Le 7 de coupes. Sous ton grand chapeau

Tata yoyo, qu’est-ce qu’il y a sous ton grand chapeau
Dans ma tête y a des tas d’oiseaux

Que tu l’affiche
Ou que tu caches
Dans ta tête, ça décale, ça défie
Ça défile, ça s’entasse
Ça jacasse ça jacasse ça jacasse

Ça se déchire
Mais ça danse aussi
Farfelu.e fille du vent
Furies Furies Furies

Sous le chapeau,
Ça chamboule, ça perd la boule
C’est pas glamour, égarer son Nord
Mordre aux baves des Sirènes
Harponné.e par les Harpies et les pies et les pies

Lire la suite « Le 7 de coupes. Sous ton grand chapeau »

Plein de tirages collectifs!

Cet été, j’avais offert sur instagram des tirages de tarot « canalisés ».

Voici la formule:

Et voici quelques tirages:

Lire la suite « Plein de tirages collectifs! »

L’étoile du matin

Ça s’élève des cendres
Du plus profond de la douleur
Un halo
Survivre est pesant
Que fait-on quand on survit ?
Où vont la douleur, la culpabilité,
La solitude ?
Où s’en vont-elles ?
Où vas-tu quand tu as survécu ?
Un poids s’élève de ton cœur
Vénus, L’Etoile du matin,
Danse dans ton ventre
Elle illumine tes nuits tourmentées
Il y a la fragile, imperceptible lumière de l’espoir
Et il y a la présence éclatante de Vénus

Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté (7 de coupes, La Mort, Page de pentacles)

Proprement alignés sur l’étagère, les flacons d’une thérapie de la discipline dégagent une odeur aseptisée. Ici, tout est dans le rang. On a organisé, on a étiqueté et, surtout, on a capturé. Ici, on fait le travail du pouvoir-sur. On a discipliné le pouvoir-du-dedans. On fait correctement les poussières afin de donner le change. On referme la vitrine pour célébrer la distance. Ici, on a déterminé les limites de l’humain-e fonctionnel-le, intégrée dans le système, dans le rang, sous contrôle.

Si tu prends l’ascenseur et que tu descends, et puis que tu descends encore, et puis que tu t’aventures en dehors de ta cage de verre, tu peux sentir l’herbe sur tes orteils. Tu peux laisser le vent caresser tes poils. Tu peux écouter les messages qui circulent avec la rivière. Tu peux sentir le humus qui gronde. La terre réclame. La boue régénère. Voilà où tu laisses des offrandes. Voilà où tu sacrifies. Voilà où tu tranches. Voilà où tu meurs. Voilà où tu renais. Voilà où tout se renouvelle. Où tout cesse. Où tout (re)commence. Voilà où les flacons ne capturent rien. Où le courant des ruisseaux a raison. Où les plantes nettoient. Où les rêves s’envolent. Où les rêves s’immolent. Voilà où l’on souffre et où l’on guérit. Perpétuellement. Dans le désordre. Dans l’infini. Avec la révolution des astres. Avec la ferveur du compost. Voici où l’on partage. Voici où l’on est vulnérables. On est effroyables.

Ici, les disciplines n’ont pas étouffé notre créativité.

En lisant le chapitre « Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté » dans Rêver l’obscur de Starhawk.

Retour sur l’Equinoxe d’automne 3

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Il n’y a pas de répit pour les créatures de l’entre-deux
Des portes, des orifices, le froissement des plumes, le murmure du vent
Les prédictions ne sont pas joyeuses
Les créatures des entre-deux sont sur le front
Appelle ça une armée si tu veux
Appelle-nous des sorcières
Appelle-nous des téméraires
Nous sommes sur le fil des équinoxes
Et déjà au cœur de l’automne
Et déjà à frôler des cailloux des cimetières de nos pieds nus


Nous flottons
Nous sommes la brume
Nous ne connaissons pas de répit
Créatures des entre-deux
Le chaudron, la fumée, le feu, la potion, la cuillère, les enfers
Nous sommes
Tou-te-s entièr-e-s
Nous ne sommes pas faites de pierre


Nous sommes le mouvement
Insoupçonnables
Les imperceptibles créatrices de l’entre-deux
Les créatures de la matrice
Au fin fond et à la surface
Nous sommes
Ainsi soit-on

Lire la suite « Retour sur l’Equinoxe d’automne 3 »

Retour sur l’équinoxe d’automne 2

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Dans ton chaudron,
On plonge la tête la première
Un prérequis
Un acte de foi

