Cavalière de bâtons – fugace et efficace

La Cavalière de Bâtons force le passage dans mes tirages. Elle s’obstine à bondir hors de mes decks quand je les bats. Un exemple à suivre autour de la Nouvelle Lune en bélier?

Elle veut s’assurer qu’on écoute nos tripes. Elle veut qu’on suive nos instincts pour sauter sur les étincelles créatives au détour de nos promenades. Elle demande de foncer tête baissée dans ce qui nous enthousiasme au lieu de rester coincé-e avec de vieilles habitudes.

Elle n’exige pas qu’on brille avec la même confiance en soi que la Reine de Bâtons. Mais elle a besoin d’assurance: foncer, poursuivre ses objectifs, même si les risques sont élevés, même si on est dévoré-e-s par nos doutes. Téméraire, aventureux-se, féroce, audacieux-se. Peut-être irréfléchi-e. Lire la suite « Cavalière de bâtons – fugace et efficace »

Lust for dust

Ça fait longtemps que tu le sais au fond, tout au fond. Il y avait un petit truc pas raccord. Ça sonnait pas exactement comme tu le voulais. Voire ça sonnait faux en fait. Tu t’acharnais à gommer toute trace de doute. Tu faisais la sourde oreille. Tu enfouissais ton malaise. Il en résultait un sentiment d’inconfort persistant. Ta partie rationnelle combattait ton ambition dévorante. Tu saturais. Tu saturais toujours plus. Tu savais pas pourquoi, à part tout tout au fond.
✨🌺✨
Ça fait longtemps que tu prends, à tort, un petit goût acidulé pour de l’amertume. Tu t’es obstiné-e à voir des contrastes là où se déployaient des nuances. C’était pas raccord.
🌺✨🌺
Tu as fait taire ton inconfort pendant si longtemps. Lire la suite « Lust for dust »

Bonne année « Le Monde »

Happy « The World » year to me!
Je ne me sens pas du tout à la hauteur de cette carte pour l’année 2019, mais si elle est sortie, c’est pas pour rien ! Elle était apparue dans le tirage de Power Femme Tarot à Samhain, déjà insistante pour la nouvelle année des sorcières. Je me suis en partie planquée de cette carte pendant deux mois. Le Slow Holler me rappelle à l’ordre.
Je vais faire le point les cartes de 2018 sur le blog un de ces quatre. Et puis, attendez-vous à m’entendre parler de la carte que j’ai tatouée sur l’avant-bras, la première que j’ai publiée sur Instagram, sans doute ma préférée des 78 lames du tarot, Le Monde, rien que ça, en 2019. 💖

Reconstruction

Reconstruction. Dévastées, les notions d’appartenance. Abandonner l’ego qui s’accroche à des illusions réconfortantes. Faire le ménage pour redéfinir les priorités. Réorganiser ce qui compte. Imaginer d’autres visions de la communauté. Mannaz à l’envers dans la position de ce dont il faut se débarrasser indique d’ailleurs qu’une voie s’est épuisée. Vidée, se tourner vers l’Etoile. Rêver. Inventer totalement comme peut le faire l’élément d’air. Souffler sur les braises. Envoyer les semences au gré du vent. Au rythme de l’écriture automatique. Dans la danse des doigts sur le clavier. Rêver. Créer un nouveau chez soi, une nouvelle appartenance à un corps qui change, qui souffre, qui s’affole, qui ne comprend plus, qui ne trie plus, qui surréagit. Rêver et inventer avec un corps qui craque et résiste. Créer avec un corps dont la souplesse est sans limite. Celui qui ploie mais ne rompt pas (pas toujours), il incarne l’Etoile.
💖
Runes créées par mon amie Cléo.
En prime: les offrandes de la chatte #samhainthecat sur l’autel.

Oracle des runes: Hagal

Faire croire que tout est son contrôle alors que tu as la tête dans la boue de tes idées noires ? ✨
Tandis que les grêles te percent la peau à rythme saccadé, comme autant de rappels que tu es en vie puisque que tu la sens, cette douleur, mais que tu t’enfonces puisque tu n’entrevois guère de solutions.

Battre des paupières pour tenter de chasser en vain les épreuves qui s’abattent les unes après les autres. Rafales de cauchemars. ✨
Garder un œil ouvert pour apercevoir le jeu des lumières dans le rideaux de pluie. Cascade salvatrice. ✨
Prétendre que tu t’en sors alors que ta vie ressemble à un tourbillon qui te précipite dans Lire la suite « Oracle des runes: Hagal »

Mabon, invoquer et accueillir des déesses sombres

Avec l’arrivée de l’automne, les déesses des mort-e-s ou des enfers se font particulièrement pressantes. Leur insistance représente un défi à la face de notre queertiude. Perséphone et Hel se montrent presque moqueuses: Alors comme ça, tu veux éviter le binarisme? Non, parce que nous, en fait, on fonctionne avec les dualités.

Ok. Comment se confronter à leurs dualités alors? Lire la suite « Mabon, invoquer et accueillir des déesses sombres »

Plonger dans Laguz

Dans mes rêves, les flots purifient. Réceptive, l’eau? Elle glisse le long de ma peau, le long de mes pierres, et elle emporte avec elle ce qui était devenu superflu. Elle régénère. Une fois le flux passé, plonger! 🐚
Se laisser envelopper par l’eau. La laisser nous contenir. Sa caresse sur nos peaux et écailles mène à l’invitation: laisse-toi emporter dans les mystères. Tes émotions ne te rendent pas faible. Tu es vulnérable. Tendre et solide. Tu es dou.x.ce. Il y a tant d’amour à t’offrir. Tu es un.e guerrièr.e dans un monde déchiré. Tu es à la hauteur de la tâche. Tu es vulnérable. Tu es un.e guerrier.e puissante. Arianrhod pourrait être ton amante.
🐚🐟🐙🐟🐚

Oracle des runes

Générations. Passions.
Appartenance. Loyauté.
Et le prix de la complicité. Les secrets qu’on accepte de porter sans les connaître.

J’ai toujours été là pour toi.

Nos existences irrémédiablement liées. De liens qui transcendent le temps. Linéarité réduite en bouillie. Trop petite. Et nous, bien trop gigantesques.

L’espace, en revanche, nous hante. Nous abrite.
Nous emprisonne,
nous enterre et
nous brûle ENCORE.

Bénédiction et malédiction.

Les liens des sorcières
autant que/avant ceux du sang. Les veines des guérisseuses.
Les mémoires fébriles
comme trop habitées.

C’est là qu’interviennent les déesses sombres. Lire la suite « Oracle des runes »