarot, aux lectures de cartes ou à la divination, sous forme de tableau sur l’ordinateur, de nuages de tags, d’arbre à post-its. Maintenant, place au tri : Lire la suite « Ethique et tarot. 2. Quel vocabulaire ? »

Ethique et tarot. 1. Pourquoi rédiger une charte?

Cet article s’inscrit dans une série sur l’éthique et le tarot

Il est grand temps de dépoussiérer ma charte éthique ! Il faut que je définisse ma pratique du tarot en quelques paragraphes, clairement, sur mon blog. Mes réflexions sur l’évolution de ma pratique ne doivent pas se trouver exclusivement dans des longues vidéos sur youtube. Elles doivent être accessibles. D’ici quelques semaines, je compte offrir, occasionnellement, des consultations de tarot professionnelles. La transparence doit suivre. La charte qui figure sur mon site depuis 3 ans a rarement été remaniée alors que ma pratique a beaucoup évolué. Puisqu’il me faut m’y mettre, j’ai préparé diverses questions et exercices auxquels je vais me soumettre pour (ré)élaborer ma charte.

Afin de t’inspirer à en faire autant et parce que je suis convaincue que ce processus est impératif pour tou-te-s les personnes qui tirent les cartes à d’autres (gratuitement, contre échange ou paiement), je partage ici mon cheminement. Si le processus est laborieux, il ne devra pas forcément transparaître dans la charte finale. Les prises de tête et grandes mises au point avec soi aident à se mettre au clair avec soi-même, avant d’être réduites dans un discours accessibles. Après tout, on a envie que les consultante-s- se sentent avant tout rassuré-e-s, invité-e-s dans notre univers et confiant-e-s (pour les bonnes raisons). Lire la suite « Ethique et tarot. 1. Pourquoi rédiger une charte? »

« La » déesse, « la triple déesse », une critique féministe et queer

Pour expliquer ce qui me chiffonne avec tout ça: trois vidéos, mes notes de travail et une brève bibliographie.

Finalement, la trame qui a servi à l’élaboration de mes 3 vidéos n’est pas aussi fidèle à la structure des vidéos que je l’aurai voulu. Vous pouvez toutefois retrouver les grandes lignes dans ces notes de travail (avec les fautes et le fouillis qui va avec hein, c’est un brouillon, pas un article ^^).

  • Qu’est-ce que c’est ?

Des échos anciens, des déesses triples, des déesses vierges etc (même si ça n’a pas le même sens que le sens commun de nos jours),

La lune (tradition dianique), en particulier l’analogie avec ses phases

Des aspects d’une même déesse,« la » (grande) déesse, qui serait une sorte de principe, conçu dans beaucoup d’approches wiccannes et/ou psychanalytique en parallèle avec un autre « masculin », comme le dieu cornu.

Lecture de religions et philosophies non occidentales avec cette grille.

3 stades de la vie d’une femme ( ?), métaphore des cycles de vie et de mort tout comme la lune. Donc c’est une métaphore de la vie, pour chacun de nous et en général.

–> avant tout, c’est un schéma qui aide à comprendre le monde

  • Pourquoi j’ai promis d’en parler dans ma vidéo initiale sur Hécate?

Lire la suite « « La » déesse, « la triple déesse », une critique féministe et queer »