Douce niaiserie d’hiver avec la Page de Disques

Chérir la graine pour l’aider à passer l’hiver
Protéger la semence pour lui laisser une chance.

Qui sait ce qui poussera ?
Qui sait si ça poussera ?

Qu’importe

L’intention réchauffe les cœurs

Les graines
Les longueurs hivernales

Le printemps est loin

L’amour attentionné commence dès à présent


Vous avez vu ça? J’ai reçu l’oracle The Seed & Sickle de Liminal11! Quelle chouette surprise! Je ne leur avais même pas demandé… J’ai hâte de partager ma recension sur ma chaîne. Pour l’instant, je ne cesse de tirer la carte The Seed. Coïncidence? 😉

9 de bâtons. Prendre ce mal en patience et pester en silence

Je prends mon mal en patience.

J’envisage de démolir tout ce que j’ai construit jusqu’ici. Je me sens tout.e mini devant mon oeuvre. Je sais comment la saboter, mais pas la moindre idée de comment la détruire. Si j’essaie de la saborder, elle m’envoie chier. Je me retrouve blessé.e et encore plus désemparé.e.

Bref, je prends mon mal en patience.

Je me ronge les sangs. J’vous jure: je suis à la fois speedé.e comme jamais, déter comme l’outsider dans une compétition de télé-réalité et pas inspiré.e, épuisé.e, lessivé.e comme un pull de fast-fashion que je veux revendre sur un app alors qu’il a plus de forme (en a-t-il jamais eu?). A la fois sur- et dé- motivé.e. J’ai zéro sérénité.

Je marque un temps d’arrêt, je prends mon mal en patience.

Y a toujours les adeptes de la pensée positive pour me balancer que la ligne d’arrivée est proche. Puis, y a les réalistes/défaitistes/pragamatistes qui me disent que c’est ok d’admettre qu’on a fait fausse route.

J’ai bousillé le GPS. J’écoute ma voix intérieure qui répète en boucle qu’elle recalcule ce fichu itinéraire. Je suis à bout. A court de patience. Mais la réalité, c’est que j’ai pas de plan B. Alors je défends tout ce que j’ai. Non, j’essaie de le détruire. Je…

Je suis à bout.

Ma motivation rame comme la musique d’attente d’un service après-vente.