La Magicien.ne, la mercurien.ne

Elle est l’écrivain.e. La créateur.rice au service d’une cause, d’un appel. Peut-être que le message la dépasse. Elle s’évertue toutefois à le retranscrire.

Elle en capte la nature aérienne – le Mercure diurne des Gémeaux. Elle s’en saisit pour le contenir, ou le façonner, ou le traduire. Elle la fait exister dans la matière – la terre du Mercure nocturne de la Vierge.

Comme la déité Mercure, La Magicien.ne est un.e psychopompe. Elle transgresse les limites entre les mondes. Elle fait en sorte que ça circule. Que circulent les idées, les mots, la créativité, la spiritualité! C’est un.e explorateur.rice et accompagnateur.rice. Et ce, des profondeurs aux galaxies. Elle booste la confiance sur ces routes. Elle encourage le hors-piste.

Lire la suite « La Magicien.ne, la mercurien.ne »

L’Etoile. Couver l’obscur

L’Etoile. Les éclipses.
Faire confiance
              Même quand tout paraît sombre.

Se perdre dans l’Obscur. Couver l’obscur.
Tout comme le cygne sur son nid. 

Porter l’espoir. Se donner à l’incertitude. 
S’adonner au néant, comme un passe-temps.
Laisser le temps.
Le laisser se déployer
Plonger la tête dans la vase.
Se perdre dans le cosmos.
Laisser le temps aux astres errants
Contempler l’immuabilité des étoiles fixes.

Plonger dans les temps longs. Couver l’obscur.

J’ai un pied dans l’infini, l’autre dans le présent. Et des larmes, des larmes, des larmes.
Les ébranlements uraniens parcourent les étangs, les galaxies… Les ondes de choc bousculent le soleil.

Vu de la terre, le temps semble court.

Mon pied se fond, s’enfonce vers le magma
Mes yeux s’éprennent du ciel étoilé
Je sonde les profondeurs
les fragments qui me parviennent.

Je suis l’obscur. La patience. Le désir. 
La peur qui danse avec l’amour.
L’étoile.

Ce 1er mai, Lendemain d’éclipse (astrologique) guidée par l’Etoile du @this_might_hurt jusqu’aux étangs de Boisfort, rédigé auprès des cygnes qui couvent.

Interpréter le 5 de bâtons. Pistes

  1. Intrapersonnel

Plus t’es épuisé.e, plus t’as tendance à t’éparpiller. Après la structure du 3 et du 4, tout ce que tu as construit est au bord de l’effondrement. Il faut redresser la barre. Il faut arrêter de te mettre des bâtons dans les roues.

Examine tes voies de sortie! Surtout si tu te sens vidé.e au point de faire de la merde parce que tu te sens obligé.e de persister. Ne pourrais-tu pas prendre un peu de recul le temps de récupérer.

2. Interpersonnel

Les 5 font référence à des crises, voire à des conflits. Sur les réseaux sociaux, on voit facilement le 5 de bâtons à l’oeuvre. Des divergences d’opinion gonflent les égos. C’est à qui parlera le plus fort. A qui diffusera le plus d’infos. A qui saura convaincre. Dans ce combat total, c’est aussi à qui saura vaincre. Il faut démolir lae porteur.se d’avis divergents devenu.e adversaire. Il faut invalider toute sa vie. Il n’est plus question d’une publication. Il faut contacter ses proches pour les enjoindre à choisir entre une personne « problématique » et le consensus émergeant contre cette cible. Ce consensus devient la « vérité ».

Y a-t-il une autre résolution au 5 de bâtons que la désescalade?
Ne pas réagir. Prendre le temps de répondre. Sortir de l’immédiateté.

3. C’est tendu

Avec le 5 de bâtons, quelque chose est gonflé à bloc. En grand danger d’imploser. Quand ce n’est pas le moment de l’implosion qui est symbolisé par cette carte.
Gonflés: l’égo, l’agenda, les ambitions, la messagerie, les tâches, les plans (cul, amicaux, conversations simultanées sur discord,…).

Il faut que tout ça se désemplisse. Il faut éviter d’en rajouter. Ne pas ajouter à la pression.
Ou ramasser les bâtons éparpillés sur le sol et recommencer avec un agencement moins tendu.

4. Parce que aucune carte n’est exclusivement « positive » ou « négative »

L’énergie combattive du 5 de bâtons a du bon quand elle est maîtrisée, orientée et, surtout, quand elle ne se trompe pas d’objectif, quand elle ne cherche pas une cible.

Voilà! C’était un avant-goût de mes réflexions sur cette carte. La suite très bientôt en vidéo pour ma série « Le tarot carte par carte »!

A part ça, si le tarot d’illustration te plaît, je t’invite à découvrir ce superbe Queer Tarot:

10 d’épées. The Truth is in the Dirt

J’ai caché mes yeux derrière les tiens.
Que ton corps fasse barrage au soleil!
J’ai caché mes blessures à l’abri de la lumière
Pour priver ma peur de la vitamine D dont elle a besoin pour se réparer.

