La pression La fragmentation La rétractation Les subtilités Les membranes Les illusions La réalité

My eyes bleed
Reluctantly
Constantly
Are my eyes bleeding?
How could I tell there’s so much smoke

My nails scratch the wooden surface
I don’t have any nails left
My fingers scratch the bottom of the ocean
Restlessly

Il y a des étoiles autour de ma tête
Je les aperçois du coin de l’œil
Puis elles disparaissent
Est-ce ainsi que mes yeux saignent
Ou est-ce que mes lubies naissent
Lubriques essaims qui tournoient autour de ma têtes
Les abeilles se rendent dans les abysses

What is this name that bees whisper in my slee
Why do I answer to it
The kind of dog I used to be
Why wouldn’t you trust me
My eyes get tired of all of my questions
(Lend me a question mark)
I hear a buzzing
Am I going to wake up?

Les trompettes me réveillent me percent les tympans
Pourquoi les membranes ne m’ont-elles jamais protégée ?

Tout cela relève de l’illusion

Somnambule Funambule Âme qui roule dans le fumier
Tout cela relève d’une réalité

Je suis la membrane qui palpite
J’agite la main (sans ongles)
Auprès de mon oreille
Est-ce que j’entends
Qu’est-ce que je sers

Les revenant-e-s, ça chante

I hide my claws under a glove
You wouldn’t know of my metamorphosis
If my voice didn’t betray me
Circles under my eyes
There’s the mark!
It’s just a rash though

Oh well, you have mistaken me for my mask, darling, sorry I gotta rush

Rushing memories
Hanging for a second on the verge of
The precipice

It’s over

This fragment is eternity
This edge, 
it is where we live
This fractal is infinity
This edge, 
it is where we die
and create

All over the worlds

My eyes bleed constantly

How would you know whether I am dead or alive?
Why should we care?

(The mark)

Je me suis cassée parce que j’en avais assez il y a des fragments de verre partout sur le sol mon écran a pété je suis défractée je me suis tirée on pourra pas me rattraper si je vais au-devant des bordures ces frontières qui taisent leur nom j’ai cru me souvenir qu’on m’a appelée d’un nom à la consonnance sans nuance j’étais au bord des mondes je crois que c’est à cet instant que tout a basculé ça bouscule mais on ne cesse de basculer entre la vie et la mort les rebords les ressorts les sortilèges

Ça n’a aucune espèce d’importance

Ça bourdonne constamment La pression La fragmentation La rétractation Les subtilités Les membranes Les illusions La réalité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s