Recherche

En chariot dans l'univers du tarot

Tag

psychomagie

Tirage pour le solstice d’été

Je vais tirer les cartes à un événement féministe pour le solstice d’été ce soir.
J’ai conçu un schéma detirage à 4 cartes pour des consultations rapides et légères (une dizaine de minutes).

1. Célébration
Ce dont tu peux profiter, ce que tu peux fêter, retour sur ce que tu as accomplis récemment.
Something to enjoy or to celebrate. Something you’ve achieved lately.

2. Force / strength
Cet endroit en toi où tu peux retourner en toute confiance et puiser de l’énergie. Tes ressources. Ce sur quoi tu peux compter.
This place within you you can come back to, where you’re safe. Your resources. Something you can rely on.

3. Pouvoir magique secret / secret magic power
Comment tu peux briller, irradier inspirer, guérir, enchanter, soigner. Une pensée à garder près du cœur.
How you can shine, radiate, be an inspiration, heal, enchant. Something sweet for your heart.

4. Expression et transformation
Comment tu peux exprimer, créer, partager avec tout ça.
How you can express something with all that by creating, sharing, planting.

Journée internationale du tarot – 7 de pentacles

Le 8 juillet, c’est la journée internationale du tarot organisée du côté francophone par Les Mondes d’Alice. Elle invite toute personne intéressée à créer/produire « quelque chose » autour d’une carte tirée par ses soins. Un dessin, une musique, une sculpture, une photo, un gâteau, un texte, un tirage, un bijou étaient par exemple les bienvenus.

L’idée émane d’abord de tarologues anglophones: événement fb ici.

Et voici ce qui a été proposé pour la tarosphère francophone: pareil.

Je me suis inscrite rapidement après avoir pris connaissance de l’annonce relayée par Loptr Au gré des cartes. En retour, Alice m’a tiré et assigné le 7 de pentacles. Grrr scrogneugneuh, soupirs. J’aime les défis mais bon là quand même…

Le truc, c’est même pas que j’aime pas cette carte. C’est qu’elle ne m’inspire pas du tout. Peut-être parce que j’ai appris le tarot avec le Wild Unknown Tarot. Regardez plutôt, difficile de faire plus abstrait :

7pentaclesWildUnknown

Ou alors ça signifie peut-être que j’ai des réticences à me connecter à cette carte parce qu’elle réveille des choses chez moi que je n’assume pas. Oui mais lesquelles ?

Quand je lis les cartes pour d’autres et que cette carte apparaît, je balaie de mon esprit l’image du Wild Unknown pour mobiliser des illustrations comme celles du Thea’s Tarot, du Rider-Waite-Smith ou encore du Shadowscape7pentaclesTheaTarot

Une personne récolte des fruits sur un arbre ou arbuste qu’elle a nourri, chéri, soigné avec amour, jour après jour. Elle l’a probablement abreuvé de son attention et de ses intentions. Elle semble sélectionner soigneusement les fruits qui sont suffisamment mûrs et laisser sur les branches ceux qui pourraient attendre un peu. Peut-être y reviendra-t-elle plus tard ou peut-être que, finalement, elle n’aura pas besoin ou envie d’utiliser ceux-là. 7pentaclesshadowscapeElle fera de la confiture ou une potion avec les fruits arrivés à maturité qu’elle emporte dans son panier pendant que les autres restent à la nature. Ils seront grignotés par les insectes ou les lapins. Ils iront nourrir le sol en pourrissant. A chaque chose son tempo. Lire la suite

20. Le Jugement

DSC_0442Le jugement. J’aime dire qu’une des facettes cette carte parle justement de se dépouiller du jugement, de toutes ces couches qui obstruent notre vision et notre capacité à penser clairement. Le Jugement passe outre nos mauvaises fois. Il fait fi des remparts derrière lesquels on se protège. Il contourne nos rancœurs et nos regrets. C’est une carte qui ne va pas sans travail. Une persévérance dans l’humilité. Remonter le fil de nos peurs. Aller à la source de nos angoisses. Excaver les mécanismes derrière les schémas qu’on reproduit longtemps avant de prendre conscience de leur existence. Et dans tout ça, être animé-e de la volonté de faire la paix, de renaître.

