Balade avec la valet de coupes

Ses émotions la submergent. Carnet sous le bras, elle s’engage dans les rues désertes du petit matin. Le bruit des chantiers retentit déjà. Les trottoirs sont calmes. La frénésie ne s’est pas emparée de la ville. C’est un instant suspendu. Entre loup et chien. Entre les rêves tourmentés d’une nuit de lune sombre, à quelques heures de la nouvelle lune, et l’enthousiasme d’après les cafés, c’est l’heure où les renards visitent les poubelles avant de battre en retraite devant le tumulte grandissant. Un instant suspendu et déjà le mouvement. Lire la suite « Balade avec la valet de coupes »

La Magicienne dans les starting-blocks

Elle est gonflée à bloc. Elle se positionne dans les starting-blocks. C’est une coureuse de fond, elle a confiance en son endurance. Elle est décidée et rien ne pourrait l’arrêter.

A part peut-être son propre enthousiasme, débordant au point qu’elle se dissipe. C’est qu’entre ses bouquins sur les théories féministes, l’herboristerie, l’organisation de collectifs d’un côté et une parfaite maîtrise des mécanismes d’exclusion et du racisme systémique dont elle entend venir à bout, il y a beaucoup de café.

Peu importe. C’est son énergie qui compte. Elle est traversée par l’inspiration, comme si un rayon de soleil lui avait ouvert toutes les voies- des voies qui sont en elle, à elle. Elle a compris le sens de son existence. Elle a la magie. Franchir des fleuves ne lui fait pas peur. Pas plus que les grondements de la ville derrière elle. Lire la suite « La Magicienne dans les starting-blocks »

Hiérophante. Tu vas peut-être pas changer le monde, mais t’as changé ma vie

J’avais une vingtaine d’années. J’étais mal dans ma peau, mal dans la transition vers l’âge adulte, mal dans mon genre, mal dans ma graisse, mal avec ma santé mentale et les figures tyranniques qui hantaient mon imaginaire, mal avec les effets secondaires des anti-dépresseurs et neuroleptiques (le cercle vicieux des adolescentes qui ont une estime d’elles-mêmes ravagée et se voient prescrire des médocs, peut-être nécessaire, mais qui ne manqueront pas de bousculer encore l’image de soi par ajout de quinze kilos à chaque changement de traitement), mal avec ma trichotillomanie et mal avec le crâne imberbe qu’elle dessinait. J’ai eu une révélation un jour. Elle continue d’affecter ma vie. Elle agit comme Lae Hiérophant-e. Je vous raconte… Lire la suite « Hiérophante. Tu vas peut-être pas changer le monde, mais t’as changé ma vie »

Votre avis NOUS intéresse

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 25/03/2018
Votre avis NOUS intéresse

Je voulais écrire un texte court et précis pour un open mic il y a quelques mois. C’est devenu super long en quelques heures (et impliquant beaucoup de travail en aval pour réorganiser, vérifier ce que j’avançais, ne pas partir d’une position de jugement, affiner la narration, etc). Je l’ai abandonné.

Je vous le livre quand même en état, sans structure mais avec un fil rouge. Il est destiné à être lu. Il y a plein d’intonations et de changements de voix qui sont perdus sous cette forme. Mais c’est pas inintéressant. Ça ressemble à une conversation ordinaire entre ma butch et moi, la télé en fond sonore, les trucs qu’on lit sur les réseaux sociaux, nos réactions et les mails des services clientèle. Cacophonie ordinaire. Les voix qui se diluent. Le rouleau-compresseur qui continue.

Lire la suite « Votre avis NOUS intéresse »

Revisiter l’Arcane Majeur. Le Chariot.

Je suis déterminée. Je note deux hashtags: #persévérance et #obstination. Je vais retrousser mes manches. Je vais prendre la licorne piñata par la corne. Je me veux jusqu’au-boutiste. Je (me) prouverai que je peux y arriver.
Ça grouille d’idées dans ma tête. Ça s’active plus vite qu’un article qui fait le buzz. Ça s’agite… ça tempête dans mon cerveau. J’ai des flashs de génie. Je vais alimenter un moodboard inspiré! Cette profusion me file le tournis.

