White Numen Tarot Review

Loving a tarot deck that I’m not supposed to love! What should I do?

This review is English. Pour des considérations similaires en français + une revue des aspects techniques, regarde ma vidéo de déballage du White Numen Tarot (qui existe en version française sous le nom Tarot des Divinités).

April 2021

Dear diary,
I am conflicted today. After watching an unboxing of The White Numen Tarot, I feel drawn towards its energy. Something primal, animist and Hekatean grabbed me. Should I accept my feelings or listen to my brain?


June 2021

Here I am, holding the deck in my hands, charmed, mesmerized and a bit overwhelmed by how good it is at delivering messages. The White Numen called. I answered. Something is happening between us.

Yet, I can’t leave aside my reservations. It’s not that I enjoy nit-picking on any specific deck! It’s a broader issue! No matter how actively the tarot community engages in diversity and representation, it keeps pushing some people towards the margins. 

The pathologisation of fat people is rampant. It is probably the main reason why most creators and publishers refuse to offer representation to us (and from us!). I can’t accept it though. Half of the population in my country isn’t thin! Why would they invisibilize us? 

In June, everybody (especially companies) seemed to « celebrate » (not fight for though) queerness, including in the tarot industry. This wouldn’t have been possible 50 years ago. Queerness was then considered an illness, something to cure, something illegal, something to erase from our society. All of which sadly still exists. But so much has changed with regards to mainstream representation! Why is it so difficult for a similar shift to occur in the way we depict, understand and celebrate fatness? 

The White Numen Tarot, like most tarot deck, is a thin deck. It’s a skinny deck. 

Lire la suite « White Numen Tarot Review »

Sorcières et féministes: irréconciliables?!?

Préambule

Quand j’ai commencé cet article il y a quelques mois, j’avais envie d’un texte trop parfaitement bien étayé : des tonnes de sources, des vérifications approfondies, etc. Comme toujours, les aléas de ma santé en décident autrement. L’article ci-dessous se révèle plus brut. Il est beaucoup plus court. Comme un chantier sur lequel je reviendrai, plutôt qu’un long essai super élaboré. Le temps de la réflexion permettant à l’agacement de décanter, le projet s’est redessiné. J’ai peu retravaillé mon argumentaire. Il est plus « rond » que l’idée que j’en avais à la base.

Le Daughters of the Moon Tarot, un tarot féministe rond pionnier publié en 1984, m’a inspirée des réflexions plus libres. Après avoir créé une vidéo de présentation dans laquelle j’articule certains arguments de ce texte, j’y suis revenue, j’en ai arrondi les angles, j’ai accepté qu’il ne serait pas ce que j’avais l’ambition de partager initialement. Il est cependant un complément à la vidéo.

Sorcières et féministes, le grand écart ?

J’ai constaté un usage généralement péjoratif de « la sorcière féministe ». On la considère comme un épouvantail. Dénigrée, elle ne serait

  • ni un-e sorcière aux yeux des un-e-s. En effet, sa posture serait exclusivement théorique/politique tandis que seules les pratiques feraient la sorcière.
  • ni un-e féministe aux yeux des autres. Soit parce qu’yel aurait succombé à un phénomène de mode soit parce que le féminisme se voudrait rationaliste, anti-religions, etc.

Cette incompréhension dérive des multiples significations tant de « sorcière » que de « féministe ». Des féministes ont beau clamer depuis des décennies qu’il n’y a pas un mais des féminismes, l’anti-féminisme est tel que des collisions cognitives semblent vouées à se produire dès que quelqu’un-e s’en réclame. L’histoire de chacun de ces termes est bien plus complexe que les émois qu’ils provoquent.

Comment en vient-on à prétendre que les féministes auraient volé ou souillé une sorcellerie prétendument intemporelle alors même qu’elles ont cherché à l’historiciser (d’un point de vue purement académique ou d’un point de vue pratique) ? Comment utilise-t-n des arguments anti-capitalistes pour nier toutes les pratiques de sorcellerie qui ont existé et qui existent encore ? Pourquoi certaines féministes sont-elles aussi réticentes à intégrer les liens, qu’elles ont passé des décennies à déconstruire, entre femmes et nature ? Une fois pelées les couches de construction sociale autour des « sorcières », des « femmes, du « genre », de la « féminité », faut-il tout jeter au compost ou peut-on goûter le zeste et reconstruire ou se réapproprier (reclaim) des éléments ?