J’ai eu un état d’angoisse assez intense hier. Une interaction a déclenché une avalanche de tristesse mêlée à de la haine de soi et à un épuisement avancé. Je me suis effondrée sous la douche. A sa sortie, je me suis allongée sur le lit, entourée de mon peignoir de bain et avec une serviette sur la tête. J’ai pleuré, pleuré. J’ai étalé mes sanglots. J’ai cherché ma respiration dans la morve. Il s’est peut-être passé 5 minutes, peut-être une heure. Lire la suite

Vidéo: tarot et féminisme

Petit cadeau pour l’équinoxe de printemps!

Dans cette vidéo, je vous explique ce qu’est le tarot (pour moi) et en quoi consiste une approche féministe de cet outil.

Bon visionnage!

IX d’épées + VI de pentacles

dsc_0004
The Wild Unknown Tarot + Oracle of Oddities

Cette angoisse s’est emparée de moi assez brusquement. Incapacitante. Elle a quelque chose qui relève du syndrome de l’imposteuse. Comme si toute ma vie – toute ma renaissance de ces cinq dernières années – était construite sur un miroir aux alouettes. Et si les gens se trompaient sur mon compte ? Et si je jouissais d’une réputation qui ne serait que le reflet de ma capacité à bien parler et non à construire ou à vraiment aider ? Et si cet ego démesuré et cette confiance en moi sans faille faisaient de moi une personne imbue d’elle-même mais incapable d’interagir et de donner sur une base sincère ? Et puis, si je me dispute avec les gens ou si j’ai autant de facilité à les rayer de ma vie, c’est sans doute que je ne m’attache pas réellement ? Angoisses… bruits et tensions du corps qui se crispe au milieu de la nuit… panique à l’idée que celle qui dort à mes côtés se détourne, pas dupe.

Le 6 de pentacles, c’est aussi la terreur face à la dépression d’une autre. Terreur de penser trop bien savoir et de s’y arrêter. La tentation de se reposer sur la certitude de comprendre les rouages au lieu de faire de l’espace et de laisser s’exprimer la déprime de l’autre. Ou trop inciter, trop stimuler. Ou pas assez et s’engluer, se laisser contaminer, alimenter la spirale infernale de l’apathie. Plus encore, et c’est toute l’essence du 6 de pentacles, la crainte de se sacrifier à la dépression et à ses exigences. Jusqu’à ce qu’elle devienne un monstre. Jusqu’à ce que j’implose. Jusqu’à ce que la relation se termine ou en pâtisse pour de bon. Schéma maintes fois rejoué dans de multiples amitiés, ne pas réussir à exister face à la dépression d’un-e autre. Peur de m’imposer, de ne pas respecter, de ne pas m’adapter au tempo de la maladie, peur de faire culpabiliser, de brusquer le rythme aléatoire du aller-mieux.

J’angoisse et je suis terrorisée parce que j’ai le sentiment que les gens pensent que je dis des choses intelligentes et que je comprends vraiment bien les autres alors qu’en fait je suis paumée, toujours paumée. J’essaie d’être intuitive. Je puise dans mes expériences. Je parcours encore les traces que les psychoses ont laissées sur moi. Mais je suis paumée. Tiraillée entre l’envie de me dévouer et celle de cultiver mon propre espace et mes ressources bien méritées.

La carte d’oracle qui m’invite à observer se trace un chemin dans le tournoiement de l’angoisse du 9 d’épées et les dynamiques d’échange et de don du 6 de pentacles. Elle me dit : Lève les yeux, regarde ce qui se passe et agit en conséquence au fur et à mesure au lieu d’anticiper et de chercher à bien faire. A trop bien faire. Au risque de t’enfermer dans des réponses toutes faites. Ecoute plutôt. Sois attentive. La magie opère. Pas besoin de se mettre la pression. Parfois on foire et parfois on gère comme une pro. Mais n’essaie pas d’être superwoman. Sois juste présente et ouverte aux signes, aux appels, à la temporalité. Tout doux, petit poney.

Que lire dans les cartes?

