Resisting and revolting bodies

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 12/2017

Des corps qu’on ne lissera pas. Qu’on n’épilera. Des corps indisciplinés. Des corps qui souffrent. Des corps qui dansent. Des corps qui dégoûtent. Des corps qui exultent. Des corps à bout de souffle. Des corps engagés. Des corps démolis. Des corps qui reviennent. Des corps fiers. Des corps vulnérables. Des corps transis de peur. D’amour. De résistance. Des corps qui rampent. Des corps qui baisent. Des corps que personne ne touche. Des corps qu’on apprend à regarder. Des corps défaits. Des corps qui se font. Des corps gros. Des gens gros. Des vies. Des visages. Des bourrelets. Des gros.ses exténué.e.s. Mais qui vivent. Qui se répandent. Qui font trembler. L’épidémie s’étend, s’étire, prend de la place, occupe l’espace. Des corps qui sont plus que la somme des diagnostics, de la pathologisation, des amputations, des condamnations, des brimades, des obstacles. Plus, plus et plus encore. Des gros.ses.

Inhabitable

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 03/09/2017

Ce que ça fait d’habiter l’inhabitable. Ce corps, lieu de toutes les abjections, souverain dans sa monstruosité, exemplaire. Cet inhabitable bien habité, de la tête aux pieds. Flambeau qui fait feu de tout mépris. Qui attise en étincelle toute violence. L’inéteignable inhabitable. Inébranlable dans sa fierté. Cracheur d’indicible qui crépite.

Il n’est pas censé être

Il est censé être au régime, sur le billard, amputé

Estomaqué, j’en suis estomaquée

Dans l’ombre et dans la honte

Sous les injures

Il est censé être éphémère Lire la suite « Inhabitable »

Une lettre aux meufs minces

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 02/09/2017

Mon corps se passe très bien de ton approbation
Mon look se passe de l’approbation des mecs
Répète avec moi :

La grosse qui te fait horreur,
Elle en a rien à foutre de ton avis
Elle se moque éperdument de vos standards hétéros sur sa baisabilité

Quand ta gamine regarde mes bijoux bling-bling
Quand ses yeux s’écarquillent devant ma robe multicolore
Toi, ne fais pas ce que tu fais toujours
Ne me regarde pas de haut en bas
Décolleté, bourrelets, jambes poilues
Ne détaille pas ce que tu penses qu’une meuf ne doit pas être
Ne passe pas en revue ce qui fait de moi l’incarnation de tes pires complexes
La monstre que tu pries que l’enfant ne devienne pas
Et surtout, ne lui transmets pas ce dégoût
Abstiens-toi de ton commentaire
Ne me fusille pas du regard parce que je lui souris
Ne lui passe pas la main dans le dos pour qu’elle se détourne
Cette vision d’horreur pour toi est ce qui la rassure sur ce qu’elle pourrait devenir
Ne transmets pas à cette enfant qu’une femme bonne
Est une femme mince, discrète, imberbe Lire la suite « Une lettre aux meufs minces »

Comment gérer l’omniprésence de la haine à l’égard des gros-ses?

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 31/07/2017

CW TW/avertissement de contenu déclencheur: exemples de grossophobie et de déshumanisation des personnes grosses

La confrontation indirecte à la haine des gros-ses me met régulièrement dans un état où tristesse, colère et profonde angoisse se mêlent. Un état difficile à transmettre et souvent mal compris. Je parlerai ici en particulier de grossophobie rencontrée à la lecture de livres ou d’articles, en assistant à un spectacle, en découvrant des œuvres dans un musée. Comment réagir ? Comment faire la part des choses entre le message qu’essaie de faire passer l’auteur-e/rice et le simple étalage de son dégoût et/ou de ses préjugés ? Lire la suite « Comment gérer l’omniprésence de la haine à l’égard des gros-ses? »

La grosse tatouée

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 05/03/2018

Voici mon dernier tatouage (en date :p ) ! Je voulais vous le présenter même s’il en est dans la phase compliquée de la guérison, sec, craquelant et encore rouge. Je voulais vous le présenter car on apprend au femmes (grosses en particulier) à cacher leurs bras et à en avoir honte. Alors, voici aussi mes bras, la peau qui pendouille à l’intérieur, gonflée d’une espèce de cellulite, les cicatrices qui ressortent, réveillées par l’exercice. Ces couleurs refusent la honte. Ces constellations illuminent le souvenir des années passées à porter des manches, en toute saison. Parce que la grosse ne montre pas ses bras disgracieux. Parce que la folle ne pouvait pas gêner le public avec ces cicatrices.