Féminismes des années 70

Pour mieux comprendre pourquoi on agite à tort le spectre de « la sorcière féministe », il faut remonter aux années 60 et 70. Se déroulent alors parallèlement deux mouvements (dont je me garderai bien d’affirmer qu’ils n’étaient pas joints par de nombreux ponts).

Lire la suite « Sorcières et féministes: irréconciliables?!? »

Nos constellations queer 🌌

Ma balade divinatoire en (22!) vidéos se trouve sur le carnet de recherche de l’Atelier Corps, Genre, Arts ce samedi 23 janvier 2021! 🔮

Le point de rassemblement pour l’embarquement, c’est ici:

Plein de tirages collectifs!

Cet été, j’avais offert sur instagram des tirages de tarot « canalisés ».

Voici la formule:

Et voici quelques tirages:

Lire la suite « Plein de tirages collectifs! »

Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté (7 de coupes, La Mort, Page de pentacles)

Proprement alignés sur l’étagère, les flacons d’une thérapie de la discipline dégagent une odeur aseptisée. Ici, tout est dans le rang. On a organisé, on a étiqueté et, surtout, on a capturé. Ici, on fait le travail du pouvoir-sur. On a discipliné le pouvoir-du-dedans. On fait correctement les poussières afin de donner le change. On referme la vitrine pour célébrer la distance. Ici, on a déterminé les limites de l’humain-e fonctionnel-le, intégrée dans le système, dans le rang, sous contrôle.

Si tu prends l’ascenseur et que tu descends, et puis que tu descends encore, et puis que tu t’aventures en dehors de ta cage de verre, tu peux sentir l’herbe sur tes orteils. Tu peux laisser le vent caresser tes poils. Tu peux écouter les messages qui circulent avec la rivière. Tu peux sentir le humus qui gronde. La terre réclame. La boue régénère. Voilà où tu laisses des offrandes. Voilà où tu sacrifies. Voilà où tu tranches. Voilà où tu meurs. Voilà où tu renais. Voilà où tout se renouvelle. Où tout cesse. Où tout (re)commence. Voilà où les flacons ne capturent rien. Où le courant des ruisseaux a raison. Où les plantes nettoient. Où les rêves s’envolent. Où les rêves s’immolent. Voilà où l’on souffre et où l’on guérit. Perpétuellement. Dans le désordre. Dans l’infini. Avec la révolution des astres. Avec la ferveur du compost. Voici où l’on partage. Voici où l’on est vulnérables. On est effroyables.

Ici, les disciplines n’ont pas étouffé notre créativité.

En lisant le chapitre « Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté » dans Rêver l’obscur de Starhawk.

Mes ressources incontournables sur le tarot

Je ne cherche pas à te convaincre qu’il faut absolument lire des tonnes de bouquins ni avoir des tonnes de diplômes pour valoriser ton apprentissage du tarot. Si tu aimes les métaphores de l’astrologie: je suis gémeaux ascendant vierge, j’ai besoin de collecter, piocher, critiquer, catégoriser, disséminer les infos. Il y a d’autres façons d’apprendre. Il y a d’autres façons de faire l’expérience du monde.

Cependant, ces ressources m’ont beaucoup aidée. Grâce à elle, je m’approprie l’outil tarot, ses multiples usages, ses ramifications, son érudition, ses symboles,… Elles influencent énormément mon approche du tarot et, par conséquent, la rédaction de ce blog. Logique de te livrer ce qui est déterminant dans l’approche que je partage ! Il ne s’agit pas une bibliographie exhaustive sur le tarot, mais plutôt une compilation de ressources passionnantes pour quiconque s’intéresse au tarot avec une approche alternative, féministe, queer. Aucune de ces ressources n’est irréprochable ou complète. Je ne m’engage pas ici dans des critiques. Elles sont utiles. Elles sont chouettes. A toi de faire le tri !

