Rituel avec le 2 de coupes. S’aimer

Self-love. S’aimer. 2 of cups. 2 de coupes.
Spirituality might be about answering the call. Committing with all your heart to what’s been calling you, sending signs. It’s about sharing the love. Diving in the cup the universe is presenting to us with an open mind and trust.
💖Répondre à l’appel. Ça pourrait bien être ça, la spiritualité. S’engager de tout son cœur envers ce qui nous appelle, ce qui envoie des signes. Déverser nos amours. Les partager. Répondre à l’univers en toute confiance, avec un esprit ouvert. Lire la suite « Rituel avec le 2 de coupes. S’aimer »

L’oracle d’Hécate

1.  Stabiliser
Et puis laisser filer les articulations.
S’ancrer
Et puis se tordre la cheville
Et s’étaler sur le sol.
Ramper et puis creuser à mains nues.
Les portes s’ouvriront si tu es prête
Le lourd portail grincera.
img_20190525_171856_3248102312907798598791.jpg
2. Le portail s’ouvrira
A condition que la vulnérabilité
Soit ta force la plus précieuse
A condition que tu acceptes
La transmission des clés en retour
img_20190525_172125_7925548397058676160387.jpg
3. Elle dit qu’il te faut faire l’expérience
de tes offrandes
avec ton corps
Salive, sueur, sang.
Tu as besoin de sentir le jus
Couler le long de ta langue
Fusionner avec les sécrétions.
Tu es ce monde toi aussi.
Tu as besoin d’apprendre
Par le biais de tes propres sens.
Voilà ce qu’elle déclare.
4. Ton cœur saigne
Voilà la preuve que tu es
De ce sol
Composée de mousse et de salissures
Comme les serpents et les vers.
Ta douleur ne va pas s’évaporer.
Tu peux lui servir des repas
Composés de grenades, de patience
De persévérance, de dévouement,
Dégoulinants de sucre.
En retour
Ton expérience fera office de repas
A moi, à elles, à nous
Au sol, à la mousse, à la boue
Aux insectes.
Tu ne t’en es pas sortie en vain.
img_20190525_173202_3448964635431814619650.jpg
5. Tu es grosse
Tu n’es pas une déesse de la fertilité

Lire la suite « L’oracle d’Hécate »

Le Soleil et la lune sombre

Lune sombre
Obscure
Trop proche du soleil
Pour en refléter les rayons
Perspective
La lune a besoin d’interaction
Comme nous tou-te-s
Elle intervient
Elle reflète
Elle réfléchit
Elle intercepte
La lumière qui,
Sans ça, nous brûlerait les rétines
img_20190601_211247_7736024070273219656137.jpg
Le croissant à peine distinguable
Tourne-toi vers le soleil
Faisan doré, phénix
Tu brilles, tu disparais
Tu brûles, tu reviens
Rayonnante
Je me suis posée au pied du tilleul
Un insecte m’a piquée
– ou l’ai-je nourri?
Le Soleil apparaît en son centre
Au bout du tronc de l’arbre
Entre les branches épaisses
img_20190601_1501448194581211220652928.jpg
Avec chaque bourrasque
Le feuillage frissonne
Comme autant de voix
Autant de caresses
Les pollens et jeunes feuilles
Descendent en spirale
Pour finir leur tourbillon
Délicatement
Dans l’herbe

Autour de moi

Posée
A l’ombre du vieil arbre
Traversée par les rayons
En cet instant
Entre deux énormes branches
Imprégnée

Le Soleil
Dans trois jeux
Le Soleil à trois reprises
Triple forme
Je parcours la terre de mes doigts

img_20190601_1530503373744958072873851.jpg

Des images qui me poursuivaient
Il y a quinze ans
Tandis que je déambulais
Seule
Dans les rues
J’étais aussi subtile qu’une ombre

Sous une cape bordeaux
Me couvrant le corps et le visage
M’abritant
Je m’effondrais sur le sol
Accroupie
A quatre pattes
Je creusais alors
Je creusais en hurlant
En étouffant de mes sanglots
Je cherchais les os
Je récoltais les traces
De ce que tout le monde pensait disparu
Et qui persistait
Quoique enfoui
Ce qui persistait dans ma réalité

Lire la suite « Le Soleil et la lune sombre »

Lae Folle, L’Innocence. Poursuivre. S’entêter

ça fait trop longtemps
ça fait trop d’ornières sur la route
ton dos te fait si mal
tu persévères
ça a plus le goût de l’obligation
que de quelque chose de sensé

comment recommencer?
comment faire table rase?
comment te connecter à l’aventurier-e
qui a été submergé-e
englouti-e

comment prend-on des risques
quand on ne peut oublier
ce que ça fait de tout perdre? Lire la suite « Lae Folle, L’Innocence. Poursuivre. S’entêter »

La Tour flambe. La Révolution.

