Cavalière de pentacles

Elle a trouvé une pierre. Le bout de cailloux brillait sous les décombres. Elle a stoppé net. Avec précaution, elle l’a extirpé de l’entrave de la terre. Fascinée, elle l’a observé sous toutes ses coutures. Jamais deux fois le même reflet. Impossible de mettre un nom sur cette matière. Un bout de verre poli par les années ? Une fluorite? Un peu de lave?

Le cailloux ne voulait pas rester là. Elle lui avait tapé dans l’œil aussi. De toutes ses forces, il s’accrochait à sa main. Il était pourtant trop grand pour sa poche ou son sac. Elle était pourtant trop éloignée de la ville pour marcher à côté de son vélo afin ne pas le laisser tomber. Il s’accrochait. Elle sentait sa force se répandre dans son bras, traverser les épaules et puis électrifier son corps tout entier.

Elle devait donc jongler, le caillou en équilibre sur sa paume, le vélo cahotant sur les chemins irréguliers. Elle devait être suffisamment concentrée pour ne pas le laisser échapper à son attention, comme en lévitation.

Quelques heures plus tard, la Chevaleresse de pentacles est rentrée avec son caillou. Épuisée mais heureuse. Surmotivée. En transe. C’était juste une petite pierre. Juste un reflet qui a capté son attention. Mais voilà, sans l’avoir imaginé, elle a relevé un défi. Elle en en phase avec ce bout de planète qui l’a appelée. Elle s’est déplacée comme une athlète.

Quels sont les rêves qui demandent que tu laisses de côté tes acquis ? Qu’est-ce qui brille comme une évidence, mais que tu persistes à ignorer ? Quelle est la masse de travail peu conventionnel que tu n’envisages pas d’abattre ? Qu’est-ce qu’il te faudrait construire en partant de presque rien ? Quels sont les chemins que tu crains d’emprunter car tu sais qu’ils t’emmèneront loin de tes plans tout tracés? Quelle intensité de concentration te paraît hors de portée et cependant tellement attrayante ? Et, surtout, que redoutes-tu de perdre en empruntant les chemins de la Chevaleresse de Pentacles?

Divination avec piqûre de taon sur vergetures. Le 9 et le 10 d’épées

Il y aura des vagues. L’anxiété va et vient. Elle se tasse. Elle est brûlante comme 10 piqûres en plein ventre. Elle est en creux. Elle culmine.🦟

Tu te souviens de ta première crise d’angoisse ? Je me souviens, j’avais 11 ans. On m’a emmenée à l’hôpital tellement j’étais mal. Et toi ?
C’était un peu la honte finalement. Une enfant qu’on croit mourante mais qui fait une crise d’angoisse alors qu’elle a tout pour être heureuse. img_20190804_105209_7228295923496671744132.jpgToi, on t’a dit ça combien de fois ? « tu as tout pour être heureux.se ». Combien ont spéculé sur la source de tes problèmes pour que tes angoisses et ton mal-être fassent sens pour eulles ? Leurs hypothèses révélaient-elles leurs propres secrets?

Stries translucides sur peau déchirée. Il y a toutes les fois où ce n’était plus supportable. Il y a les décomptes des gens. Et puis les nôtres: c’est pas parce qu’on ne finit pas à l’hôpital qu’on n’était pas à une seconde de se jeter.

J’ai longtemps cru que personne ne pourrait jamais comprendre. Pas toi ? Lire la suite « Divination avec piqûre de taon sur vergetures. Le 9 et le 10 d’épées »

L’Etudiant.e de Couteaux et la Tempête

De tous ces lieux unanimement considérés comme flippants, il y a le tien, celui où tu te sens bien. img_20190817_102506_9512342565034163342349.jpgCelui où les tumultes sont des zones à explorer plutôt que des endroits bannis, à distance desquels il convient de se tenir. Tu vois bien ce qu’on lui trouve de chelou. Mais c’est ton genre de chelou. Tu n’as pas peur.

Tu y rôdes la nuit en rêve, pour parler aux briques, interroger les chauve-souris ou observer les vies qui s’animent à travers les fenêtres. Tu plonges sous la surface de la rivière pendant des heures pour fouiller la vase et mettre au jour ses trésors. La morte que tant d’hommes ont peint, érotisée, prisonnière de leur regard, flottant dans les fossés, c’est peut-être bien toi. Et tu n’as rien à voir avec leurs visions! Tes doigts se glissent dans les tréfonds. Tu puises de quoi revenir plus intrépide, encore moins domptable. Qui tu es doit demeurer insaisissable pour le sens commun. Lire la suite « L’Etudiant.e de Couteaux et la Tempête »

7 de pentacles et 4 de bâtons. Cartomancienne

J’avais décidé de prendre du recul avec les lectures de cartes. J’avais choisi de privilégier l’écriture et la création de contenu autour du tarot. J’avais besoin de me connecter aux cartes. A mes guides et à mon intuition, sans pression. Mais aussi de passer le cap d’une profonde remise en question, d’une fatigue chronique exacerbée, d’un stress post-traumatique omniprésent. C’était il y a un an disons. Lire la suite « 7 de pentacles et 4 de bâtons. Cartomancienne »

Reines de coupes et de bâtons. Magie, extase.

