Pensées violettes. Tirage du dimanche

Tirage collectif du dimanche. Autour de la carte ancienne « Mars » d’une série de cartes postales de la fin du 19e siècle sur le langage des fleurs et les mois de l’année. J’ai sorti d’autres oracles à fleurs et les violettes/viola/pensées sont sorties dans tous les jeux. On va les prendre sérieusement…

Mars. Giboulée. L’humidité se joint au vent pour te traverser le corps et se fixer sur tes os. Comme si elle ne comptait pas s’en déloger, elle s’installe. Tu existes dans un frisson. Sous un plaid. Dans un concert d’éternuement. Mars, planète de la combativité.

Tu te retires un peu. Avec une tasse de tisane. En compagnie de ceulle avec qui tu peux partager les tremblements. En compagnie des tien-nes. Ceulles qui s’accrochent à travers les aléas, plutôt comme le chèvrefeuille que comme l’humidité. Ceulles qui sont témoins. Tu as déjà traversé les violences, les crises, la dépression, la dèche. Ceulles qui voient. Ça t’affecte avec la même intensité. Mais yels savent aussi qu’on en revient. Ou qu’au moins tu n’es plus seul-e.

Tisane de passiflore. Réchauffer le corps. Apaiser les phrases qui passent en boucle dans ta tête.

Lire la suite « Pensées violettes. Tirage du dimanche »

Lust for dust

Ça fait longtemps que tu le sais au fond, tout au fond. Il y avait un petit truc pas raccord. Ça sonnait pas exactement comme tu le voulais. Voire ça sonnait faux en fait. Tu t’acharnais à gommer toute trace de doute. Tu faisais la sourde oreille. Tu enfouissais ton malaise. Il en résultait un sentiment d’inconfort persistant. Ta partie rationnelle combattait ton ambition dévorante. Tu saturais. Tu saturais toujours plus. Tu savais pas pourquoi, à part tout tout au fond.
✨🌺✨
Ça fait longtemps que tu prends, à tort, un petit goût acidulé pour de l’amertume. Tu t’es obstiné-e à voir des contrastes là où se déployaient des nuances. C’était pas raccord.
🌺✨🌺
Tu as fait taire ton inconfort pendant si longtemps. Lire la suite « Lust for dust »

La Tempérance et la révolte: La Grâce

Vous êtes des danseuses. Vous êtes les révoltées qui relient. Vous faites jaillir, vous entourez, vous brandissez. Vous êtes la conscience. Vous êtes La Tempérance dans sa version la plus dépouillée: La Grâce. Vulnérabilité revendiquée mobilise rage éhontée en guirlandes. Vous créez. Vous reliez.

Les Furies, les érinyes, tempêtent encore leurs cris de revanche dans vos têtes. Vous êtes les héritières des divinités qui ne sont plus en grâce. Vous êtes les saisons. Vous êtes les cyborgs. Vous êtes les danseuses de la destruction.

Vous êtes les lanceuses de la nouvelle donne. Les futures anéantisseuses sont d’ores et déjà des tisseuses. Vous êtes le lien et la rage et la chanson à l’unisson quand elle ne couvre pas les murmures ni celles qui chantent faux. Vous êtes la grâce quand elle n’est pas assignée, la grâce selon votre révolte. Vous êtes des danseuses.

SexMagick astrale avec Hécate

Mes cuisses moites de sueur se frottent à chaque pas. Ça commence à brûler. L’excitation que je ressens en montant la colline, progressivement plus proche du lieu de rendez-vous contrebalance la douleur. Je suis moiteur : ma bouche qui salive de trépidation, mes intestins qui papillonnent, mes genoux qui flanchent comme animés de vagues, mes doigts qui vibrent, mes vaisseaux qui se dilatent, ma chatte qui se gorge et mes cuisses qui se frottent.

La lueur de la lune. La pénombre de l’éclipse.
Celle des croisements. Celle des chemins. Celle du mysticisme. Celle de la transe. Hécate.

