4 ans de tarot

24 mars 2016. Mon Wild Unknown Tarot vient d’arriver de Little Red Tarot. Il m’attrape par le cœur, les tripes, la peau, l’âme. Je suis comblée. Je suis envoûtée. Il faut que j’achète immédiatement le Alternative Tarot Course de Beth et que je me mette à étudier. Je le sais.

Je suis une étudiante. Je suis une débutante. Mes yeux sont grand ouverts. Je vois dans l’obscurité. Je distingue avec acuité ce qui n’était alors que formes, traces, flashs, morceaux. Je verrai. Je serai une étudiante. Je ne cesserai jamais d’être une étudiante du tarot. Je ne cesserai pas d’ajuster ma vision de hibou. J’irai chasser avec les hiboux.

24 mars 2016. Ça vient à peine de commencer. La Fille d’épées sera une carte emblématique la première fois qu’on me lira les cartes. Mes souvenirs se déploieront. J’apprendrai à ne pas utiliser mes ailes pour (re)visiter le passé à volonté. J’apprendrai qu’il y a des choses qui souhaitent pas être dérangées. J’apprendrai à respecter les limites – les miennes comme les leurs. Lire la suite « 4 ans de tarot »

Garder les parts de toi tumultueuses

Si tu peux accéder aux parties tumultueuses de ta psyché, y a de fortes chances que tu puisses aussi en sortir. Oui oui même quand t’as l’impression d’être coincée dans tes tempêtes. Les ifs gardent l’entrée du cimetière. Et toi aussi, tu as des gardien.ne.s pour tes parties bien foireuses. En interagissant avec yels, tu peux rendre visite, explorer, errer et te perdre, mais aussi te casser sans demander ton reste au besoin.

5, 7 et 3 de bâtons. Au-delà des logiques de compétition

wp-15811621148753547801331269538347.jpgOn nous dresse les un.e.s contre les autres
Mais, nous, on voit déjà tellement plus loin
On ne cède plus
Les pièges sont trop grossiers
Devenus familiers
Nous,
Rodé.e.s pour l’évitement
🌟
wp-15811621146631456617018753925937.jpgOn nous donne l’impression que
On ne peut survivre
Qu’en s’entre-tuant
Mais, nous, on se redresse,
ou on se traîne,
ou on se porte,
en fonction de ce que nos corps font.
🌟
wp-15811621147385860421577221654272.jpgOn regarde les étoiles
On planifie la rébellion
On nous dresse les un.e.s contre les autres
On se retourne contre
Cette machination du pouvoir pour nous diminuer
On utilise ce prétexte pour le mettre en pièce

10 de pentacles. Stabilité et réussite sans validisme ni carriérisme?

Je suis ancrée, dans l’instant, dans mon corps, comblée même pour quelques minutes, quand je bois une tisane et que je savoure un croissant après une balade.
D’ailleurs, ce tearoom me rappelle que j’ai très envie de passer une journée à la côte belge. La mer, c’est là où je me sens en sécurité, prête à affronter quoi qu’il arrive, sereine, à nue, et, en même temps, régénérée.
L’arc qui sépare le repaire de la meute du reste du monde sur la carte du pagan cats tarot fait écho à la structure/ouverture qui sépare la pièce apaisante où je suis posée du comptoir de la boulangerie et, surtout, de la trépidante Bruxelles en heure de pointe.
Et toi, à quoi ressemble ton 10 de pentacles quand tu conçois la stabilité et la réussite sans validisme ni carriérisme?

2 de bâtons. Le seuil

Des reflets. Des promesses. De la magie qui danse dans les facettes. Charger au soleil la petite graine qui deviendra grand projet. Considérer les options. Profiter de la brise. Imaginer. La peur, les risques, les contraintes, l’arbitraire, les sécher au soleil.

Frêles rayons avant…
Souhaiter, vouloir, hésiter, anticiper, pétiller.

Le seuil franchi, ce qui était auparavant se dissipe. Le seuil franchi, les reflets scintillent sur des surfaces supplémentaires.
C’est là qu’on se sent badass.

6 d’élixirs et 7 de pièces

En quête de continuité? Envie de faire le point? Nécessaire de te débarrasser de ce qui te pèse?
Si tu ressens le besoin de faire le tri, suis ce qui pétille. Souviens-toi de ce qui t’enchantait! Renoue avec l’émerveillement que tu as mis de côté pour avancer. Il y a en toi une forme de toi qui sait ce qu’il faut poursuivre et quel est le lest à lâcher. Il y a en toi la trace de ce qui te fait rire, une zone qui ne demande qu’à être activée. Il y a en toi de la joie. Cette joie peut devenir le moteur de tes processus créatifs. Cette joie, elle te meut aussi vers ce mysticisme que tu t’empêches de ressentir pleinement.

