Tirages combinant des oracles & un tarot. Des suggestions.

J’intègre de plus en plus d’oracles dans ma pratique perso des cartes. Grâce à la parution ces dernières années de nombreux oracles s’éloignant de la ligne new age/développement personnel/affirmation, j’ai découvert des jeux qui me correspondaient. Jusqu’à la révélation! Je peux être complètement créative dans mes tirages oraculaires.

Je développe ce sujet en 3 vidéos. La première est consacrée à des recensions de jeux avec lesquels j’aime travailler pour cet usage. La deuxième balaie diverses questions soulevées par cette pratique. Enfin, la troisième s’attarde sur les types de tirages que je réalise avec ces combinaisons. Elle se clôture sur un tirage collectif. Petite note: sur youtube, le sous-titrage automatique en français devient plus satisfaisant, n’hésite pas à utiliser cette fonction.

Voici les positions de cartes dans mes étalements dont je discute dans cette dernière vidéo.

1. Cartes du jour

le matin (et/ou le soir), avant un projet créatif, avant une rencontre, avant/pendant une promenade ou une médiation, …

Dans ces groupes de questions, je choisis ce qui est approprié ce jour-là afin de tirer entre 2 et 6 cartes.

Lire la suite « Tirages combinant des oracles & un tarot. Des suggestions. »

Equinoxe, bélier, tulipes

De l’équinoxe d’automne à celui de printemps. La durée du jour plus courte que celle de la nuit.
Liminalité et précarité de l’équilibre. La durée du jour devient plus longue.
Equinoxe de printemps, le soleil rentre en bélier. Vénus le suit de près. Je me décompose. J’agonise dans le secret de ma maison 8

Soleil exalté. Entends-tu ta chanson qui monte, qui perce la surface, qui porte en elle sa floraison ? J’entends les oraisons funèbres de mes désirs qui s’amoncellent dans la discrétion de ma maison 8. Le feu du bélier les emporte. J’entends les lamentations de mes joies qui se précipitent, qui se déchiquètent, qui périclitent. Elles mordent, elles morflent, elles succombent.
De la balance au bélier.
De l’équilibre à l’explosion.

(info: nudité sur les prochaines images)

Lire la suite « Equinoxe, bélier, tulipes »

Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté (7 de coupes, La Mort, Page de pentacles)

Proprement alignés sur l’étagère, les flacons d’une thérapie de la discipline dégagent une odeur aseptisée. Ici, tout est dans le rang. On a organisé, on a étiqueté et, surtout, on a capturé. Ici, on fait le travail du pouvoir-sur. On a discipliné le pouvoir-du-dedans. On fait correctement les poussières afin de donner le change. On referme la vitrine pour célébrer la distance. Ici, on a déterminé les limites de l’humain-e fonctionnel-le, intégrée dans le système, dans le rang, sous contrôle.

Si tu prends l’ascenseur et que tu descends, et puis que tu descends encore, et puis que tu t’aventures en dehors de ta cage de verre, tu peux sentir l’herbe sur tes orteils. Tu peux laisser le vent caresser tes poils. Tu peux écouter les messages qui circulent avec la rivière. Tu peux sentir le humus qui gronde. La terre réclame. La boue régénère. Voilà où tu laisses des offrandes. Voilà où tu sacrifies. Voilà où tu tranches. Voilà où tu meurs. Voilà où tu renais. Voilà où tout se renouvelle. Où tout cesse. Où tout (re)commence. Voilà où les flacons ne capturent rien. Où le courant des ruisseaux a raison. Où les plantes nettoient. Où les rêves s’envolent. Où les rêves s’immolent. Voilà où l’on souffre et où l’on guérit. Perpétuellement. Dans le désordre. Dans l’infini. Avec la révolution des astres. Avec la ferveur du compost. Voici où l’on partage. Voici où l’on est vulnérables. On est effroyables.

Ici, les disciplines n’ont pas étouffé notre créativité.

En lisant le chapitre « Retrouver un pouvoir personnel: la magie comme volonté » dans Rêver l’obscur de Starhawk.

