L’Enfant d’épées, sa coupe et sa communauté

Là-bas ! Dans ce livre ! Cette formation ! Là, là, là, dans ce voyage qui t’apprendra tout! Il y a un côté théâtral dans la curiosité de lae Valet d’épées. Yel se sent d’attaque pour l’impossible. Yel veut découvrir comment stopper le réchauffement climatique. Yel veut aborder les sujets tabous de la santé mentale sous un angle neuf. Yel veut saboter la psychiatrie et les élites intellos. Yel va saborder les prisons. Yel sera la prochaine Virginia Woolf.

C’est vrai, yel n’a pas encore vraiment commencer le processus d’apprentissage pour ça. Mais le cœur y est ! Si ça compte pas ça ?!?

Dans son empressement, yel manque d’ancrage. L’ancrage, ça veut rien dire quand on aspire à la sagesse révolutionnaire, tout.e flambant.e de passion et de rage. L’ancrage, c’est de ne pas laisser s’envoler toutes ces grandes idées. C’est de ne pas s’éparpiller au point de s’étioler, appelé.e de partout, ne pouvant se poser nulle part. L’ancrage, c’est penser à la communauté qu’yel veut joindre avec ça. C’est développer le même enthousiasme pour trouver une place en son sein. L’ancrage, c’est mettre en application, les grandes théories encore à peine effleurées. C’est vivre l’articulation des belles idées et de la fabrication, la transformation, la création, le rassemblement. C’est mettre en place les conditions de leur concrétisation.

L’ancrage, pour Lae Valet d’épées, c’est faire du lien. Du lien matériel. Du lien humain. Du lien entre les espèces. Du lien entre les mondes. Des ponts.
Ou bien c’est la rencontre des approches queer et matérialistes. Ou bien c’est décréter que la meilleure formation n’est pas dans les bouquins, mais l’épreuve du terrain.

L’arrogance de la Valet doit se lover dans la communauté et s’y atténuer. Ses théories farfelues doivent atterrir dans le concret. Elles doivent prendre forme dans du changement, peut-être moins révolutionnaire que ses aspirations initiales, mais qui intervient dans le présent et bouscule pour de vrai.

En l’observant s’emballer, se mettre en mouvement, viser la lune parce que ça lui fait pas peur, on sait que ça sert à rien de lui rappeler tout ça tout de suite. Progressivement, yel canalisera son entrain. Yel appliquera sa ferveur et sa verve dans les liens. Yel les grandira dans la construction. Ou pas… mais c’est pas à nous de le snober pour ça, si ?

 

Le Diable, l’Oppression, lae tyran en toi

Au niveau structurel, les lignes de fracture sont nettes, apparentes. Au niveau personnel, il y a plus de nuances évidemment. Le Diable te demande d’analyser tes processus d’empowerment.

Quand tu cherches à reprendre un pouvoir bien mérité dans ton existence, quand finis-tu par exercer du pouvoir sur d’autres — via la manipulation, l’emprise ou, plus communément, la guidance, le conseil, le soutien un peu trop orienté ? Quand le souci de briser les barreaux, de faire péter tes verrous et d’éprouver la liberté te mène-t-il à des comportements de petit.e tyran ? Quand deviens-tu avide de contrôle ? Ou épris.e de vérité au point de ne plus faire preuve de (auto)réflexivité ?

En dépit de tous nos efforts pour le démanteler, on reste, pour l’heure, dans le système. On est biberonné.e.s à ses règles. On les prolonge. Elles sont des extensions de nous, comme nos téléphones. On les ingère. On les régurgite. Lire la suite « Le Diable, l’Oppression, lae tyran en toi »

Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice

img_20190921_210036_9434387830635762168489.jpgQui de mieux que l’Impératrice / Lae Créateur.ice d’un tarot lesbien de 35 ans pour répondre à une question épineuse? Quelqu’une a demandé à mon amoureuse Rose Butch pourquoi elle dessinait toujours son épouse dans des poses sexualisées.
C’est une question qui m’interpelle beaucoup (OK, ça m’a choquée et j’ai démarré au quart de tour en mode virulent). Je mène une réflexion de fond sur l’hypersexualisation des corps de grosses. Je prends pas le sujet à la légère (sans mauvais jeu de mot).

D’abord, je voudrais clarifier un élément. Les poses dessinées sont mes poses, mises en scène par moi et souvent prises en photo par Rose pour le dessin ou pour d’autres usages. Ce n’est pas nécessairement le cas pour ses grandes toiles, mais franchement je vais pas me plaindre que ma meuf me kiffe, me trouve sexy et me demande de poser et top biche fem. Pour ses dessins récents, ça me perturbe qu’une meuf à l’apparence féminine soit forcément renvoyée au regard de l’autre, dépouillée de son agency, sa capacité d’agir, dès lors qu’elle se met en scène, ce qu’on considère d’ailleurs comme le propre de la féminité. Il y a un côté inévitable dans la lecture sexualisante que d’autres font (ou pas) de notre corps à certains moments. Ça peut réveiller des blessures profondes ou bien révéler une impression de perdre le contrôle. Ça peut compliquer notre rapport au corps aussi. Mais c’est là. On se regarde. On se lit. On est des êtres sociaux quoi.