Que cherche-t-on en tirant les cartes? C’est une question bien vaste… J’ai ainsi constaté que beaucoup de personnes (cartomancien-ne-s ou consultant-e-s) ont une approche différente de la mienne. C’est pourquoi j’ai envie de vous raconter ce qui m’amène à me lire et à me faire lire les cartes et d’évoquer ce que je ne recherche pas du tout en le faisant.

J’en suis venue à l’idée de me tirer les cartes il y a environ un an. Je voyais mon psy moins souvent et souhaitais continuer dans ce sens sans pour autant cesser de me plonger dans « l’inconscient ». De je-ne-sais-où, l’idée a germé que le tarot était une façon parfaite d’y arriver. J’étais attirée par les symboles, les images et, surtout, par les possibilités de leur faire dire des histoires.

S’y ajoutait secrètement la quête d’un moyen d’accéder à des choses profondément enfouies. Des traumatismes dont je ne cessais de ressentir les impacts, sans parvenir à remonter à la source masquée par le panneau d’une dissociation post-traumatique. J’avais donc pour motivation première, avant même de tenir un tarot entre les mains, l’émancipation des thérapies classiques, tout en continuant à « travailler sur moi » et à écouter mon monde intérieur.

dsc_0020Maintenant, la plupart de mes propres tirages me permettent de mieux me comprendre. Je me plonge dans mes fonctionnements et dans l’analyse de leurs significations. Je creuse mon état d’esprit du moment. Je sonde mes envies. J’étudie mes rêves. Je teste mes capacités, mon potentiel.  Je pose très rarement des questions dont la réponse serait « oui » ou « non ». Je ne demande pas non plus au tarot de m’aider à faire des choix. Éventuellement, je l’utilise comme un coup de pouce afin de cerner ce qu’il y a autour des évidences dans des pistes que je souhaite explorer. A voir plus loin. Au-delà de mes premières impressions. A chaque fois, je « lis » dans les cartes des appels à réfléchir ou à reconsidérer, à me concentrer ou à m’excentrer.

Je n’attends pas des réponses sur l’avenir; j’écoute ce qu’il se passe là maintenant. Quelles énergies sont là, d’où viennent-elles? Qu’est-ce qui est en jeu derrière les apparences? De quoi m’inspirer pour avancer et non quelque chose qui m’annoncerait des certitudes prêtes à l’emploi. Quand des personnes qui prédisent l’avenir dans les cartes m’expliquent leur démarche, je l’accueille avec beaucoup d’intérêt, sans toutefois me départir de mon scepticisme. Pas quant à leurs compétences ou dons, mais quant à leur optique. dsc_0259

Je ne parviens pas à comprendre ce qui anime des personnes qui veulent connaître le futur. Ce n’est pas que ça me terrifie – le passé me terrifie beaucoup plus. C’est juste que je n’en vois pas l’intérêt. Trop proche des religions établies sans doute: des modèles explicatifs qui répondent bien à nos angoisses mais nient notre propre pouvoir, notre capacité d’être des agent-e-s de de changement de notre vie et du monde. Mon éducation catholique (et son rejet) m’a rendue méfiante à cet égard. En termes de convictions personnelles et politiques, la perspective d’un avenir déjà écrit m’effraie. Quelle place pour nos capacités d’agir? Comment activer les transformations sociales? Et la spontanéité, que diable!?!

Je ne me lis pas les cartes tous les jours et j’ai encore moins souvent la chance de profiter d’une consultation avec un-e tarologue. C’est une expérience bien plus puissante pour moi. Je m’y embarque avec beaucoup d’anticipation et de respect. J’ai le privilège d’avoir reçu des lectures de personnes bien plus douées que moi qui débute seulement avec le tarot. J’aime me présenter sans question précise. Mais pleine d’espoir sur ce qui pourrait se révéler. Et la magie opère toujours. Je n’attends pas de réponse précise, c’est vrai. Tout cela s’apparente davantage à la réception d’un message de l’univers. Être ouverte est un prérequis. Capable de toute entendre. Réceptive.