Lire la suite « SexMagick astrale avec Hécate »

Reconstruction

Reconstruction. Dévastées, les notions d’appartenance. Abandonner l’ego qui s’accroche à des illusions réconfortantes. Faire le ménage pour redéfinir les priorités. Réorganiser ce qui compte. Imaginer d’autres visions de la communauté. Mannaz à l’envers dans la position de ce dont il faut se débarrasser indique d’ailleurs qu’une voie s’est épuisée. Vidée, se tourner vers l’Etoile. Rêver. Inventer totalement comme peut le faire l’élément d’air. Souffler sur les braises. Envoyer les semences au gré du vent. Au rythme de l’écriture automatique. Dans la danse des doigts sur le clavier. Rêver. Créer un nouveau chez soi, une nouvelle appartenance à un corps qui change, qui souffre, qui s’affole, qui ne comprend plus, qui ne trie plus, qui surréagit. Rêver et inventer avec un corps qui craque et résiste. Créer avec un corps dont la souplesse est sans limite. Celui qui ploie mais ne rompt pas (pas toujours), il incarne l’Etoile.
💖
Runes créées par mon amie Cléo.
En prime: les offrandes de la chatte #samhainthecat sur l’autel.

Petit Lenormand. Ancre, étoile, trèfle.

Petit Lenormand. Anchor, stars, clover.
Dissocie ce qui te stabilise et ce qui t’encroute. Essaie d’élargir ta propre vision de tes possibilités. Sois attentif.ve aux petits coups de pouce. Lève les yeux vers tes rêves les plus dingues. Tu pourrais décoller très vite en direction de ces éclatantes promesses.

It’s time to distinguish what stabilizes you and what’s weighing you down in order to expand your own vision of your possibilities. Pay attention to the little things that help you. Look above, look at your fabulous dreams over there. You might be landing very soon towards those bright promises.

Oracle des runes: Hagal

Faire croire que tout est son contrôle alors que tu as la tête dans la boue de tes idées noires ? ✨
Tandis que les grêles te percent la peau à rythme saccadé, comme autant de rappels que tu es en vie puisque que tu la sens, cette douleur, mais que tu t’enfonces puisque tu n’entrevois guère de solutions.

Battre des paupières pour tenter de chasser en vain les épreuves qui s’abattent les unes après les autres. Rafales de cauchemars. ✨
Garder un œil ouvert pour apercevoir le jeu des lumières dans le rideaux de pluie. Cascade salvatrice. ✨
Prétendre que tu t’en sors alors que ta vie ressemble à un tourbillon qui te précipite dans Lire la suite « Oracle des runes: Hagal »

Maison et trèfle. Qu’est-ce qu’un chez-soi?

Tout comme Saoween a agrippé la maison, comment profites-tu de ce qui te fait te sentir chez toi ?
🍃
C’est une notion précaire pour de nombreuses personnes. Dans le sens: avoir un logement, se sentir bien dans son corps ou apprivoiser l’autonomie en étant issu.e d’une famille abusive, par exemple. Parfois, ce sont les petites synchronicités du quotidien qui te donne ce sentiment d’être là où tu es en sécurité. Souvent éphémères. De temps en temps, te donnant des indications sur ce à quoi être attentif.ve. Lire la suite « Maison et trèfle. Qu’est-ce qu’un chez-soi? »

Ver de terre

Tu as l’impression de te cacher sous la surface ? Comme si tu te mettais la tête dans la boue pour pratiquer la politique de l’autruche.

En réalité, tu accomplis un travail essentiel. Grâce à lui le sol respire. La transformation peut se produire à travers la putréfaction et la croissance. Prends conscience de ce travail de l’ombre et de son impact sur ton environnement. Les petites choses que tu accomplis quotidiennement mérite de l’exposition et de l’attention. Il n’y en a pas que pour les grandes révélations et les théories alambiquées.

Étendre son humanité

Voilà un message à écouter en reprenant le travail en état de dépression, burnout et douleurs chroniques. ❤️
J’ai remarqué que la dépression peut rendre tellement absorbé.e par sa propre souffrance qu’il en devient impossible de militer, de maintenir le contact avec les ami.e.s, d’aller au devant des rencontres et de ressentir de l’empathie. Ce n’est pas une généralité, mais ça arrive. J’ai perdu des ami-e-s à cause de ça, que ce soit à cause de ma phase dépressive, de leur dépression ou de nos états respectifs.

Ces cartes d’oracle ravivent mon humanité. Lire la suite « Étendre son humanité »