Je lis très peu en français sur ce sujet. Mes ressources sont imparfaites et limitées. En 2020, les publications sur le tarot en langue française ne sont plus rares. A ma connaissance, celles qui sont le plus visibles manquent encore cruellement de queer, d’antiracisme, d’anticapitalisme, etc. Peut-être que je me trompe ! N’hésite pas à me recommander des ressources si c’est le cas (en commentaire ci-dessous par exemple ^^).

A terme, j’espère étayer cette liste avec des comptes insta. J’aimerais aussi communiquer tout ce qui nourrit mon approche du tarot, ce qui ne se limite pas aux ouvrages, cours et blogs « sur le tarot ».

Cours

Tata Cathou s’éparpille: la plupart de ces formations est toujours en cours pour moi. Prenons notre temps !

Beth Maiden, Little Red Tarot, The Alternative Tarot Course

Alexis J. Cunningfolk, Worts & Cunning, The Tarot Apothecary

Tarot Summer School 2017 et 2018 en particulier : Ethony Dawn, Psychic Tarot +  Avalon Cameron, Ritual Tarot for the Mystical Seeker + Kelly-Ann Maddox, How to give a truly empowering tarot reading + Jessi Huntenburg, Reading Tarot Intuitively + Christina Gaudet, Anatomy of a tarot reading

Lindsay Mack, Tarot for the Wild Soul, Heart of Service

Blogs et podcasts

Lindsay Mack, Tarot for the Wild Soul

Asali Earthwork, notamment sa liste de tarots pour et par des personnes racisées et/ou queer

Krystal, Power Femme Tarot en particulier les nombreuses ressources qui sont été partagées sur son patreon

Le blog communautaire de Little Red Tarot désormais fermé mais toujours accessible

Valiel Elentari, son blog + www.patreon.com/valiel

Sarah Faith Gottesdiener, notamment sa newsletter

Charli Claire Burgess, The Word Witch + www.patreon.com/thewordwitchtarot/

Vanessa Sophie, Lilith Tarot

Yarrow Magdalena, par exemple le Daydreaming with Wolves podcast #41

Les anciennes chroniques Beth Maiden sur Autostraddle

Alexis J. Cunningfolk, Worts and Cunning + www.patreon.com/wortsandcunning/

Vidéos

Kelly-Ann Maddox, https://www.youtube.com/channel/UCO3TVUyNxIdMdR9RljTIzaQ

Livres (par ordre d’importance)

Eh oui, les livres n’arrivent pas en tête de liste ! 😊 Je ne trouve pas que c’est la source d’infos la plus accessible…

Beth Maiden, All of our Stories. The Little Red Tarot Guidebook, 2020.
Également disponible en grande partie gratuitement dans sa Library of Tarot Cards Meanings sur https://littleredtarot.com/learn-tarot/library

Charlie Claire Burgess, The Fifth Spirit Tarot Guide, Autopublié, 2020.

Rachel Pollack, Seventy-Eight Degrees of Wisdom. A Book of Tarot, Element, 1997 (revised version).
Plusieurs de ses ouvrages ont été traduits en français.

Michelle Tea, Modern Tarot. Connecting with Your Higher Self Through the Wisdom of the Cards, HarperElixir, 2017.

Cassandra Snow, Queering the Tarot, RedWheel/Weiser Books, 2019.

Les livres et livrets accompagnant les tarots m’inspirent beaucoup

The Slow Holler Tarot, collectif

The Next World Tarot par Cristy C. Road

She is Sitting in the Night, Re-visioning Thea’s Tarot par Oliver Pickle qui revisite le travail de Ruth West

The Numinous Tarot par Cedar McCloud

Spacious Tarot par Carrie Mallon

This Might Hurt Tarot par Isabella Rotman

Mystical Cats Tarot par Lunaea Weatherstone et Mickie Mueller (il existe un version francophone)

Magical Dogs Tarot par Mickie et Daniel Mueller

Représentations des corps gros

Pourquoi diffuser des images de personnes grosses par les personnes grosses? Comment représenter des corps gros? Qu’est-ce que le privilège mince? La haine systémique des gros-ses? Les discriminations que nous rencontrons quotidiennement? En quoi est-ce lié aux représentations des gros-ses dans les médias ou dans l’art?