Lire la suite « La grosse tatouée »

Colère de grosse

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 06/03/2018

TW/contenu déclencheur: Témoignages de grossophobie avec des partenaires sexuels (potentiel-le-s)

Why can’t be recognize fat anger?

Cet article de Your Fat Friend.

Elle est terriblement reconnaissable, cette réaction des personnes minces. « Oh oui, c’est dommage que les grosses soient traitées comme ça, mais… » … et la personne passe à des problèmes plus importants à ses yeux ou t’invite à relativiser ton expérience (nos expériences généralisées pourtant) considérant que ton témoignage relèverait de faits isolés.

Lire la suite « Colère de grosse »

Sur les représentations des gros-ses (encore!)

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 11/03/2018

Envie de partager les photos du shooting avec Dyod photographers pour le magazine 24h01 avec un peu de contexte. L’article consacré aux féministes grosses était intégré dans un dossier plus large sur la grosseur. Au final, la « l’obésité d’ici/d’ailleurs » était le thème du numéro, très inégal. Tu l’as peut-être lu sur mon profil fb, ça a provoqué rage et déception pour moi.

Olivia Droeshaut & Yves Dethier © DYOD
Olivia Droeshaut & Yves Dethier © DYOD

Après l’interview, Elisabeth, la super journaliste du fabuleux l’article « Celles qui prennent de la place » (!) 😊, m’a proposé de faire des photos pour illustrer le reportage. Les deux autres féministes interrogées, une artiste de burlesque et une afroféministe, avaient déjà accepté. J’aime bien les séances photos (souviens-toi du travail de Cristel Grimonpont). J’avais envie de tenter le truc. Mais aussitôt les démarches lancées, j’ai été assaillie par mes appréhensions et beaucoup d’angoisse.

Ici, l’enjeu principal était ma méfiance à l’égard de la mise en scène de la féminité.

Lire la suite « Sur les représentations des gros-ses (encore!) »

Pourquoi être heureux-se quand tu pourrais être mince

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 01/06/2018

Quand une capsule vidéo circule sur les réseaux sociaux. “Arrêtez de faire penser aux gens qu’on peut être gros-ses et heureux-se, arrêtez de promouvoir la grosseur”, disent les gens qui ne pensent pas qu’yels sont des gens.

Être heureuse. Si je prétendais l’être, ce serait juste pour me moquer de ces remarques. Pour jouer à passer pour. Pour triturer ce qu’il faut ou ne faut pas être, incarner.

Heureux-se est une injonction, un devoir au bien-être et à la santé, une contribution au capitalisme, un don de ta productivité et de ta résilience. Paradoxale.

Face à ce devoir moral, on m’interpelle : mais pas toi. Toi, reste bien à l’écart pour qu’on puisse juger de ce qu’on accomplit. Laisse-nous performer notre valeur en t’éloignant de la norme. Vous, les gros-ses, ne soyez pas heureux-ses. Et tou-te-s les ancien-ne-s gros-ses de reprendre en cœur : il n’y a pas de gros-ses heureux-ses. Quand on veut être minces, on peut.

Quand on veut être heureux-ses, on peut. Mais pas les deux. Être normal-e, c’est à la portée de tou-te-s. Ta grosseur est transitoire. Lire la suite « Pourquoi être heureux-se quand tu pourrais être mince »

Les corps sont fabriqués

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 17/07/2018

Tous. Tous les corps.
Je ne peux plus supporter les féministes cisgenres qui estiment que leur corps est plus “naturel” que celui des femmes trans. Elles battent en brèche l’idée que les hommes (sous-entendu cis) sont l’universel, l’évident, l’humain par défaut, mais jamais elles ne s’interrogent sur leur propre construction. Lire la suite « Les corps sont fabriqués »