16 avril. Le capitalisme et les chocs. Divination dans les volutes de fumée. Certain.e.s se sont précipité.e.s sur leurs chéquiers. Chance inespérée, la possibilité pour la France de combler son « retard » dans la privatisation de la culture et du « patrimoine ». Les chocs, s’empresser de déclamer les formules. Il y aura un avant et un après, répète après moi. Austérité, priorité, charité. Un avant, un après. Figer les volutes de fumée dans les esprits.🗡️
Ça ne dérange pas les catholiques, trop content.e.s d’expier leurs viols et autres abus dans des prières ostentatoires. C’est qu’yels en ont cramé.e.s, des innocent.e.s, au nom du pouvoir. Yels connaissent l’impact des images. Leurs oracles parlent d’espéranceuh. L’après. Pour absoudre les péchés. Chocs. Enterrer la continuité. Au piloris, les subtilités. Au bûcher. Rise like a Phoenix.🗡️
Le pouvoir se nourrit des chocs, toujours à-propos. Lire la suite « La Tour flambe. La Révolution. »

Écriture magique

Pendant longtemps, je me suis retranchée dans l’écriture automatique pour me dire vraiment. Comme pas grand-monde ne me lisait, personne ne me connaissait.

Mais je disais quoi au juste? Ce qui ressortait de ces automatismes était intense. C’était aussi détaché de moi. Je ne savais pas quelle réalité donner à mes écrits. Je ne pouvais pas. Je disais tellement. Je ne disais rien de tangible. Rien que de l’occulte.

J’y voyais une façon de laisser l’inconscient se déverser dans le stylo. Des messages qui viennent de loin. J’étais plutôt dans cette optique thérapeutique. Pas du tout dans le volet « spiritisme » de l’écriture automatique.

Mais avec le recul… il y avait vraiment un travail de médium vis-à-vis de ces contenus: souvenirs, contes, déesses, monstres, mémoire transgénérationnelle, mémoire de lieux,…

Lire la suite « Écriture magique »

Tirage collectif + écriture automatique. Indomptable.

Elle part de si loin. Tu en as oublié l’origine. Tu n’éprouves pas le besoin de la chercher. Le réconfort de sa présence suffit. Son englobant réconfort. Elle résonne de loin. Comme une cloche qui n’a jamais cessé de vibrer, dont les ondes de la vibration te parcourent. Echos concentriques qui t’habitent par couches. Les plus lointaines ne sont que des impressions. Mais elles réverbèrent encore jusqu’ici. Puis des arcs émanent de toi et tu rayonnes. Tu brilles d’un feu si lointain qu’il ne demande pas d’explications. Ton auréole est là. Point.

Slut-shaming. Pas de ça ici. Tu portes la fierté de celles qu’aucune jalousie ne dompte. Tu affiches ton dédain à l’égard de ceulles qui voudraient contrôler ton corps et ta sexualité. Tu pétilles. Point.

La clope au bec. La modestie en berne, tu dégages ce feu qui n’appartient qu’à toi. Flamboyante et sereine. Confiante en tes ambitions, présente. Lire la suite « Tirage collectif + écriture automatique. Indomptable. »

Pensées violettes. Tirage du dimanche

Tirage collectif du dimanche. Autour de la carte ancienne « Mars » d’une série de cartes postales de la fin du 19e siècle sur le langage des fleurs et les mois de l’année. J’ai sorti d’autres oracles à fleurs et les violettes/viola/pensées sont sorties dans tous les jeux. On va les prendre sérieusement…

Mars. Giboulée. L’humidité se joint au vent pour te traverser le corps et se fixer sur tes os. Comme si elle ne comptait pas s’en déloger, elle s’installe. Tu existes dans un frisson. Sous un plaid. Dans un concert d’éternuement. Mars, planète de la combativité.

Tu te retires un peu. Avec une tasse de tisane. En compagnie de ceulle avec qui tu peux partager les tremblements. En compagnie des tien-nes. Ceulles qui s’accrochent à travers les aléas, plutôt comme le chèvrefeuille que comme l’humidité. Ceulles qui sont témoins. Tu as déjà traversé les violences, les crises, la dépression, la dèche. Ceulles qui voient. Ça t’affecte avec la même intensité. Mais yels savent aussi qu’on en revient. Ou qu’au moins tu n’es plus seul-e.

Tisane de passiflore. Réchauffer le corps. Apaiser les phrases qui passent en boucle dans ta tête.

Lire la suite « Pensées violettes. Tirage du dimanche »

Lust for dust

Ça fait longtemps que tu le sais au fond, tout au fond. Il y avait un petit truc pas raccord. Ça sonnait pas exactement comme tu le voulais. Voire ça sonnait faux en fait. Tu t’acharnais à gommer toute trace de doute. Tu faisais la sourde oreille. Tu enfouissais ton malaise. Il en résultait un sentiment d’inconfort persistant. Ta partie rationnelle combattait ton ambition dévorante. Tu saturais. Tu saturais toujours plus. Tu savais pas pourquoi, à part tout tout au fond.
✨🌺✨
Ça fait longtemps que tu prends, à tort, un petit goût acidulé pour de l’amertume. Tu t’es obstiné-e à voir des contrastes là où se déployaient des nuances. C’était pas raccord.
🌺✨🌺
Tu as fait taire ton inconfort pendant si longtemps. Lire la suite « Lust for dust »