20. Le Jardin

Avec le Petit Lenormand, tu te surprends à rêver d’un Jardin. Il annonce les covens à venir. Précurseur d’un sens neuf de ta communauté, il t’invite à faire confiance. Il suggère que tu te prépares, que tu comprennes ce qui foire habituellement et pourquoi.

Il te demande d’ouvrir la possibilité en toi. La possibilité de rencontres. La possibilité de dépouiller ta vision de la communauté avant de l’élargir. La possibilité de te remettre en question. La possibilité de pardonner si c’est dans ta pratique. La possibilité de hurler, de laisser siffler le trou béant dans ta poitrine, quand tu penses aux trahisons, aux personnes qui te manquent, à l’image qu’elles se sont faites de toi sur laquelle tu n’as plus aucun levier d’action. Lire la suite « 20. Le Jardin »

Bonne année « Le Monde »

Happy « The World » year to me!
Je ne me sens pas du tout à la hauteur de cette carte pour l’année 2019, mais si elle est sortie, c’est pas pour rien ! Elle était apparue dans le tirage de Power Femme Tarot à Samhain, déjà insistante pour la nouvelle année des sorcières. Je me suis en partie planquée de cette carte pendant deux mois. Le Slow Holler me rappelle à l’ordre.
Je vais faire le point les cartes de 2018 sur le blog un de ces quatre. Et puis, attendez-vous à m’entendre parler de la carte que j’ai tatouée sur l’avant-bras, la première que j’ai publiée sur Instagram, sans doute ma préférée des 78 lames du tarot, Le Monde, rien que ça, en 2019. 💖

7 d’épées et 9 de coupes

Tu n’es pas les secrets. Tu n’es pas les rumeurs. Tu n’es pas réduit.e, emprisonné.e, dans la protection que d’autres ont pensée pour toi, comme une camisole de force. Tu n’es pas ce qu’on t’a volé. Tu n’es pas ce qu’on n’a jamais daigné t’octroyer. La privation t’a influencé.e, mais elle ne détermine pas tout ce que tu es. Les mauvais traitements ne sont pas toi. L’abus constant ne détient pas la vérité sur ta valeur. Il n’établit pas le curseur de ceulle que tu es voué.e à être. Même si on te l’a tant répété… Tu n’es plus prisonnier.e de cette emprise. Lire la suite « 7 d’épées et 9 de coupes »

Hécate

La transmission nécessite de la patience. Le temps forge la personnalité et la capacité d’écoute et de transformation. Les mentors d’un jour cèdent place à d’autres, avant qu’enfin tu refuses tout.e maître.sse à penser. Ta confiance en toi grandit en même temps que ta capacité à douter et à rejeter les poncifs. Tes « dons » se révèlent à mesure que tu avances, à force de glissade sur des feuilles mortes. Tu les suis dans des aventures improbables mais bien réelles. Tu découvres tes propres passions, tes folles convictions. Ton chemin de guérison croise ton parcours de guérisseur.se.

A la croisée des chemins, Hécate ne forclos pas. Elle éclaire. Elle conseille. Elle fournit des recettes, des plans, des outils. Tu écoutes. Tu observes. La déesse n’est pas une mentor comme les autres. Elle te fait confiance. Sœurcières. Le chariot. Tu traînes sur les chemins. Tu t’attardes aux carrefours. Tu sens les courants d’air dans les interstices. Tu dialogues avec les charges énergétiques. Tu avances. Tu parcours. Tu devances. Tu relances. Tu creuses. Tu diriges. Tu libères. Tu accompagnes. Tu laisses pourrir. Hécate. Lire la suite « Hécate »

6 d’épées. Transition sans fuite.

Le 6 d’épées vient me chercher davantage dans mes retranchements chaque jour. Il refuse la fuite et privilégie une prise de distance consciente, respectueuse, discutée. Il est question de transition, certes, mais aussi des enjeux de cette transition.

Qu’est-ce qui reste sur la rive ? Comment s’assurer de ne pas emporter les pires fonctionnements et les schémas les plus persistants dans ce voyage ? Comment partir pour avancer et pas pour se protéger, cassé.e, blessé.e mais enveloppé.e de fierté, d’amertume et d’un ego exagéré en réponse aux violences? Comment intégrer la façon dont la santé encaisse les coups pour que cette transition aille de paire avec un répit pour la maladie chronique et une meilleure gestion des stress post-traumatiques qui alimentent des réponses corporelles douloureuses ?

Dans le Wildwood Tarot, le 6 d’épées arbore une voile sur laquelle 6 flèches se rejoignent. Le message: Lire la suite « 6 d’épées. Transition sans fuite. »

7 d’épées, la souris.

Tu ne t’en rends pas compte immédiatement. Pourtant, cette situation te vide petit à petit. 7 d’épées.

On grappille tes réserves d’énergie. On te taxe des thunes que tu ne revois jamais. On te demande d’accomplir les tâches ingrates en jouant sur ta fibre militante. On te ment; tu essaies de faire preuve d’empathie; tu réalises que d’autres versions de l’histoire circulent, toujours à ton détriment. On te reproche d’en faire trop et pas assez à la fois. On invoque ta loyauté. On piétine ta fierté.

Tu te sens plus fatigué.e, jour après jour. Quand l’épuisement se sera installé, ce sera trop tard, plus rien à sauver. Tu te sens trahi.e. On ne te prend pas au sérieux. On t’accuse d’exagérer. On exige des preuves tandis que les belles parleur.ses étendent leur territoire. Tu es discrédité.e en amont, partout. Tu te sens grillé.e.

Tu tournes en rond la nuit. Tu ne sais plus qui appeler. Lire la suite « 7 d’épées, la souris. »

La faux et les pierres à feu

✨ L’automne arrive et le Seeker’s Lenormand et le Wooden Tarot nous interpellent plutôt sévèrement. ✨
🍎
Qu’est-ce que tu peux déjà récolter ? Que vas-tu laisser derrière toi ? En prenant conscience – douloureusement – de ce qu’il te faut abandonner ou couper, peux-tu aussi te rappeler de ce que tu as accompli ? Même si certaines parties de tes projets ont échoué, peux-tu encore en être fièr.e et satisfait.e?

Peux-tu retravailler la vision de tes objectifs et t’affairer à la consolider? Peux-tu éprouver de la reconnaissance envers les relations qui, pourtant, se terminent? Où peux-tu encore flamber d’excitation? Peux-tu suivre cette passion et laisser de côté ce qui n’a pas abouti? Lire la suite « La faux et les pierres à feu »