J’ai voulu me mirer et me mirer encore dans les ombres: qu’elles aspirent toutes mes couleurs
qu’elles me rendent ce qui est mieux

Le néant

J’ai appelé le néant de mes vœux. J’ai voulu lui donner ma vie.

J’ai voulu vivre où tout aspire la vie. En attendant la mort.
J’ai prétendu n’exister que terrée dans les grottes.
A moitié mousse, à moitié crotte.

Mélange des réjections des chouettes, de la pisse des ours et des traînées gluantes des vers

J’ai vécu les histoires des rêves
les visions des sorcières
l’amnésie des traumas

Je n’ai pu être moi. Sans les morceaux de mémoire que j’avais enterrés, comment être?
Comment être moi?

J’ai caché mes yeux dans la cage thoracique de la louve.

J’ai suspendu mes boyaux aux stalactites.

Comment être moi? J’en ai avalé des couleuvres, en quête d’un récit qui me ramènerait à moi-même. Des vertes, des translucides et leurs mues.
J’en ai chéri, des hallucinations censées rétablir un soupçon de sens. J’en ai enlacé, des illusions.
J’en ai lacéré des peaux! J’en ai léché des plaies! Je me suis abreuvée de mes lamentations pour les transmuter en sérum de vérité.

J’ai tenté de m’extraire.

Le néant.

Dans les étreintes de la mère-louve, j’ai étouffé mon désespoir. J’ai suffoqué sous sa garde.
J’ai mâchouillé du lichen, transformant ses extraits en potions abortives afin de condamner mes renaissances. J’ai agrippé la pierre en me tordant de douleur, en maudissant mon destin, l’impossible renouvellement.

Lire la suite « 10 d’épées. The Truth is in the Dirt »

Interpréter le 3 de bâtons et sa magie spatio-temporelle

Avec le 2 de bâtons, nous sommes sur le seuil, au point de départ. Quand, nous trouvons le 3, nous sommes en route – que nous soyons au début de la transition, en train de planifier ou au beau milieu du pont, en train d’ajuster notre trajectoire. Si le 2 est sur le pas de la porte, encore hésitant-e, là où tous les possibles sont envisageables, le 3 de bâtons a réalisé le tri. Il navigue les possibles. Il est le portail, comme une capsule spatio-temporelle qui (ré)unit les époques et les lieux. Ou comme un point de convergence.

Partant de la notion de pont proposée pour le 3 de bâtons par Lindsay Mack dans l’épisode 187 du podcast Tarot for the wild soul, je parviens à trouver les mots pour distinguer le 2 et le 3 de bâtons. De notre position présente, le 2 nous relie au passé pour mieux envisager l’avenir. Il nous amène à passer en revue nos bases et notre parcours. Il nous confronte à la nécessité de faire des choix pour faire place à la transition que nous espérons. Le 3 de bâtons, quant à lui, fait office de pont entre le présent et l’avenir. Il représente tout ce qu’on met en place pour assurer la transition. Comment allons-nous créer sur base de notre vision? Comment évolue ce que nous créons?

Dans les quatre suites du tarot, les 3 symbolisent la magie du rassemblement: interactions, ce que l’on crée ensemble, ce que l’on partage. Les préfixes co- et inter- conviennent bien aux 3. La magie du 3 de bâtons? Celle du voyage dans le temps. Une énergie visionnaire. La capacité de se projeter. Naviguer les possibles.

Si le 3 de bâtons rassemble les époques et les espaces, ça ne s’effectue pas sans questionnements. Il y a des relents conquérants et coloniaux sur l’image du Rider-Waite-Smith, l’ancêtre de nombreux jeux actuels. J’en avais déjà parlé plus en détail dans la vidéo sur le 2 de bâtons. Comment envisager les espaces-temps du 3 de bâtons sans reproduire les éléments de domination et d’exploitation qu’on retrouve dans l’imaginaire des bâtons?

Lire la suite « Interpréter le 3 de bâtons et sa magie spatio-temporelle »

Le remède du 7 de coupes

Quel est le remède du 7 de coupes? Faut-il rompre le charme de la transe? Faut-il lutter pour s’extraire de la confusion? Faut-il s’acharner à trier, à décider, à discerner?

Je veux célébrer le 7 de coupes qui se laisse aller à la contemplation.

Je veux que se dilate le temps improductif du 7 de coupes. Je veux qu’il inonde mes rêves, mes journées, nos rhizomes, nos fantômes.

Je veux sentir nos corps fondre sous l’effet du 7 de coupes. Que les tensions se dissipent! Que les idées se dispersent! Qu’elles foisonnent ou qu’elles se perdent importe peu.
Je veux me diluer dans les récipients. Je veux la dissolution des récipients.
Je veux circuler dans ses boues.

Je ne veux pas forcer l’échappatoire. Je veux faire des glissades sur le bourbier.

Me fondre, me fondre.
Au lieu de me précipiter, contempler les utopies.
Aussi longtemps qu’il le faudra.
Le planning ne m’appartient pas.


