Nehalennia, Déesse de la Mer du Nord

Nehalennia est une déesse de la Mer du Nord. On a retrouvé des traces des cultes qui lui étaient voués à l’époque gallo-romaine, en particulier des petits autels votifs, autour de l’embouchure du Rhin et de l’Escaut. Protectrice des voyages et des échanges commerciaux, on en a aussi trouvé la trace le long des fleuves se jetant dans la Mer du Nord.
Mon objectif n’est pas de réciter ce que vous pouvez trouver sur internet, même si je vous invite à regarder les photos des mini sanctuaires qu’on lui dédiait en remerciement et même si les meilleures sources sont en néerlandais qui n’est peut-être pas la langue que vous maîtrisez le mieux. Je souhaite plutôt mêler mon expérience de Nehalennia et les traces tangibles qu’il reste des cultes.
img_20191008_1612331316721395863137605.jpgSi elle protégeait le commerce, elle est aussi plus largement une divinité des échanges. Elle les favorise et les encourage en général. Cela se manifeste plus précisément dans la relation qu’on entretient avec elle. Offrandes, cadeaux, remerciements. Elle est comme la mer. Elle peut apporter autant qu’elle peut reprendre rapidement et priver de. Généreuse, elle attend un engagement en échange. Elle n’est d’ailleurs pas avare en signes, même si la patience peut être de mise. Lire la suite « Nehalennia, Déesse de la Mer du Nord »

Le voyage de Perséphone 4

Tu es derrière moi. You have my back. Si tu n’étais pas derrière moi pour m’aider à accomplir l’ordre des choses, le rythme des saisons, je prendrais mes jambes à mon cou. Je compte sur toi tout comme j’ai besoin que tu m’extirpes à cette terre que je chéris le printemps venu pour me ramener à ma mère, à tout ce qui bourgeonne en surface.

Hekate, toi qui es derrière moi, tu m’entends clairement. Tu entends tout, du faible frémissement des premières feuilles qui tombent sur le sol au craquement du crocus qui brise son bulbe. Tu as distinctement entendu mon orgasme quand j’ai jeté mon dévolu sur le ténébreux Hades.

Hekate, je déteste quitter Déméter. Ses hurlements hantent notre trajet. Mon déchirement moins dramatiquement extériorisé n’est pas moins grand. Je crains de ne pas la retrouver. Sans toi, j’ignore tout de la route. Sans toi, je ne peux pas revenir. Je rêve souvent que je me perds dans les méandres de l’Enfer, incapable de remonter, errant dans les souterrains, comme l’a fait ma mère là-haut quand j’ai disparu. Nous sommes au croisement du jour et de la nuit. Ma respiration siffle. Lire la suite « Le voyage de Perséphone 4 »

Le voyage de Perséphone 2

– Hécate s’approche, venue de nulle part. Elle semble toujours venue de nulle part. Elle ressemble toujours davantage à une apparition qu’à une déesse matérialisée. Mais elle tend la main et je sais qu’elle est comme un roc. Un éclat lumineux fend la brume du matin entre elle et moi. L’incandescente Hécate pose ses mains sur mon bras. Je me sens enfin comprise. Mon errance n’est plus isolée. Hécate me regarde. Hécate me touche. Je respire enfin. Je respire, puis j’éclate. Je me fends en sanglot. Je me déverse en torrent de larmes. Hécate, Hécate, qu’est-il advenu de mon enfant ? Hécate, elle ne serait pas partie. Pourquoi Hécate ?

– A l’intérieur de moi, ça résonne. A l’intérieur de moi, ça s’agite. J’étais là où il me plaît de siéger, là où l’inconfort me réconforte. J’étais adossée à la pierre. J’étais posée dans la mousse. J’étais caressée par les vers. J’étais entre les mondes. J’étais la boue et la pierre humide. A l’intérieur de moi, ça a résonné, Déméter. Son cri, sur mes parois, a résonné. Il est venu se loger dans les fougères. Il est venu pétrifier les insectes. Il s’est réverbéré dans la pierre qui suinte. Son cri a pris possession de là où il me plaît de siéger à l’entrée des souterrains.
Je vois ton désespoir Déméter. Je vois qu’elle te manque. Je vois comme tu l’aimes. Je vois que tu as besoin des réponses. Je veux t’aider, Déméter, mais ne te leurre pas, les réponses ne seront peut-être pas celles que tu attends. J’ai reçu son cri, Déméter. Mais, ce cri, ma sœur, n’a pas sonné comme une sentence. Il n’était pas déchirant. Il était envoûtant. Je veux t’aider, Déméter. Nous irons chercher les réponses. Lire la suite « Le voyage de Perséphone 2 »

Dé/méter, un rituel pour l’équinoxe d’automne

Un rituel en 6 vidéos partagé sur instagram dont voici la retranscription: Lire la suite « Dé/méter, un rituel pour l’équinoxe d’automne »