Cartomancie poétique avec le Literary Witches Oracle

Interprétation du jet de cartes en écriture automatique + lecture spontanée

J’éclaire mon chemin. Faiblement, d’une lumière aussi vacillante que ma main, la lanterne partage son éclat. Elle donne naissance à des ombres. Je sursaute. J’éclaire malgré l’épaisseur de l’obscurité dont le manteau de pierre pèse sur mes épaules.

Mes doigts trouvent la fente dans le tronc. Le creux de l’arbre répond aux frémissements de mes doigts. L’excitation coule le long de mes articulations.

Je bois goulûment la sève à même l’écorce. J’arrose les racines en retour. Nous fusionnons. J’entre. J’entre dans l’intimité de l’arbre. J’entre dans le creux du monde. Je n’ai plus besoin de lanterne car l’élixir est maître de mes visions.

Mes os s’entrechoquent. Je suis réduite à une version dépouillée de moi-même. Les os forment la limite entre la terre profonde, les existences passées, les secrets dont on m’a dépouillée et l’infinie capacité à revenir des morts. J’orne mon crâne d’une couronne de fleurs.

Les fleurs sauvages poussent sans la photosynthèse. Elles sont primaires. Brutes. Primordiales. Irrécupérables. Inénarrables. Les fleurs sauvages poussent dans le pot de mon crâne décharné par mes années d’errance. Les fleurs sauvages poussent dans les tripes des êtres de la nuit, dans les entrailles des chats qui chassent sans lassitude, dans les viscères des créatures qui s’échappent sans relâche. Les fleurs sauvages poussent, champignonnesques, dans les vestiges de mes articulations. Elles poussent dans les vertiges de mes hallucinations.

Tout en bas, je suis épuisée, guidée dans ma danse macabre par le bruit de mes os qui s’entrechoquent. Je suis guidée par la musique de mon être élémentaire, cet être qui n’est plus à moi, qui n’a plus d’identité. Cet être composé-e de ramifications et de mycélium est guidé-e par la cadence des os. Epuisée, elle se blottit dans la tasse de thé. Elle dépose ses glaires, coussins de fortune, avant de s’endormir.

Tu liras son histoire dans les formules micellaires déposées autour de la paroi quand la tasse sera vide. La tasséomancie ou l’art d’entendre les fantômes. L’art de relâcher la lune ou l’existence dans un chaudron. Je reviens. Tu sais que je reviens. Comme la lune toujours revient, je reviens. Recomposée, décomposée, j’émane du chaudron. Mes vapeurs agrippent des nuages. Bientôt, je serai la brume. L’aurore ne m’attend pas. Je reviens pourtant, flottant sur sa croupe. Substantielle, je rampe. Je suis matière. Mon histoire éphémère ne connaît pas de fin. Que des renouvellements…

Une histoire centenaire éclaire nos chemins. 

Le 5 de coupes avec le White Fox Oracle

On se fait du souci alors qu’on voudrait s’en foutre.

On s’en tape mais on nous en culpabilise.
On se s’en honteuxse.

Les blessures qu’on croyait guéries s’ouvrent.
Les larmes coulent.

Y a pas de remède simple à cette douleur. Le 5 de coupes nous rappelle *simplement* qu’on peut pleurer, on peut se sentir mal, on peut ressentir la perte ou l’échec ou l’impuissance, on peut être endeuillé.e.s, on peut être très loin d’en avoir rien à foutre. C’est OK.
Avec la complexité de nos sentiments et de nos traumas, c’est OK.

Le white fox oracle nous invite à nous trouver un espace pour donner libre court aux sanglots. Un espace de soulagement. A travers la méditation, les prières, les gémissements.

L’Ermite. On a tou-te-s cette lanterne

Du haut de ta cabane, perchée dans les arbres, là où tu fais l’ermite, ta lanterne éclaire les voyageur.ses égaré.e.s. De ton point de retraite, ta vue s’aiguise. Dans le silence, tu aperçois des ombres. Tes sens gagnent en puissance. En haut de la montagne, pas de prophétie, pas d’éclats, rien qu’un peu de lumière pour éclairer les routes masquées par le brouillard. Le temps que tu t’accordes, le soin que tu développes, les baumes sur ta peau fatiguée, autant de combustibles pour ta lampe. Le temps, le soin, les baumes réverbèrent vers d’autres.
Lire la suite « L’Ermite. On a tou-te-s cette lanterne »

10 d’élixirs (coupes). Ecrire

Un ordinateur. des doigts qui courent sur le clavier. l’inspiration qui pousse sur la carapace.

La fluidité des images que je capte avec des mots, que je fige mais déjà elles filent.
Loin devant. Ou derrière. Ou tout en dessous. Ou au-delà.
Disparues. Saisies. Jamais capturées. Inoubliables. A jamais. Comme l’odeur des pois de senteur que je cueillais enfant à la ferme dans le Pays des Collines.

Le soulagement. Les envies.