En plus de cette méditation sur le 7 de coupes, je t’invite à regarder ma dernière vidéo. Elle porte notamment sur les 7 dans chacune des quatre suites de l’arcane mineur.

La Lune. Poissons.

En illu principale. La Lune dans le tarot de Rose Butch.

Nuit après nuit, je croise des fantômes. Des gens que je ne vois plus assez, d’autres que je ne vois plus. Cette nuit, je me suis retrouvée dans la mer, au confluent de vagues venant de deux directions. On a nagé jusqu’à la plage pour voir comment se portait Z. On a accepté les mouvements contraires, les improbables croisements maritimes.

La Lune sombre travaille les absences. La nouvelle lune en poissons les englobent. Qui puis-je devenir ?
Avec de la place pour les absences et les regrets.
Avec de l’absolution pour les absences et les regrets.
Sous l’égide des poissons, la carte de la lune embrasse tout. Elle brasse les réalités.

Lire la suite « La Lune. Poissons. »

Aller plus loin dans sa relation avec les cartes

La question revient beaucoup: comment aller plus loin? Ma réponse est du genre dédramatisante: il faut d’abord faire descendre le tarot de son piédestal. Il faut le ramener à un niveau où on peut engager un rapport décomplexé avec lui.

Désacraliser le tarot

Bien sûr, il y a beaucoup de sacré dans ma relation au tarot. Mais ce n’est pas une obligation. Et surtout passer par une désacralisation du tarot dans son ensemble, ça nous rapproche de chacune des cartes. De cette relation renouvelée, pourra grandir une conception du tarot plus personnelle. Si elle doit être sacrée, elle le sera pour nous et pas « comme il faut selon les livres, les enseignant.e.s, etc. » Si elle doit être on ne peut plus banale, parfait, pourquoi pas?

L’éventail des applications du tarot est riche. On peut en balayer beaucoup ou opter pour ce qui nous convient le mieux. Tu connais ma seule règle? Ce qui compte, c’est de se réapproprier le tarot! Il faut qu’il résonne pour nous.

Je développe des exemples pour aller plus loin dans cette relation en vidéo. Dans cet article, j’en reprends brièvement la trame.

Mouais, merci syndrome d’ehlers-danlos, le long texte dont je rêvais est resté dans ma tête. A ce stade, vous avez l’habitude que je finisse par poster des brouillons faute de cuillères.

Je vous explique aussi pourquoi derrière mon expression désinvolte « tirer les cartes pour tout et n’importe quoi » se cache un principe du tarot beaucoup plus profond.

Éveiller ses sens et connaissances en sortant son tarot

Il est temps de sortir son tarot de ses jolis pochons. Pour cet exercice, pas de belles nappes de tirages, pas de mise en place qui passe bien sur les réseaux sociaux. On sort le tarot!

Je profite de cet article fourre-tout pour signaler que le sujet est abordé dans un épisode du podcast La Pépite, le tarot pour entreprendre ta vie qui s’intitule 24. Cathou Tarot, partie 1 : esprit libre du féminisme et exploratrice tarologique hors les murs.

Lire les cartes pour d’autres

Tirer les cartes pour tout et n’importe quoi

Faire parler les cartes (qui ne nous parlent pas)

Méditer

La clé: être dans le présent, dans son corps, dans le lieu avec le tarot

Lire la suite « Aller plus loin dans sa relation avec les cartes »

L’errance hivernale

Un texte écrit/canalisé l’année passée m’est venu à l’esprit en commençant à rédiger ma première newsletter.

Son partage (brut, comme il est sorti en écriture automatique) est aussi un prétexte pour t’inviter à rejoindre mes courriers, ça se passe par ici.

Chandeleur… Avec Cérès/Déméter

2 février 2021

Le chant des anciennes me parvient.
Maigre consolation 

Je murmure ton nom comme on enchaîne les soupirs.
A peine intelligibles.
J’ai oublié ton nom, mais pas de te chercher.

L’absence est gravée dans ma mémoire
Dans mes articulations
Elle est mon devoir

Chercher, chercher et chercher encore

Le chant des anciennes, je l’identifie
Je n’ai plus de contact
Je n’ai pas de véhicule pour la traversée
Mais je les entends
Je sais qu’elles sont là

Ainsi, je poursuis

Lire la suite « L’errance hivernale »

Le Soleil. briller briller briller

Le vent dans les poils
Le cœur dans les étoiles
Je suis aux éléments
Nous nous fondons
Les artifices ne mentent
Plus, non

Ils complémentent

Entièr.e et poussière
En miette et dans la lumière
Je suis dans un rêve
Nous sommes nu.e.s sur scène
On lit la joie sur nos lèvres
Obscènes

Notre démesure sur-mesure

Délicieusement éhonté.e.s
Impeccablement hanté.e.s
Savoureusement sans filtre
J’ai versé les reflets, les libations
J’ai goûté au philtre
De la passion

Lire la suite « Le Soleil. briller briller briller »