Reine de Coupes. Ondulations

Dans les ondes azur de mes rêves Ondées estivales sur ma peau fatiguée Revigorantes pour mes muscles
Je fais venir la douceur Je fais venir les vagues dans mon corps Le mouvement dans mes canaux
Entière, je vibre d’éternité Et de présence de cet instant – éphémère

Je n’ai besoin que de moi Pas besoin d’être à l’endroit Mais l’attachement à cet endroit M’anime des chants de la source Ses ondes, ses frissons
La colline est née des sédiments laissés par le retrait de la mer Un grain de sable L’échelle de l’humanité Et celle de l’éternité

Je me plonge dans ce corps Celui de ma juste place Ni exubérante ni insignifiante Juste
Cet instant Les temps immémoriaux La mémoire de la terre Les courants de l’eau Les ondées
J’ondule 

Accueillir la générosité de Jupiter en Poissons

Tirage du jour pour célébrer le retour de Jupiter en Poissons.

Retrouver la confiance
Embrasser les messages émanant des murmures
Restaurer les croyances
Retourner à la Source
Faire ce voyage, en rêve, en pèlerinage ou en chansons
Ne pas douter des signes et des cadeaux en chemin
Flotter sur le courant de la Source
Se souvenir du langage des poissons

Ne pas abdiquer la souveraineté
Renier la rétention du savoir sacré par les Puissant.e.s
Mettre à mal l’absolu jupitérien
Qui nous coupe de nos intuitions
Qui retient la communication
Qui rend crédule mais dénué.e de sensations
Qui abuse plus qu’il diffuse
Le refuser

Nager dans l’eau divine de Jupiter
Accessible à toustes
Jupiter chez yels en poissons
Comme toustes les sirènes que nous sommes

Se souvenir du langage des poissons
Glisser à contre-courant jusqu’à la source
Se sentir pousser des ailes
Flotter en confiance
Il n’y a plus rien de mystérieux
Rien n’est caché
Rien ne se mérite
Il y a un cœur ouvert
Aux flux de l’autre monde.

Douce niaiserie d’hiver avec la Page de Disques

Chérir la graine pour l’aider à passer l’hiver
Protéger la semence pour lui laisser une chance.

Qui sait ce qui poussera ?
Qui sait si ça poussera ?

Qu’importe

L’intention réchauffe les cœurs

Les graines
Les longueurs hivernales

Le printemps est loin

L’amour attentionné commence dès à présent


Vous avez vu ça? J’ai reçu l’oracle The Seed & Sickle de Liminal11! Quelle chouette surprise! Je ne leur avais même pas demandé… J’ai hâte de partager ma recension sur ma chaîne. Pour l’instant, je ne cesse de tirer la carte The Seed. Coïncidence? 😉

9 de bâtons. Prendre ce mal en patience et pester en silence

Je prends mon mal en patience.

J’envisage de démolir tout ce que j’ai construit jusqu’ici. Je me sens tout.e mini devant mon oeuvre. Je sais comment la saboter, mais pas la moindre idée de comment la détruire. Si j’essaie de la saborder, elle m’envoie chier. Je me retrouve blessé.e et encore plus désemparé.e.

Bref, je prends mon mal en patience.

Je me ronge les sangs. J’vous jure: je suis à la fois speedé.e comme jamais, déter comme l’outsider dans une compétition de télé-réalité et pas inspiré.e, épuisé.e, lessivé.e comme un pull de fast-fashion que je veux revendre sur un app alors qu’il a plus de forme (en a-t-il jamais eu?). A la fois sur- et dé- motivé.e. J’ai zéro sérénité.

Je marque un temps d’arrêt, je prends mon mal en patience.

Y a toujours les adeptes de la pensée positive pour me balancer que la ligne d’arrivée est proche. Puis, y a les réalistes/défaitistes/pragamatistes qui me disent que c’est ok d’admettre qu’on a fait fausse route.

J’ai bousillé le GPS. J’écoute ma voix intérieure qui répète en boucle qu’elle recalcule ce fichu itinéraire. Je suis à bout. A court de patience. Mais la réalité, c’est que j’ai pas de plan B. Alors je défends tout ce que j’ai. Non, j’essaie de le détruire. Je…

Je suis à bout.

Ma motivation rame comme la musique d’attente d’un service après-vente.