Retour sur l’Equinoxe d’automne 3

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Il n’y a pas de répit pour les créatures de l’entre-deux
Des portes, des orifices, le froissement des plumes, le murmure du vent
Les prédictions ne sont pas joyeuses
Les créatures des entre-deux sont sur le front
Appelle ça une armée si tu veux
Appelle-nous des sorcières
Appelle-nous des téméraires
Nous sommes sur le fil des équinoxes
Et déjà au cœur de l’automne
Et déjà à frôler des cailloux des cimetières de nos pieds nus


Nous flottons
Nous sommes la brume
Nous ne connaissons pas de répit
Créatures des entre-deux
Le chaudron, la fumée, le feu, la potion, la cuillère, les enfers
Nous sommes
Tou-te-s entièr-e-s
Nous ne sommes pas faites de pierre


Nous sommes le mouvement
Insoupçonnables
Les imperceptibles créatrices de l’entre-deux
Les créatures de la matrice
Au fin fond et à la surface
Nous sommes
Ainsi soit-on

Lire la suite « Retour sur l’Equinoxe d’automne 3 »

Retour sur l’équinoxe d’automne 2

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Dans ton chaudron,
On plonge la tête la première
Un prérequis
Un acte de foi

Dans ton chaudron,
On revient sans loi
On en revient cent fois

Je me débats avec les esprits
Ou
Avec mes peurs les plus inavouées ?
Je me débats avec ce qui n’a pas de nom
Pas de visages
Les incubes dont les bras affleurent à la surface

J’ai tant de craintes

Je fais acte de foi
Je plonge dans le chaudron
La tête la première
Incubation
Résurrection

J’ai peur de n’être qu’une armée de zombies
Je les sens trembler dans mes bras
Je crois que je vais exploser

Lire la suite « Retour sur l’équinoxe d’automne 2 »

Retour sur l’équinoxe d’automne 1

Canalisation lors de l’espace sacré de l’équinoxe animé par valiel elentari

Beautés
Corps en décomposition
Pommes pourries
Elles nourriront le sol

Perséphone
Celle qui la suit
Le voyage
Celle qui revient
Tandis que la Reine des Enfers reste encore

Promesses
Adieu qui ne sont pas déchirants
Chaleureuses étreintes
Je te reviens mon amie
Je retourne aux entrées
Je retourne aux tournants
Je pivote
Promesses, certitudes

Respirer les colchiques d’automne
De là, on voit loin
On voit profondément
On s’amuse dans les prés
On s’ébat

On se débat aussi
Respirer les colchiques d’automne
D’ici, on pressent

Le 10 de pentacles et l’if

Les ifs sont des portails ancestraux. Ils gardent et protègent. Ils transmettent des clés, des missions, du courage, des poisons et des ruses. Les ifs garantissent la stabilité sous nos pieds. Ils assurent résistance et résilience en répandant de nouvelles poussent dès que la survie s’imposent.

Historiquement, dans plusieurs traditions, ils veillent aux entrées des cimetières ou auprès des tombes (fais défiler pour plus d’images). Ces arbres poissonneux sont associés aux sorcières et à la Reine des Sorcières, la déesse Hekate.

Processions

Un texte canalisé en août lors de l’espace sacré Fête des Moissons de Valiel Elentari

Rester dehors pour regarder les étoiles. Nemoralia, perséïdes, assomption, cosmogonies. Souvenirs.

Où étions-nous ?
C’était un jour comme un autre
ordinaire
l’air piquait un peu
à part ça, ordinaire

Je me revois là-bas
Le sentiment d’absence
de vide
de circonstance
Les visages de circonstance
Les villages en transe

On avait chaud

Le ciel se déchire
se fissure
Abyssal

Tu descends ou tu montes ?
C’est la valse des psychopompes
Marie entourée de ses anges
Portée par les nymphes

Nous marchions, transpirantes
accablées par la chaleur
et les flambeaux
…… Les flambeaux

Les étoiles filantes dessinent le ciel
Des bouts de nous

On a laissé des traces
On s’est laissées dans les trances
On s’est laissées aller
Tu te souviens de mon odeur

Dans les noms que je te donne

Catalogue de curiosité (…)

On entend les sons du monstre du lac
Ce soir on n’a pas peur, même si on crève de trouille

Je suis poussée sur tes épaules

On me porte
en procession

Lire la suite « Processions »

Sur les routes: Hekate Enodia, Artemis, Hermes

illustration: Hekate et moi, un portrait canalisé par Rose Butch

Ces routes n’appartiennent à personne
Pourtant, elles sont les vôtres
Parfois, elles se font nôtres
Au fil de nos errances ou de nos itinéraires
De nos méfaits, de nos retours, de nos arrivées
Des déplacements
Vous en faites des havres de paix
Ou des répits en dépit des dangers
Des lieux propices
Le temps de les traverser
Ou celui de s’y retirer
Des endroits privilégiés
Enodia

L’orage tonne
Il faudrait un abri
Il n’y en a pas
Il n’y a que vos présences
Que les offrandes déposées au dernier carrefour

Détrempée
Tu me donnes pour secours
Orientation et vitesse
Hermès

Nul lieu pour pisser
Tu me prêtes un fossé
Sources et souillures se mêlent
A tes côtés, Hékaté

L’orage gronde
Au loin dans la forêt
Artémis règne
Ses cris me guident

Lire la suite « Sur les routes: Hekate Enodia, Artemis, Hermes »