Dans ton chaudron,
On revient sans loi
On en revient cent fois

Je me débats avec les esprits
Ou
Avec mes peurs les plus inavouées ?
Je me débats avec ce qui n’a pas de nom
Pas de visages
Les incubes dont les bras affleurent à la surface

J’ai tant de craintes

Je fais acte de foi
Je plonge dans le chaudron
La tête la première
Incubation
Résurrection

J’ai peur de n’être qu’une armée de zombies
Je les sens trembler dans mes bras
Je crois que je vais exploser

Lire la suite « Retour sur l’équinoxe d’automne 2 »

Retour sur l’équinoxe d’automne 1

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Beautés
Corps en décomposition
Pommes pourries
Elles nourriront le sol

Perséphone
Celle qui la suit
Le voyage
Celle qui revient
Tandis que la Reine des Enfers reste encore

Promesses
Adieu qui ne sont pas déchirants
Chaleureuses étreintes
Je te reviens mon amie
Je retourne aux entrées
Je retourne aux tournants
Je pivote
Promesses, certitudes

Respirer les colchiques d’automne
De là, on voit loin
On voit profondément
On s’amuse dans les prés
On s’ébat

On se débat aussi
Respirer les colchiques d’automne
D’ici, on pressent

Epines d’aubépine trompeuses

Tricky shadows
Deceptive thorns
Do you protect or do you bite?

Réponses partielles
Attaques sournoises
Est-ce que tu te caches ou est-ce que tu fais face ?
Dans la mélasse naissent les êtres hybrides

Under thunderlight, the truth appears too crude to be right

Let me tell you the secrets and the lies
Laisse-moi t’initier aux arnaques et aux arcanes

On se décolore, on change de décor, on mord la poussière
Puis on décolle sans un regard en arrière

On the other side, there is another you
Take the trip take the trip, will you?

La pression La fragmentation La rétractation Les subtilités Les membranes Les illusions La réalité

My eyes bleed
Reluctantly
Constantly
Are my eyes bleeding?
How could I tell there’s so much smoke

My nails scratch the wooden surface
I don’t have any nails left
My fingers scratch the bottom of the ocean
Restlessly

Il y a des étoiles autour de ma tête
Je les aperçois du coin de l’œil
Puis elles disparaissent
Est-ce ainsi que mes yeux saignent
Ou est-ce que mes lubies naissent
Lubriques essaims qui tournoient autour de ma têtes
Les abeilles se rendent dans les abysses

What is this name that bees whisper in my slee
Why do I answer to it
The kind of dog I used to be
Why wouldn’t you trust me
My eyes get tired of all of my questions
(Lend me a question mark)
I hear a buzzing
Am I going to wake up?

Les trompettes me réveillent me percent les tympans
Pourquoi les membranes ne m’ont-elles jamais protégée ?

Tout cela relève de l’illusion

Somnambule Funambule Âme qui roule dans le fumier
Tout cela relève d’une réalité

Je suis la membrane qui palpite
J’agite la main (sans ongles)
Auprès de mon oreille
Est-ce que j’entends
Qu’est-ce que je sers

Lire la suite « La pression La fragmentation La rétractation Les subtilités Les membranes Les illusions La réalité »

Processions

Un texte canalisé en août lors de l’espace sacré Fête des Moissons de Valiel Elentari

Rester dehors pour regarder les étoiles. Nemoralia, perséïdes, assomption, cosmogonies. Souvenirs.

Où étions-nous ?
C’était un jour comme un autre
ordinaire
l’air piquait un peu
à part ça, ordinaire

Je me revois là-bas
Le sentiment d’absence
de vide
de circonstance
Les visages de circonstance
Les villages en transe

On avait chaud

Le ciel se déchire
se fissure
Abyssal

Tu descends ou tu montes ?
C’est la valse des psychopompes
Marie entourée de ses anges
Portée par les nymphes

Nous marchions, transpirantes
accablées par la chaleur
et les flambeaux
…… Les flambeaux

Les étoiles filantes dessinent le ciel
Des bouts de nous

On a laissé des traces
On s’est laissées dans les trances
On s’est laissées aller
Tu te souviens de mon odeur

Dans les noms que je te donne

Catalogue de curiosité (…)

On entend les sons du monstre du lac
Ce soir on n’a pas peur, même si on crève de trouille

Je suis poussée sur tes épaules

On me porte
en procession

Lire la suite « Processions »