Le 4 de bâtons pour Samhain

Dans mon tirage collectif de Samhain, le 4 de bâtons était la carte centrale, celle de l’Oracle. Qu’elle est touchante en cette saison! Elle suggère la célébration dans l’introspection.

Celle du Slow Holler tarot était ornée de fleurs dans lesquelles j’ai vu des chrysanthèmes. Si Samain est le sabbat pour honorer les mort.e.s, les ancêtres, les guides, il ne faut pas négliger que beaucoup d’entre nous ont une relation compliquée à nos ancêtres au sens strict. On ne les connaît pas. On ne les aime pas. Yels représentent tout ce dont on s’est extrait.e.s. Ou bien la connexion ne s’effectue pas en dépit de tous nos efforts, la ligne sonne dans le vide.

Le 4 de bâtons nous demande d’aller à la rencontre d’ancêtres avec qui c’est fluide, léger, joyeux ET de nous engager auprès d’eulles. Il propose de dire merde à l’adn et aux « racines » si ça nous chante. Il nous rappelle qu’on peut se tourner vers des gens qui nous inspirent, des plantes qui nous appellent, des lieux qui reviennent dans nos rêves. Lire la suite « Le 4 de bâtons pour Samhain »

9 de coupes: être ici

img_20191018_231358_8836307614246135775111.jpgÊtre ici
Embarquer ou se poser
Non, juste être ici
Sans plan
Sentir l’instant
Sentir le vent
Sentir ce qui se pourrait
Juste un peu
Assez doucement pour ne pas stresser
Toucher ce qui a été
Lui caresser la joue
La réconforter
La laisser s’appuyer
Être ici
Partager un thé
L’éclat d’une vague Lire la suite « 9 de coupes: être ici »

8 de bâtons. La transformation du papillon

Créer de l’espace pour changer. Pour se transformer. Prendre le large si on étouffe ici.
Dans le train, un papillon qui a décidé de changer d’air. Est-ce qu’il est monté à Eupen, à Liège, à Bruxelles, à Gand, à Bruges, à Ostende ? Où descendra-t-il ? A-t-il l’intention de faire des aller-retours sur une ligne qui traverse la Belgique ? Une vie de voyage, accroché à la fenêtre, admirant chaque scène, bercé par la clim, peut-être que c’est son kif ? Va-t-il s’adapter à la vie à 250 km de son point de départ ? Ou bien crèvera-t-il, épuisé mais heureux d’avoir changé de trajectoire?

img_20190928_221642_5923923243751427496730.jpgLe papillon du 8 de bâtons ne passe pas des jours à préméditer ses changements. Fini, le cocon ! En route pour une métamorphose d’un autre type. Il agit à l’instinct. Il n’anticipe pas, il y va. Il n’a pas de courage puisqu’il n’a pas conscience du risque, il se laisse porter. Il se laisse transporter. Parce que la vie l’appelle, il ne peut pas attendre. Il répond présent aux aventures qu’elle envoie.
Lire la suite « 8 de bâtons. La transformation du papillon »

5 de pentacles face à un système oppressif

Tes besoins ne sont pas rencontrés. Pas remplis. Même pas vus. Ou bien on feint de ne pas les voir. Le résultat est le même. Avec un sol aussi boueux, chaque pas, chaque tentative devient plus glissante. Les pentes deviennent plus ardues. Les pavés sont infranchissables. Tu ne peux même pas les arracher au ciment pour les envoyer là où ils mériteraient d’atterrir.

Tu rencontres des fausses promesses. Des sourires lisses pas assez remplis pour atteindre les yeux. De l’hypocrisie qui ne paiera pas le loyer. Des feintes dont tu ne peux te dépêtrer dans l’enfer administratif. Des agent.e.s du système qui en déplore l’arbitraire et l’injustice comme une excuse de façade tout en exécutant le clic qui envoie ton dossier dans leurs archives, des gens qui sont le système.

Remarques méprisantes.
Te balancer la porte à la gueule.
Contrôler ton sac, appeler la sécurité. Sans raison. Les exécutant.e.s peuvent s’en passer.
Croche-pieds discriminants et structures excluantes.
Décréter que tu n’as pas démontrer les aptitudes. T’as pas justifié ta hargne d’intégration. T’as pas baissé les yeux devant l’autorité. T’as pas la tête de quelqu’un.e qui va se faire une place sagement. T’as pas démontré tes capacités de résilience.
Toutes les secondes. Des murs. Des impasses. Des pièges. Des bugs. Des erreurs. Enfin, c’est ce qu’on te dit. En réalité, c’est le fonctionnement même du système. Des sourires condescendants qui restent figés aux dents blanchies: quand on veut on peut. Lire la suite « 5 de pentacles face à un système oppressif »