Le cœur du sujet…
img_20190921_171542_11965262648392404681.jpgQuand j’ai commencé à poser pour des photos, mon souci principal était justement d’éviter l’injonction au sexy – qui plus est un certain type de sexy, celui qu’on réserve aux grosses, très voluptueux. Je ne le répéterai jamais assez: Prendre des selfies et, plus encore, être prise en photo, a été une étape capitale dans l’apprivoisement de mon corps. Elle m’a permis de faire la paix avec lui. Lire la suite « Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice »

Valet de bâtons. Énergie.

Est-ce que tu ressens cette énergie pure ? Est-ce que ton cœur palpite à l’idée de créer ? Est-ce que le bout de tes doigts frissonne au toucher de certaines textures ? Qu’est-ce qui s’active ? Qu’est-ce qui te filent des papillons dans les tripes ? Qu’est-ce qui attisent le foyer de feu dans tes hanches ? N’aies pas peur des chemins inconnus. Ne redoute des « expert.e.s » qui cloisonnent un champ, trace ta route. Tu es un fameux pont, tu sais ça ? Tu peux lancer cette énergie. Il suffit de ne pas rechigner à apprendre comment la faire atterrir. Tu as l’étincelle. Le feu, c’est un apprentissage. Embrasse ce processus. Lire la suite « Valet de bâtons. Énergie. »

Lae Créatrice et La Mort

Est-ce que tu pourrais t’asseoir ici quelques minutes? Ou quelques heures… Pourrais-tu prendre le temps de sentir la matière autour de toi ? Autant la boue que les tissus. Autant les feuilles que le plastique.
🌿
Ressens la matière. Quelle est son histoire ? Quelles sont ses formes ? Quelle est son aura ? Qu’est-ce qui s’en dégage ? Qu’est-ce qu’elle retient ? Qu’est-ce que ça raconte ? Comment peux-tu être témoin de ces histoires ? Comment peux-tu les aider à avancer ? Est-ce ce qui t’est demandé ?
🌿
Tout en écoutant, tu fabriques. Lire la suite « Lae Créatrice et La Mort »

Tarot pour éclipses

Il y a du changement. Tu te transformes. Tu t’impliques dans ce processus.
Tout ça suit vraiment son cours. Ça travaille. Transition.
Pourtant… Tu as parfois l’impression de faire 1 pas en avant et puis 2 en arrière. Il y a encore tant de choses qui te retiennent. Tant de verrous qui ne cèdent pas aussi aisément que souhaité.
Le timing craint parfois. Quand ce n’est pas carrément les bâtons dans les roues de la part de l’administration, ta famille ou autres.
Tous ces contre-temps et sérieuses complications peuvent te donner envie de te cacher le visage sous des tonnes des sables pour l’été. Résistes-y. Elles font partie du processus aussi. Ces défis sont plus des portails que des obstacles. Sans eux, pas de transformation.

4 de bâtons estival

Nous entourer de ce qui compte pour nous, aller à la rencontre de ce qui nous manque, oser appeler, oser demander. Toucher. Célébrer. Voir et vivre en grand. Déborder. Rire. Rire aux éclats. Oublier l’amertume et le cynisme le temps de se rêver en 50 dimensions. Aller au devant de ceulles qui nous attendent. Profiter. L’été.

L’Etoile. Du croissant à la pleine lune

L’Etoile… Les étapes de la lune croissante sur sa robe dans le Thea’s Tarot. C’est comme quelque chose qui revient. Comme si on acceptait de revenir après la nuit noire (après La Tour aussi). C’est quand quelque chose palpite encore après tout ce chaos et qu’on en prend soin. Sans forcément savoir pourquoi. Sans nécessairement le conscientiser. ✨

Pleine lune. Il y avait un petit quelque chose qui revenait et on l’a accompagné. On l’a pris dans le creux de la main. On s’est mis en route. L’air de rien. Parce que ça vibrait. Parce que c’était touchant. Sans doute parce qu’on vibrait aussi sans en avoir encore conscience. Progressivement, on s’est senti une responsabilité pour ce petit bout d’étoile, cette pépite palpitante. Un attachement. Progressivement, on l’a porté plus près de notre cœur. Les flux de l’espoir se sont faits sentir aussi. Pas des flots, pas des torrents, ni rien de percutant. Un sens. Des ondes.

Maintenant la lune est pleine, on ne peut pas l’ignorer. Elle nous attire. Elle nous fait pousser vers elle. Plus près. Plus près. Lire la suite « L’Etoile. Du croissant à la pleine lune »

Le 7 de coupes. Mais quelles coupes? Une session de dégustation personnelle.

Est-ce que tu t’éparpilles au lieu de te concentrer sur l’essentiel ? Est-ce que tu rêves, tu désires, tu souhaites, bref tu fantasmes au lieu d’agir concrètement ? Tarot, astro, mythologie, écriture, tirer les cartes pour d’autres, herboristerie. Quand être touche-à-touche revient-il à être superficiel-le ? Quand l’excitation pour dix mille petites choses te détourne-t-elle de ce qui a vraiment besoin de ton attention ? Quand cette foule d’intérêt se met-elle en travers d’une expérience profonde de ce qui te passionne ? Lire la suite « Le 7 de coupes. Mais quelles coupes? Une session de dégustation personnelle. »