6 de vases. Tisseuse

Je suis une tisseuse
Ma vie ne m’appartient pas complètement
J’intègre les fils

Fil du traumatisme
Fil du divin
Fil des ancêtres
Fil des contes
Fil du fantasme
Fil de la dystopie
Fil du déni
Fil des codes
Fil de l’inconnu
Un fil, des fils, des pelotes

Je tisse du mieux que je peux
Par devoir comme par passion

Lire la suite « 6 de vases. Tisseuse »

Comment apprendre le tarot: les exercices de narration

La série d’articles sur Apprendre le tarot se compose d’extraits d’un futur zine sur le sujet.

Puisque le tarot est un outil narratif, quoi de plus logique que de se familiariser avec lui en racontant des histoires (oralement ou à l’écrit) ?[1] Les options ne manquent pas :

  • Interactions entre les figures
  • Un tirage pour inventer un conte avec 1/ le protagoniste (parmi les figures), 2/ sa quête (parmi les majeurs), 3/ comment yel l’aborde (dans les mineurs), 4/ ses allié-e-s (parmi les figures), 5/ un obstacle (l’ensemble des cartes), 6/ les solutions (idem), 7/ la résolution (idem), 8/ la leçon ou morale de l’histoire (parmi les majeurs et uniquement si tu le sens)
  • Après avoir regardé un film, lu un livre, été témoin de drama dans un milieu donné, sélectionne des cartes à face découverte pour refléter ce qui s’est passé avec le même fonctionnement que l’option précédente. Outre le mode exercice, c’est aussi une manière idéale de mettre des images et des mots sur tes émotions dans une utilisation quotidienne du tarot.

wp-15870572639555215673962781890306.jpg

  • Rédiger quelques phrases fictives autour de ta carte du jour.

Lire la suite « Comment apprendre le tarot: les exercices de narration »

Apprendre le tarot. 1/ Un outil de narration

La série d’articles sur Apprendre le tarot est composée d’extraits d’un futur zine sur le sujet.

Grâce à ses images et symboles et à la narrativité de sa structure, le tarot a la capacité de stimuler l’intuition. Vaste sujet hein, l’intuition.

Est-ce parce qu’il donne un visage à ce que notre inconscient perçoit ? Est-ce qu’il favorise un état de conscience spécial qui active nos sensations corporelles, grâce auxquelles on sait ? Est-ce qu’il permet aux personnes qui le souhaitent d’entrer en contact avec des guides, esprits ou déités pourvues de connaissances plus vastes que les nôtres ? Je n’ai pas une réponse définitive à ces questions.

En revanche, le tarot est incontestablement un outil de narration. Eh oui, ça, j’en suis convaincue : le tarot est avant tout un outil qui favorise l’organisation d’informations (ou l’accès à celles-ci). Le reste dépend des usages qu’on en fait. Outil signifie qu’à mes yeux il n’est pas magique en soi. Ces bouts de carton ne possèdent aucun pouvoir inhérent (ce qui ne signifie pas que la relation qu’on nourrit avec les cartes et les énergies dont on les entoure n’ont aucune influence sur elles). Lire la suite « Apprendre le tarot. 1/ Un outil de narration »

Amazone de pentacles + Considération. Prendre le temps de pousser

C’est pas grave si ça prend du temps à pousser. C’est chiant, peut-être… Mais pas grave. T’as pas des résultats instantanés, mais tu continues à t’appliquer, loin des photos lisses et des vantardises en ligne.
Tu noues une relation avec ton art. Tes plantes. Tes cartes de tarot. Une déité. Les sabbats.
Tu t’investis pour du durable. Ça en jette moins à la face. Tu te sens nul.le, t’arrives même pas à t’impressionner toi-même.
Mais tu verses de l’amour. Tu tailles avec considération. Tu y passes une énergie considérable – oui elle est considérable même si elle est à hauteur de tes cuillères, de tes responsabilités familiales, de tes moyens financiers, etc. Lire la suite « Amazone de pentacles + Considération. Prendre le temps de pousser »

Cavalière de pentacles. Déplacer le cailloux

Elle a trouvé une pierre. Le bout de cailloux brillait sous les décombres. Elle a stoppé net. Avec précaution, elle l’a extirpé de l’entrave de la terre. Fascinée, elle l’a observé sous toutes ses coutures. Jamais deux fois le même reflet. Impossible de mettre un nom sur cette matière. Un bout de verre poli par les années ? Une fluorite? Un peu de lave?

Le cailloux ne voulait pas rester là. Elle lui avait tapé dans l’œil aussi. De toutes ses forces, il s’accrochait à sa main. Il était pourtant trop grand pour sa poche ou son sac. Elle était pourtant trop éloignée de la ville pour marcher à côté de son vélo afin ne pas le laisser tomber. Il s’accrochait. Elle sentait sa force se répandre dans son bras, traverser les épaules et puis électrifier son corps tout entier.

Elle devait donc jongler, le caillou en équilibre sur sa paume, le vélo cahotant sur les chemins irréguliers. Elle devait être suffisamment concentrée pour ne pas le laisser échapper à son attention, comme en lévitation.

Quelques heures plus tard, la Chevaleresse de pentacles est rentrée avec son caillou. Épuisée mais heureuse. Surmotivée. En transe. C’était juste une petite pierre. Juste un reflet qui a capté son attention. Mais voilà, sans l’avoir imaginé, elle a relevé un défi. Elle en en phase avec ce bout de planète qui l’a appelée. Elle s’est déplacée comme une athlète.

Quels sont les rêves qui demandent que tu laisses de côté tes acquis ? Qu’est-ce qui brille comme une évidence, mais que tu persistes à ignorer ? Quelle est la masse de travail peu conventionnel que tu n’envisages pas d’abattre ? Qu’est-ce qu’il te faudrait construire en partant de presque rien ? Quels sont les chemins que tu crains d’emprunter car tu sais qu’ils t’emmèneront loin de tes plans tout tracés? Quelle intensité de concentration te paraît hors de portée et cependant tellement attrayante ? Et, surtout, que redoutes-tu de perdre en empruntant les chemins de la Chevaleresse de Pentacles?

Balade avec la valet de coupes

Ses émotions la submergent. Carnet sous le bras, elle s’engage dans les rues désertes du petit matin. Le bruit des chantiers retentit déjà. Les trottoirs sont calmes. La frénésie ne s’est pas emparée de la ville. C’est un instant suspendu. Entre loup et chien. Entre les rêves tourmentés d’une nuit de lune sombre, à quelques heures de la nouvelle lune, et l’enthousiasme d’après les cafés, c’est l’heure où les renards visitent les poubelles avant de battre en retraite devant le tumulte grandissant. Un instant suspendu et déjà le mouvement. Lire la suite « Balade avec la valet de coupes »

Enfant de pentacles et enfant de coupes

C’est l’heure de mettre tes pantoufles de paillettes. Et, sur la pointe des pieds, après avoir esquissé un pas de danse et esquivé le coin d’une table, tu pars dans la nuit.

Tu vas parler aux hiboux. Tu vas réveiller les grenouilles. Et t’asseoir aux côtés des renards.

Tu es la gamine sauvage. Qui refuse d’être disciplinée. Celle qui file à la tombée de la nuit, discrète et rapide comme une chauve-souris. Pour se faufiler dans entrebâillement des portes pourtant bien closes. Et accéder à d’autres mondes. Lire la suite « Enfant de pentacles et enfant de coupes »