En novembre 2019, Corps Cools m’a invitée à prendre la parole lors d’un gros drink and draw, une soirée de dessin de modèle vivante grosse! J’y ai lu des textes et j’ai animé une discussion dont voici une version podcast (enregistrée préalablement au cas où je n’aurais pas pu être présente). Bon, ok, pseudo podcast parce que j’ai rien édité ni monté 😀

Les textes

Tu peux écouter dans l’ordre

  1. Je m’exprime à travers la nudité en tant que grosse (à 0’00)
  2. Où sommes-nous3’55)
  3. Mes cuisses8’10)
  4. En conclusion: représentations des gros-ses12’10)

Si tu cliques sur les liens ci-dessus, tu peux aussi lire directement les textes.

Mes réflexions sur le thème

View this post on Instagram

Avec quelques photos, je prends le temps de revenir sur la soirée de dimanche. Quand on milite pour les droits des personnes grosses, on réalise vite que les représentations sont un des plus gros problèmes. Dans les films, livres, clips, séries, bd, médias, pubs… Les gros.ses ne sont pas ou mal représenté.es : déshumanisé.es, fainéant.es, avachi.es dans un canap', entrain de manger, malades, faire-valoir, sales, bêtes, sur-sexualisées, gourmand.es, méchant.es, tristes… (florilège de préjugés non-exhaustif). Pourtant, les représentations construisent notre inconscient collectif. Alors c'est assez logique : si on montre les gros n'importe comment, l'inconscient collectif sur les gros est n'importe quoi. Mais le truc pas du tout formid' c'est que ces préjugés s'infusent ensuite dans le réel : on n'embauche pas la grosse parce qu'on la pense fainéante et on ne veut pas être copain avec le gros parce que les gros c'est dégueulasses. Il est donc si important de changer/améliorer/diversifier les récits/images sur nos vies. À notre petite échelle, c'était l'idée de cette collaboration avec le collectif @frivo_lezze : faire dessiner des corps qu'on ne voit jamais, parler de nous et sensibiliser les dessinateurs à ces enjeux. Je ne sais pas si l'événement était parfait et si ça a semé des petites graines, mais je ne peux m'empêcher de l'espérer. Merci pour votre présence & merci d'avoir rendu l'atmosphère si douce 🔮 Merci à @cathoutarot pour ses textes inspirants et à @juliedeadlydoll pour son professionnalisme. Merci aux copains pour leur soutiens. Et puis merci à vous, ici. On vient de passer les 3000 et c'est bien trop chouette (et fou) 🖤

A post shared by Corpscools (@corpscools) on

Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 2.

Faut-il se réjouir de la multiplication de tarots abordables qui se veulent plus « inclusifs »? Les choses sont-elles en train de changer? A qui profite ce juteux business? Qui sont les laissé-e-s-pour-compte? Peut-on se passer de tarots plus représentatifs? Pistes de réponses en 2 parties.

L’inclusivité TM

Les conclusions de mes essais sont catégoriques : la création, la production et l’utilisation de tarots hétéronormés, blanchisés, mincis, ciscentrés, validistes sont le reflet d’un système. Elles y participent. Elles alimentent nos imaginaires, nos visions de nous-mêmes et des groupes opprimés. Lutter contre les normes implicites dans des tarots constitue un réel enjeu de société. Tout comme dans l’art, sur les écrans, dans les romans, revendiquer des représentations plus justes est un enjeu de société.

Poussant ce raisonnement, parmi les multiples facteurs à prendre en compte : le soutien (financier !) aux créateurs-rices qui travaillent dans ce sens. J’écris pour Little Red Tarot, un site britannique qui vend des tarots alternatifs en Europe. Je suis attentive aux initiatives qui passent par des campagnes de récolte de fonds ou des petites boutiques d’artistes. J’ai décidé de mettre en avant et d’acheter en priorité des tarots indépendants. Mais il devient compliqué d’y voir clair… Le capitalisme s’est engouffré dans une niche (enfin, depuis  le new age, cette niche a peut-être vu le jour avec des motivations capitalistes).

