Garder les parts de toi tumultueuses

Si tu peux accéder aux parties tumultueuses de ta psyché, y a de fortes chances que tu puisses aussi en sortir. Oui oui même quand t’as l’impression d’être coincée dans tes tempêtes. Les ifs gardent l’entrée du cimetière. Et toi aussi, tu as des gardien.ne.s pour tes parties bien foireuses. En interagissant avec yels, tu peux rendre visite, explorer, errer et te perdre, mais aussi te casser sans demander ton reste au besoin.

Le Soleil en quelques textes

Quelques impressions publiées fin 2019.

1. La leçon du Soleil dans le tarot est plus complexe qu’il n’y paraît au premier abord. Tant de rayons, tant d’éclat, tant de lumière à renvoyer, à diriger.
Même dans sa dimension la plus simple qui nous demande de profiter, de (se) faire confiance, d’irradier la confiance, Le Soleil nous met au défi. Une carte qui nous ramène à ici maintenant quand on se sent éparpillé.e, sollicité.e, indécis.e.
Alors, on regarde les rayons qui tombent sur le tapis de feuilles dorées. On s’émerveille devant le saule pleureur, flamboyant avant de se mettre en berne. On cherche l’inspiration du soleil dans les petites choses.

wp-15811741952481564566911098791012.jpg

2. Quelle carte amusante qui revient régulièrement pour les tirages du jour en cet hiver morose! Justement, parce que c’est morose (enfin ici, c’est même la tempête), Le Soleil semble nous rappeler à l’indulgence envers nous-même. Lire la suite « Le Soleil en quelques textes »

Le langage d’une malade chronique (3 de branches, 8 de vases, 4 de pentacles)

Quand le langage de la douleur chronique
Compose sans mots

Quand les perspectives
Rencontrent la dissociation
Rencontre des cuillères au rabais

Me tirer les cartes + me tirer le portrait
Tarot + selfies
Moyens d’expression

Qui peut déterminer
Ce qui rend correcte
La communication?

Ce qui rend valable
L’art?

Qui valide?
Qui est valide?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tarot + selfies
Tenter de projeter, de planifier
(3 de branches)
Vouloir échapper
A un corps
Qui s’effondre, qui s’étire
Aux tissus conjonctifs
Qui tiennent, soutiennent
Craquent, se déchirent Lire la suite « Le langage d’une malade chronique (3 de branches, 8 de vases, 4 de pentacles) »

5 de vase + Visionnaire de couteaux. La pression sur les réseaux sociaux

Si t’as l’impression de n’être jamais assez sur les réseaux sociaux, surtout sur instagram…
C’est parce que cette plate-forme rend tes insécurités rentables. Elle gagne des thunes quand elle te fait intérioriser que tu dois être réparé.e, amélioré.e et plus toujours plus encore plus.
Évidemment qu’elle alimente tes insécurités puisque ça l’alimente en retour: plus de posts en quête de visibilité, plus d’achats pour combler ce qui te manque, plus de temps à scroller tristement, hagard.e. Lire la suite « 5 de vase + Visionnaire de couteaux. La pression sur les réseaux sociaux »

Le Monde, retour sur 2019

wp-158117211071491799124441347500.jpgLe Monde, c’était une carte ambitieuse pour 2019. J’étais sereine en la tirant il y a un an. Elle m’a pétrie de cette sérénité. Elle m’a travaillée au corps. Elle n’a pas forcément signifié un grand bond en avant, mesurable matériellement, mais plutôt la libération qui vient avec les fins de cycle. Elle m’a appris à respirer. Elle m’a enseigné la complexité de « l’intégration », bien au-delà d’un mot-clé pour la dernière des cartes de l’Arcane Majeur.

Comme tant d’autres, c’est aussi une lame de perte, d’au revoir, de nœuds à défaire. Lire la suite « Le Monde, retour sur 2019 »

9 de coupes: être ici

img_20191018_231358_8836307614246135775111.jpgÊtre ici
Embarquer ou se poser
Non, juste être ici
Sans plan
Sentir l’instant
Sentir le vent
Sentir ce qui se pourrait
Juste un peu
Assez doucement pour ne pas stresser
Toucher ce qui a été
Lui caresser la joue
La réconforter
La laisser s’appuyer
Être ici
Partager un thé
L’éclat d’une vague Lire la suite « 9 de coupes: être ici »

As de cailloux. La peau fine

img_20190927_154616_0597084096669633368790.jpgJe n’ai pas la peau dure pour encaisser les coups.
No thick skin.
J’ai la peau fine qui laisse passer le vent. Elle s’arrache. Elle se fend. Elle brûle. Elle cède.
Paper-thin skin that tears open or bruises.
On dit qu’elle est la défense, l’interface entre le soi et le monde.
Elle est mon moi, mon monde, le monde.
Par endroits, elle est si sensible qu’une caresse l’agresse. Elle aime les caresses, ma peau. Elle ne les filtre pas. Elle amplifie.
Elle ne se fie pas aux on-dit. Elle expérimente. Elle invente langages, sensations, saturations, ruptures, textures, volumes, volutes, utopies, ses pires et ses brumes, et ses brûlures.
On dit qu’elle abrite. On dit qu’elle est cabane. On la voit en écailles.
Elle clame qu’elle est vulnérable et qu’il n’est nul besoin de carapaces pour se défendre. Elle fend. Elle fond. Elle laisse s’échapper. Elle offre. Diaphane, elle est carte au trésors.
Elle bleuit de plaisir.
Cette peau, c’est mon corps, c’est moi, c’est l’as de cailloux.

img_20190927_1532274128260896137595444.jpg

Incarner L’Oracle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mouvante, léchée par les flammes
Je suis la lune en exaltation
La lune en Bélier rencontre la mienne en Taureau
Je projette son feu
Je suis le dragon de la transformation
Dans l’attente du Scorpion
Qui m’immergera dans ses eaux sombres
Je flotte
Je me baigne aux côtés des savoirs occultes que je chéris
Je suis L’Oracle
Je l’incarne Lire la suite « Incarner L’Oracle »