Grossir le tarot / le corps gros de la sorcière: Faire corps avec la Grande Prêtresse

Traduction d’un article publié sur Little Red Tarot dans le cadre de ma chronique Fat Tarot.
Avec les photos de Alice Impellizzeri et les cartes du Thea’s Tarot.


Tensions dans les épaules
Muscles sensibles
Sensibles et las
Le poids du monde sur tes épaules
Ça doit ressembler à ça
Et les secrets et les traumas
Et les murmures qui ont parcouru des siècles
Jusqu’à moi
Les ancêtres qui ne savent pas encore comment communiquer
L’ancêtre que je suis qui ignore comment transmettre
Comment recevoir et canaliser les énergies
Les rendre à la terre ou au cosmos
Au lieu de les stocker
Les libérer au lieu d’intoxiquer
Vaisseau, canal, fibre

Le poids s’impose
S’infiltre
Il rampe à travers mes épaules et ma nuque
Il lâche des décharges dans mon bras
Le poignet se resserre
Serre
Lourdement son emprise sur le crayon
Sa rage à peine contenue sur le clavier
Mais il faut contenir
Contenir, tenir
Cette rage qui dévasterait un univers
Prête à déferler
Sur le point de se déverser
Tenir
La contenir, infinie, en mon corps
Retenue
Du poignet, elle remonte,
Electrique
Jusqu’aux épaules, la nuque, le trapèze
Tensions et conflits
Qui s’emparent de la tête, la mâchoire, la langue
L’intérieur des joues, des plaies béantes

Lire la suite « Grossir le tarot / le corps gros de la sorcière: Faire corps avec la Grande Prêtresse »

Le tirage dont tu es l’héroïne (mais pas jusqu’au bout)

Rappelle-toi de mon tirage à tiroirs de la badasserie! Il s’agissait de te laisser le choix entre plusieurs carte à l’issue de chaque vidéo afin de tisser ton histoire.

Il y a quelques mois, j’ai essayé de donner une suite à ce « concept » de tirage dont tu es le héros ou l’héroïne. Et puis, j’ai étais interrompue en cours de tirage. Ce n’était pas possible de reprendre le fil sans perdre toute l’énergie propre à cet instant précis. Et voilà, les vidéos sommeillent dans mes archives.

Sauf que c’est fun quoi, les tirages dont tu es l’héroïne. Je te partage quand même ce qu’il en reste. Lire la suite « Le tirage dont tu es l’héroïne (mais pas jusqu’au bout) »

Tirage: As de Pentacles – 5 de Pentacles – Justice

Dans le Thea’s Tarot, l’As de Pentacles nous délivre un message plus nuancé que dans la plupart des tarots. Certaines dimensions de la carte « à l’envers » frappent immédiatement, même si elle est sortie à l’endroit pour mon tirage du jour.

Le personnage a les jours rouges de concentration. Elle s’obstine à tenir une position inconfortable pour maintenir son pentacle, tandis qu’elle nous fixe avec défiance. Bourrue. Elle tourne le dos aux montagnes, visiblement convaincue qu’il vaut mieux s’accrocher au pentacle qu’elle maintient fermement dans ces mains que d’affronter d’autres possibilités. Le vent fait voler ses cheveux. Il est si fort et orienté dans une direction qu’ils sont à l’horizontale. Qu’importe pour l’As de Pentacles, elle ne déviera pas. Elle ne se laissera pas porter par le vent, elle, elle n’est pas une girouette.

Cet As de Pentacles, c’est la face sombre de l’ « ancrage ». Dans les sphères « spirituelles », l’ancrage apparaît souvent comme le B.a.-ba : trouver son centre de gravité, se faire pousser des racines et respirer profondément, pouvoir relâcher ce qui nous pèse dans le sol, ne pas se laisser emporter par nos pensées. Bref, le terme « ancrage » est lourd de jugement, presque moralisateur, presque un impératif.

Cet As de Pentacles te demande :

Qu’est-ce qui se cache derrière la relation que tu essaies d’entretenir avec ton corps ? Est-ce que tu n’essaies pas de le contrôler plutôt que de l’écouter ? Est-ce que tu le fais pour toi ou pour d’autres ?

Pareil pour ta vision de ton « chez-toi ». Est-ce que tu ne te figes pas dans la vision que tu te fais de ton appartement au lieu de voir qu’il est quasiment insalubre ou que lae proprio te pourrit la vie et qu’il va vraiment falloir bouger ? Est-ce que tu te laisses encore rêver d’autres lieux, d’autres modes de co-habitation ou est-ce que tu t’accroches à ce que tu connais ?