Jusqu’ici l’expérience tarot ne s’est pas avérée faire office de béquille. Elle est faite de confirmations et de surprises toujours bouleversantes qui m’ouvrent à des parties de moi. Elle m’apprend à mieux me connaître et à progresser sur les chantiers intérieurs qui me tiennent à cœur. D’ailleurs, par rapport à mes attentes d’il y a un an avant de me mettre au tarot: eh bien, elles sont largement rencontrées et ça fait un bien fou! 🙂tiragehmf

Du 5 de coupes au 6 de bâtons

dsc_0145
Thea’s Tarot

Le cinq de coupes. Ne plus voir les étoiles. Chercher à remplir la seule coupe qui n’est pas renversée. Avoir les pieds dans l’eau. Pourquoi ne pas suivre ce courant? La tristesse. Beaucoup de tristesse. Derrière les montagnes, peut-être d’autres perspectives. Mais ici, pourquoi ne pas prendre le temps de pleurer…
Je ne serai jamais celle qu’on aurait voulu que je sois. Ni celle que j’aurais voulu être.
Où puis-je aller chercher un soupçon d’orientation? Comment se poser les questions qui font mal?

Lire la suite

Pin Primrose: herboristerie et tarot

Pour inaugurer la catégorie « coups de cœur », commençons par un big crush taromancien. Pin Primrose! Si vous lisez l’anglais, son site vous livrera tous les détails sur sa pratique.

Pin Primrose est le projet d’Anja, une herboriste et taromancienne hyper formée dans ces domaines qui vit à Bruxelles. Elle y combine ces deux passions pour vous aider à « guérir ». Enfin, le terme « healing » qu’elle utilise en anglais peut recouvrir au-delà de la guérison une dimension de résilience, une acceptation dans le lâcher prise. Au cœur de sa démarche: l’intuition.

Dans les jours où je galère un peu avec le tarot, je tends à renoncer à me connecter à mon intuition et à me reposer sur une connaissance plus scolaire des cartes pour construire du sens avec la-le consultant-e. Je me dis que l’intuition nécessite une sacrée dose de magie que j’ignore où trouver. Autant dire que je suis très impressionnée par l’intuition d’Anja!

Quand elle me tire les cartes, je sens une ouverture et une bienveillance immédiate pour tout ce que je me trimballe et avec quoi je ne suis pas à l’aise. Son intuition va au-delà de sentir et de formuler ces choses qui trouvent une matérialisation dans les cartes. J’ai l’impression qu’elle lui permet aussi de sentir ce qu’il est approprié de dire et ce qui nécessitera plus de temps et de douceur pour pouvoir être traité. Cette empathie facilite un pas vers un processus…

img_20160517_233508
Un tirage d’Anja

Processus qu’elle amorce aussi en suggérant des exercices comme le fait de tenir un journal, de réaliser un autel pour un point soulevé en particulier, etc. La première séance de tarot avec elle a ouvert la porte sur des traumatismes profonds de mon enfance qui me hantaient jusque là sans que je parvienne à y faire face. Avec les conseils d’Anja, j’ai enfin pu amorcer une relation avec tout ce que cela représente pour moi et son impact dans ma vie. Lire la suite

Interview du Thea’s Tarot

Mon amoureuse et quelques potes m’ont offert un tarot féministe et lesbien, le tarot de Thea élaboré par Ruth West en 1984. Un pan de notre histoire jamais réédité qu’il me tenait à cœur de pouvoir découvrir. C’est le coup de foudre! Je ne manquerai pas de t’en reparler.

Après l’avoir déballé dans un parc hier, j’ai tiré une carte du jour. Comme ça, hop hop. Après avoir battu et coupé les cartes et en plongeant dans mon tas en éventail, je me disais que pour commencer ma relation avec ce tarot, le plus pertinent serait de tirer le mat. Et hop, voilà aussitôt pensé, aussi tôt fait, j’ai tiré la carte équivalente: 0. Innocence. De bon augure, nan?

DSC_0406

Après avoir fait un peu plus ample connaissance, je l’ai soumis à un petit entretien de présentation tel que présenté par Beth Maiden sur son site Little Red Tarot. C’est aussi l’occasion de traduire un super tirage que je conseille vivement.

Lire la suite

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