Reine de coupes.
Sentir.
Sous tes doigts.
Recueillir.
Collecter.
Accueillir.
Frémir.
Dans tes tripes.
Sous tes arcs-en-ciel.img_20190719_231519_333203880282852316366.jpg
Blottir dans le creux de ta main
les jeux de la pluie et de la lumière.
Reine de bâtons.
Ouvrir.
Concentrer, capter, rejeter.
Attirer et offrir.
Lancer.

Faire frémir d’anticipation.
Laisser venir puis attiser.
Faire gémir d’excitation.
Jouir. Lire la suite « Reines de coupes et de bâtons. Magie, extase. »

Architecte/voyageuse de vases. La mer

Tous les ans, pour l’anniversaire de notre relation, on essaie d’aller à la mer. On avait rien prévu cette année parce que bon les finances. Mais hier matin j’étais bien physiquement, je voulais bouger, on s’est décidées.

Ça fait du bien la mer ! Ça fait du bien de bouger aussi quand on est des gouines casanières qui partageons presque chaque minute de nos vies puisque aucune de nous ne travaille à l’extérieur en ce moment.

Je vais à la mer pour des rituels ou juste pour chercher à mettre de l’ordre dans mon désarroi ou mes idées. Surtout quand elles sont dispersées.
Ça m’est apparu hier, au fil des petits signes. Si l’eau peut être un élément de purification pour moi, ce n’est pas le cas de la mer.

IMG_20190715_184005.jpg

Lire la suite « Architecte/voyageuse de vases. La mer »

3 de pentacles. Le premier pas

Non, dis, chou tu n’es pas seul.e. Mais tu ne vas pas recevoir l’aide dont tu as besoin si tu ne demandes pas.

Si tu veux compter sur le soutien de tes pair.e.s, faut aussi valoriser ce qu’on t’apporte. Faut reconnaître que tes compétences ne sont rien sans mise en commun avec d’autres.

Ce qui est difficile pour toi l’est aussi pour d’autres. Harassé.e.s, dans un état de burnout (militant), peinant à y croire encore ou mettant tant d’énergie à le faire qu’il n’en reste pour rien d’autre, ta team te comprendra mieux que tu ne t’y attends. Si seulement tu faisais le premier pas…

4 de bâtons estival

Nous entourer de ce qui compte pour nous, aller à la rencontre de ce qui nous manque, oser appeler, oser demander. Toucher. Célébrer. Voir et vivre en grand. Déborder. Rire. Rire aux éclats. Oublier l’amertume et le cynisme le temps de se rêver en 50 dimensions. Aller au devant de ceulles qui nous attendent. Profiter. L’été.

Rituel avec le 2 de coupes. S’aimer

Self-love. S’aimer. 2 of cups. 2 de coupes.
Spirituality might be about answering the call. Committing with all your heart to what’s been calling you, sending signs. It’s about sharing the love. Diving in the cup the universe is presenting to us with an open mind and trust.
💖Répondre à l’appel. Ça pourrait bien être ça, la spiritualité. S’engager de tout son cœur envers ce qui nous appelle, ce qui envoie des signes. Déverser nos amours. Les partager. Répondre à l’univers en toute confiance, avec un esprit ouvert. Lire la suite « Rituel avec le 2 de coupes. S’aimer »

3 d’épées. Il est temps de déballer

Il y a des blessures auxquelles tu ne prêtes plus attention. Des blessures qui sont là depuis si longtemps que tu ne t’en occupes plus. Elles ont malgré tout plus d’impact que cette évaluation sommaire de leur état. Elles requièrent ton attention et tes soins afin d’éviter les infections et leur propagation.
🗡️🗡️🗡️
Je trouve ça terrible. J’ai passé tellement d’années à aller VRAIMENT mal. J’ai peur de m’occuper des blessures que je connais désormais. J’ai peur de passer trop de temps avec elles. J’ai peur de les confier à des psys ou d’autres personnes extérieures. J’ai peur qu’on me confronte à mes limites, à mes excuses, au chemin à parcourir, aux schémas qui sont encore en place. Lire la suite « 3 d’épées. Il est temps de déballer »