De même pour ta carrière ou tes objectifs professionnels. Est-ce que tu ne fais pas la même chose mécaniquement depuis des années parce que ça te rassure en feignant de ne pas comprendre que ça te ronge ? Est-ce qu’il te faut absolument envisager une unique voie ? Est-ce que cette façon de penser ne te prive pas de tes passions ?

img_20180706_1034517936322340410620075.jpg

Cet As de Pentacles pose clairement les questions qui fâchent, qui blessent et qui te titillent l’égo et les certitudes ! Elément perturbateur d’une routine (trop) bien rôdée, il te met au défi de revoir tes acquis. Il t’enjoint à répartir le poids de tes engagements. Il te suggère de faire la part des choses. Entre ce que tu fais parce que c’est attendu de toi, ce que tu accomplis machinalement sans en retirer satisfaction, ce que tu maintiens par fierté au détriment de l’écoute de ton corps, tu es un peu paumé-e, non ? Lire la suite « Tirage: As de Pentacles – 5 de Pentacles – Justice »

2 d’épées

No fucking way. Personne ne passe. Tu es sur tes gardes. Fermé-e. Que ce soit aux informations ou aux personnes, tu bloques le passage.

IMG_20180502_075004.jpg

Premier cas : les infos. C’est la carte des personnes qui savent pertinemment quelque chose, tout au fond, si yels prenaient deux minutes pour l’accepter, mais dont le mécanisme de défense est le déni. Parfois ils ont l’impression d’être au bout d’une impasse et d’avoir épuisé leurs options. Et parfois, elles se précipitent dans un chemin qui ne mènera vers rien d’autre qu’un mur dans la gueule en mode bien trash, mais elles sont incapables de s’en rendre compte. Quoi qu’il en soit, tu mets beaucoup de choses en place pour te protéger de certaines informations. Lire la suite « 2 d’épées »

7 d’épées – Partie 2. Mes secrets, la trichotillomanie

La trichotillomanie est le besoin, qualifié de « compulsif » ou « impulsif » par l’establishment psychiatrique, d’arracher ses poils et/ou cheveux. J’ai commencé à m’arracher les poils pubiens à 16 ou 17 ans. Les cheveux ont suivi peu après.

Une phase d’arrachage débute en rêvassant, sans même y penser, ou est déclenchée par le repérage d’un bouton ou d’un poil incarné. L’état de transe s’établit en quelques minutes. Je recherche des poils ou cheveux dont le follicule est enrobé d’une sorte de sébum blanc que j’enlève consciencieusement. A doigts nus, le mécanisme ne permet de déraciner qu’un cheveu à la fois. Le rodage de la technique livre toutefois des résultats évidents. Armée d’une pince à épiler, les dégâts sont plus visibles et pas uniquement dans l’amas de cheveux qui jonchent le sol. La peau se retrouve à nu en quelques « séances ». Chauve. Lire la suite « 7 d’épées – Partie 2. Mes secrets, la trichotillomanie »

3 de coupes – l’amitié!

L’amitié ! Ses modalités varient en fonction de ta personnalité.

Si t’es super people, il y a forcément quelques potes dont tu te sens plus proche dans ton énorme réseau – ta liste « ami-e-s proches » parmi tes 2318 contacts facebook. D’ailleurs, rien ne dit que les ami-e-s avec qui tu accroches bien sont celles que tu vois toutes les semaines ni les gens en vue dans ton milieu. Tu éprouves un sentiment de liberté à partager des choses fortes avec des proches moins impliqué-e-s dans ton quotidien. Si tes ami-e-s évoluent aussi dans ce milieu, ce sont les personnes avec qui tu n’as pas besoin de masque ou qui ne projettent pas plein d’attentes sur toi. Tes ami-e-s t’aiment pour TOI. Pas pour tes toiles, ton blog, tes soirées, ton look, ton carnet d’adresses, tes sous, ta baisabilité. Pas parce que tu leur sers de caution en mode : j’ai un ami noir, je fréquente des trans, je connais bien la classe populaire.

Si tu es du genre à ne te sentir bien qu’en compagnie d’une poignée d’ami-e-s trié-e-s sur le volet Lire la suite « 3 de coupes – l’amitié! »

10 d’épées – c’est la merde…

Je ne peux pas te dire : « c’est dans la tête, ça va passer ». Je n’y crois pas. On ne va pas invalider ta douleur parce qu’elle est « psychologique », comme si elle était moins réelle ou comme si le corps et l’esprit étaient deux entités séparées et sans contacts. Non, tu te sens mal, tu es dans la merde, tu n’en peux plus, tu es épuisé-e, au bout du rouleau, déprimé-e, triste, désemparé-e, sans recours et ça craint. Je suis désolée pour toi et j’espère de tout cœur que tu es soutenu-e. Lire la suite « 10 d’épées – c’est la merde… »

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