Vivant tou-te-s dans un monde capitaliste, les artistes, en particulier les artistes minoritaires, doivent développer des stratégies ou faire des concessions pour vivre ou survivre. Je ne prétends pas ici que je suis une exception ou que je suis radicalement opposée aux stratégies dont dépendent notre survie et notre art. Par conséquent, la promotion prioritaire de tarots indépendants ne me mène pas à cesser de soutenir les artistes qui font le choix du mass market, qu’yels soient motivé-e-s par des raisons économiques, de visibilité, parce que ça leur permet de ne pas gérer la lourde production et la communication de leurs decks, ou toute autre motivation.wp-15897980334654983512674312382552.jpg

Tournons-nous vers le système, au lieu de juger les artistes. Le capitalisme a flairé la bonne affaire. L’uniformité apparente des tarots disponibles aurait pu lasser. L’industrie rebondit: la diversité, la positivité, voilà des arguments de vente ! Lire la suite « Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 2. »

Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 1.

Faut-il se réjouir de la multiplication de tarots abordables qui se veulent plus « inclusifs »? Les choses sont-elles en train de changer? A qui profite ce juteux business? Qui sont les laissé-e-s-pour-compte? Peut-on se passer de tarots plus représentatifs? Pistes de réponses en 2 parties. 

Représentativité dans les images ou dans les interprétations?

En ce qui concerne les représentations dans le tarot, plusieurs perspectives queers coexistent. Elles se complètent. La première accorde une importance fondamentale aux images. Les raisons invoquées varient : pour que lae consultant-e se sente représenté-e, pour retrouver quelque chose de familier qui pique notre intuition dans les images, parce que politiquement l’absence de visibilité des minorités va de pair avec leurs exclusions de multiples sphères de la société.

Une autre perspective insiste sur le rôle de la personne qui lit les cartes. En effet, rares sont les tarots dont les images génèrent une affinité totale et forment un miroir parfait des réalités de chacun-e. Il nous revient d’être responsable dans nos interprétations. Même avec un tarot qui cocherait toutes les cases du jeu inclusif de rêve qui casse grave la baraque, il arrivera de lire les cartes avec des filtres potentiellement limités du fait de notre conditionnement social et de nos impensés (privilège blanc, méconnaissance du polyamour, injonction à la sexualité et non prise en compte de l’asexualité, etc.).

D’ailleurs, comment retranscrire visuellement ou dans les corps bon nombre d’aspects de nous et de nos identités qui ne sont habituellement pas reconnues par le tarot? Elles seraient difficilement et dangereusement réductibles à des caractéristiques physiques. D’autant que le tarot peine déjà à représenter les corps « hors-normes » autrement que comme des métaphores! Tenter de les visibiliser sans recourir à des stéréotypes représente une gageure. Tout particulièrement quand les personnes non concernées s’y risquent. Handicaps, identité de genre, orientation sexuelle, classe sociale, santé mentale,… autant de facteurs qu’on ne peut pas forcément déduire d’une image.

On sait pourtant qu’ils ne sont habituellement pas reconnu dans les tarots classiques. Tout l’imaginaire du tarot est si restreint, si normé, si excluant dans sa prétendue universalité qu’on ne se leurre pas sur l’effacement de ces catégories dans la plupart des jeux. Ainsi, si les handicaps visibles sont absents ou servent exclusivement de métaphore visuelle, gageons que les handicaps invisibles ne se cachent pas implicitement derrière les images. Si tous les couples représentés sont hétéros, gageons qu’il n’y a pas de bi-e-s, lesbiennes ou gays à déceler derrière les personnages seuls.

Les modifications de l’univers visuel du tarot s’allient à celles notre langage à son sujet. On s’évertue à mettre au jour et à déjouer ses « impensés » (très réfléchis!) dès lors qu’on s’attache à le transformer et à le rendre plus représentatif, moins oppressif, moins excluant. 