Je réalise seulement à quel point ça me manquait, un ordi, en particulier un ordi suffisamment compatible avec mon handicap.
Je respire.

wp-15811675009165316150826575273076.jpg

Amazone de pentacles + Considération. Prendre le temps de pousser

C’est pas grave si ça prend du temps à pousser. C’est chiant, peut-être… Mais pas grave. T’as pas des résultats instantanés, mais tu continues à t’appliquer, loin des photos lisses et des vantardises en ligne.
Tu noues une relation avec ton art. Tes plantes. Tes cartes de tarot. Une déité. Les sabbats.
Tu t’investis pour du durable. Ça en jette moins à la face. Tu te sens nul.le, t’arrives même pas à t’impressionner toi-même.
Mais tu verses de l’amour. Tu tailles avec considération. Tu y passes une énergie considérable – oui elle est considérable même si elle est à hauteur de tes cuillères, de tes responsabilités familiales, de tes moyens financiers, etc. Lire la suite « Amazone de pentacles + Considération. Prendre le temps de pousser »

Hekate nourrice

img_20190926_1412044320470978631752341.jpgLes choses passent. On se décompose. On se renouvelle. Les saisons passent. Les vies passent.
Hekate Kourotrophos, la nourrice.
Tout se précipite. Tout paraît voué à ne pas revenir.
Il faut prendre soin. Il faut se laisser envahir par l’amour. Il faut cajoler l’espoir. Il faut soigner dans le désespoir. Il faut s’abriter sous sa cape. Il faut concevoir des alternatives. Il faut favoriser du lien. Il faut (se)trouver. Il faut se regrouper sous sa cape.
Les saisons ont été modifiées. Les choses passent. Se précipitent. Sont détruites avec une violence qui paraît inexorable.
Hekate Kourotrophos. Il faut prendre soin.

img_20190926_1410338708042613191861474.jpg

 

Dagaz: Si je ne peux pas danser…

Danse ! Écoute ton coeur et danse. Écoute les constellations, les générations, les luttes à venir et danse ! Ne laisse personne te dire « c’est comme ça ». Conteste l’arbitraire, même quand plus personne n’ose le faire. Recherche les partenaires de dancefloor qui se soulèvent aussi.
Emma Goldman disait: si je ne peux pas danser, je ne veux pas faire partie de cette révolution.
Oui mais… les conditions sont dures. Lire la suite « Dagaz: Si je ne peux pas danser… »

Cartomancienne et conteuse. Le grand jeu de Mlle Lenormand revisité

Cartomancie old-school à moitié revisitée avec cette précieuse antiquité de Grand Jeu de Mlle Lenormand.

img_20190612_105620_6981747239766805570099.jpgÇa vole pas bien haut. Le registre de la séduction s’épuise. Après le grands sourires, les « je vois tout à fait ce que tu veux dire », les « c’est ça quoi » et les minauderies, quand les masques tombent, il ne reste que les coups bas. On s’arrache les miettes qu’on peut encore sauver. C’est à celui ou celle qui se tire avec le plus vite.

La personne la plus rapide use de plus de fracas. Elle gère les froufrous. Elle en met plein la vue. Poudre aux yeux! Elle dissimule ainsi ses lacunes, voire ses manipulations. Ça passe crème. On lui déroule le tapis rouge partout. La renommée, les likes, les vidéos, les articles,… Ça séduit, ça attire et ça se gausse des personnes écartées par ces procédés pas franchement classes. L’audace paie tout comme les belles paroles. Lire la suite « Cartomancienne et conteuse. Le grand jeu de Mlle Lenormand revisité »

Oracle des Erinyes

Je veux que tu te casses, je veux que tu dégages.

Je veux que tu flippes pour ta life dès que tu mets les pieds ici.

Je veux que tu te sentes menacé.

img_20190518_133408_8732908881487871605138.jpgJe veux que jamais, plus jamais, tu ne te sentes légitime à faire part de ton avis de merde à une meuf, une gouine, un pédé, une personne trans. Je veux que tu ravales ton avis de merde et que tu t’étouffes avec.

Je veux que ta légitimité sans faille te râpe la langue, qu’elle te tranche la glotte, qu’elle se désintègre le long de son œsophage et que ses milliers d’épines te percent l’estomac. Je veux que la nausée te poursuive aussi longtemps qu’il le faudra.

img_20190518_133408_8676873178869858066860.jpg

Je veux m’engouffrer dans le vide de ton esprit et te tourmenter. Te tourmenter à jamais. Je veux que les Erinyes et toutes leurs descendantes te poursuivent tant que nous n’aurons pas obtenu gain de cause. Je veux que tu paies, je veux que tu trimes. Tu vas morfler. Je veux que tu te noies dans la sueur de tes cauchemars. Je veux que les sirènes des revanchardes étouffent tes cris. Je veux que la solitude étreigne chacun de tes membres. Je veux que l’isolement se resserre, qu’il fasse garrot, que t’en pète. Je veux que tu saches. Je veux que tu paies. Lire la suite « Oracle des Erinyes »

Oracle. Structure: si tu aimes quelque chose, libère-la !

En mode soleil et uranus en conjonction en taureau ♉ (regarde ce qu’écrit Chani Nicholas là-dessus).
🎆
Quand tu es trop planplan dans tes structures, quand tu es trop à l’aise dans les zones de confort chèrement acquises, tu peux avoir l’impression d’avoir tout à perdre si tu laisses s’échapper quoi que ce soit. Pourtant, il est temps là. Ne laisse pas ce que tu aimes s’ankyloser dans l’inertie de ton confort. Libère. Lâche, laisse s’envoler, partage, offre! N’enferme pas sous verre ce qui te fascine. Ça y perdrait ses couleurs. Et toi, ta capacité à t’émerveiller sur d’autres choses. Ces structures n’étaient pas faites pour durer. Tes étincelles font des émules.

Ce diaporama nécessite JavaScript.