Pause. Je me pose. Des routes. J’ai envie de routes. De part et d’autres du chemin, ça s’entasse: des contre-indications, des amoncellements de plans conçus par d’autres, du sur-mesure qui ne va à personne, des monticules de batteries usées et jetées sans considération, des néons clignotant avec aplomb, des caméras de surveillance guettant mes faux pas, à l’affût de mes hésitations. C’est sans compter les obstacles invisibles par dessus. On m’attend au tournant. Je ne sais pas qui, je ne sais pas quoi. Je sais que j’ai plus envie d’avoir peur. Me faire des films d’échappatoires tous plus glorieux les uns que les autres, j’ai passé ce stade. J’en ai assez d’être une douce rêveuse. Je ne renie pas l’idéaliste, mais je serai avant tout pragmatique. Obstinée oui, parce que je m’en donnerai les moyens. Lire la suite « Revisiter l’Arcane Majeur. Le Chariot. »

5 de bâtons et de pentacles

T’as aucune certitude et blindé de raisons de flipper. Tout est sans espoir devant toi. Certain-e-s t’affirment que ce n’est qu’une question de volonté. Tu lèves les yeux au ciel. Tu sais bien que non mais t’en as ras le cul de te justifier. Toutes les options envisagées s’épuisent en moins de deux. Les graines que tu plantes pourrissent. Tes herbes médicinales se dessèchent et fanent… La dignité, tu veux bien, mais on fait comment hein quand toutes les institutions, tou-te-s les médecins, tou-te-s les ex-ami-e-s, tou-te-s les membres de la famille décrètent que tu n’en mérites pas et s’obstinent à te la retirer ?

Les cartes s’affichent sans espoir aujourd’hui, chouke. Elles sont témoins. Elles ne font pas semblant.

4 d’épées et L’impératrice

L’isolement a conduit à l’accumulation. Tous les recoins de ton esprit sont empoussiérés. Tu ne profites plus de ce temps si précieux dont tu avais besoin pour toi-même. Il te bouffe. Cette solitude qui devait te régénérer est devenue une cage. Tu es pris-e à son piège.

L’Impératrice t’éclaire une ouverture: plus de conscience dans ce qui tu fais. Yel te demande d’envisager des reconnexions: à tes ami-e-s, à ton corps, à tes cartes de tarot, à ton écriture, à tes potions et autres recettes,… Yel te propose de nettoyer et de purifier, y compris dans les coins, là où la poussière s’est accumulée. Yel te propose d’accueillir sa torche dans ta vie poussiéreuse. Lire la suite « 4 d’épées et L’impératrice »

Reine d’épées et as de coupes

Camper sur tes positions ne t’aide plus à ce stade. Les principes t’empêchent d’accéder à une une zone sans turbulences. Tu gardes le cap. Ce faisant, tu t’épuises. Ça n’est d’aucun secours – ni pour toi, ni pour l’évolution de la situation, ni pour les personnes que tu aimes. Tes convictions ont pris le dessus sur ton empathie. Elles s’essoufflent sans la douceur et la vulnérabilité qui t’étaient si chères. Tu te figes. Tu dissèques, tu tranches, et dans tout ça t’as plus de place pour la réceptivité. Tu ne reçois plus les messages des autres. Tu laisses d’ailleurs les mails pourrir dans ta boîte. C’est pas un hasard. L’amertume et le jugement l’ont emporté sur la curiosité. La reine d’épées a viré sinistre. Quand elle est lasse, elle se ramasse. Eh ouais, t’es à la ramasse sur le coup. Lire la suite « Reine d’épées et as de coupes »

7 de pentacles en Balmain vintage

Le 7 de pentacles. Tu as construit bien plus que ce dont tu te rends compte. Tu as tellement accompli. Prends le temps de regarder ça en vue aérienne. Quelle énergie investie ! Quel boulot amassé ! Même si c’est pas nécessairement ce que le capitalisme reconnaît comme du travail – et justement parce que ce n’est pas la productivité et l’argent qui ont façonné ce que tu as réalisé – t’as apporté du changement aux autres et à toi-même. Tu fais partie d’un mouvement plus large. Récompense-toi en t’accordant le droit d’être fièr.e. Admire ce travail. Prends le temps de le faire. Quels seront tes prochaines réalisations ? Comment vas-tu contribuer à davantage de justice sociale ? Qu’es-tu prêt.e à perdre pour cette justice (double la mise !). 👒

Lire la suite « 7 de pentacles en Balmain vintage »