IMG-FatTarot2C
Portrait par Alice Améthyste

Krystal de Power Femme Tarot tient des propos éclairants à ce sujet :

Lire la suite « Représentations dans le tarot: ‘inclusivité’, capitalisme, images ou interprétation. Partie 1. »

En chariot dans l’univers du tarot QUEER

Je suis pas là pour les gens qui comprennent pas pourquoi les positionnements en termes d’identité n’ont pas de sens, qui voient pas les couleurs, qui trouvent cool que je sois une grosse bien dans sa peau mais qui voient pas les enjeux politiques et sociétaux du corps et du corps gros. Si dans ta life, tu as les *privilèges* qui font que tu n’as pas besoin d’étiquettes, de communauté(s) d’opprimé-e-s, de cris de ralliement, tant mieux pour toi (mais viens pas faire la leçon aux gens qui n’ont pas tes privilèges). Si tu trouves quelque chose dans mes écrits et visuels qui te fait du bien ou qui t’inspire, tant mieux et bienvenue ! Mais je suis toujours pas là pour ça.

On me remercie régulièrement pour le travail de vulgarisation, de mettre en avant des thématiques auxquelles on n’aurait pas pensé avant et tout ça. Je suis ravie si ce que je partage a de tels effets. Ça me fait plaisir de participer à élargir des espaces mentaux.

Mais ça n’était pas mon objectif en créant mon blog, alors « en chariot dans l’univers du tarot », en 2016. Ça ne l’est pas plus maintenant. Mon objectif – si j’y arrive un tout petit peu c’est déjà ça – est d’apporter quelque chose aux gens qui voient déjà tout ça, les gens pour qui ça s’inscrit dans la chair, les gens qui vivent l’exclusion au quotidien et qui pensent pas que « l’éveil spirituel » seul va changer toutes les structures matérielles de leur oppression, les gens que les outils d’émancipation laissent sur le carreau. Apporter des mots, du réconfort, de la solidarité, la certitude de ne pas être seul-e.

Grâce à nos « cases » (en vrai, nos identités multiples, fluides, fuyantes, éhontées, affirmées, désavouées) nous nous retrouvons, même si elles sont temporaires. Les revendiquer, c’est pour mieux faire péter les cases qu’on nous impose. On ne fait pas semblant que les systèmes d’oppression ne sont pas en place. On se leurre pas en prétendant qu’il suffit de les ignorer à coups de « on est tou-te-s pareil-le-s » pour les faire disparaître. Se nommer, se trouver des mots alors que les groupes dominants avaient jusqu’ici le pouvoir de nous nommer à notre place et de nous maintenir dans la case choisie pour nous, c’est faire advenir une autre réalité, c’est donner vie à nos imaginaires, nos images, nos mondes, nos alternatives (Monique Wittig forever).

J’écris depuis les marges (et avec tous mes privilèges qui me rapprochent du centre, de la norme, à commencer par être blanche, cis et être issue de la classe moyenne). J’écris depuis l’hors-norme. J’écris en tant que freak. J’écris parce que je suis en colère. J’écris parce que les gros-ses crèvent de la grossophobie. J’écris parce que j’ai perdu blindé de choses dans ma vie parce que je suis gouine. J’écris parce qu’on a besoin de nos étiquettes. Parce que si je dis pas que je suis grosse, ça reste une insulte utilisée pour nous dénigrer et que toi aussi, tu continues à te dénigrer. J’écris parce que si j’avais pas rencontré des fems trans, bies, lesbiennes, gouines (si tu penses que fems, c’est le petit nom de féministes, tu as tort, ça c’est encore le prix de notre invisibilisation par les féministes cis et hétéros)… si j’avais pas rencontré des fems, je serais encore en train de me détester, de vivre avec des phobies sociales, de chercher à crever. J’écris parce que mes communautés sont les raisons pour lesquelles je suis en vie. Elles sont aussi les raisons pour lesquelles je me suis effondrée (nuances, toujours). J’écris pour qu’on ne puisse pas nous ignorer. Pour qu’on ne puisse pas ignorer soi-même ce qui fait notre magnificence (pour paraphraser Mia Mingus sur les magnificences fems et handies). J’écris parce qu’on résiste. J’écris parce qu’on est en vie. J’écris parce qu’on ne les laissera pas nous effacer. Lire la suite « En chariot dans l’univers du tarot QUEER »