Hekate et lunaisons

Pour Hekate de la Nouvelle Lune🌙

L’œil aguerri du faucon
Toi qui assistes de très loin
Entourée des tiennes
Maîtresse des covens
Ou dans le silence des dunes
Marcheuse de la solitude

Hekate-Artemis
Tu assistes
Tu vises d’une main assurée
Ta lance ne manque pas une cible
Bouillante
Ton arc tendu condense les passions

Les routes n’ont aucun secret pour toi
Hekate des oracles
Reine des armes et de l’armoise
Gardienne des équilibres
Entre les mondes, les éléments, les créatures

Hekate, tu ajustes
Aux croisements
A l’orée
Dans les clairières
Gardienne du sacré
Divinité des déchets
Protectrice des enchanteresses
Justicière au jugement aimant
Même quand il est sans appel

Tu confies le croissant de la nouvelle lune

Lire la suite « Hekate et lunaisons »

L’art des selfies

J’élabore des selfies. J’en ai rien à foutre de l’art. Tu me verras parce que tu ne peux m’échapper. Nous sommes fait.e.s de chair et de de reflets. Nous sommes les rayons qui percent l’arrogance des apparences. Nous sommes les éclairs qui viennent à bout des protections, des coffres bien scellés. La perception de nous se réfracte. Nous sommes les fractures. Nous sommes les rayons.
J’élabore des selfies.

wp-15811750485283237119559291219325.jpg

Le langage d’une malade chronique (3 de branches, 8 de vases, 4 de pentacles)

Quand le langage de la douleur chronique
Compose sans mots

Quand les perspectives
Rencontrent la dissociation
Rencontre des cuillères au rabais

Me tirer les cartes + me tirer le portrait
Tarot + selfies
Moyens d’expression

Qui peut déterminer
Ce qui rend correcte
La communication?

Ce qui rend valable
L’art?

Qui valide?
Qui est valide?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Tarot + selfies
Tenter de projeter, de planifier
(3 de branches)
Vouloir échapper
A un corps
Qui s’effondre, qui s’étire
Aux tissus conjonctifs
Qui tiennent, soutiennent
Craquent, se déchirent Lire la suite « Le langage d’une malade chronique (3 de branches, 8 de vases, 4 de pentacles) »

Les Amoureux-ses, le cœur

Le cœur,
C’est ce qu’il faut suivre
A ce qu’on dit

C’est ainsi qu’il faut parler
Paraît-il
Pour « faire » authentique
Avec le cœur

Ouais ouais c’est ça

C’était quand ton dernier cœur-à-cœur
Avec toi-même?

T’as tout un tas de décisions à prendre
Suivre ton cœur
Avec Les Amoureuses
C’est les poser pour toi

Pas pour te prouver
Pas pour correspondre
Pas parce que ça se fait
Pas pour être conforme
Pas pour être anticonformiste
Pas pour te sauver la mise

Tout un tas de décisions
Qui trouvent leur résolution
Là où la palpitation sonne juste
Quand tu l’énonces
Dans chacune de tes particules
Là où tu es fébrile, intègre, juste
Et, surtout, libre
Le temps d’un battement
Le temps d’un sursaut

Le cœur,
C’est là où tu vas

SERPENT

Je suis libre
Le serpent me parcourt toute entière
Je suis présente
J’accouche d’une couleuvre
Je recrache le trop-plein de conneries
Dans les cendres de ma mue, je rampe
Visqueuse, j’avance
Aquatique, je suis le phénix
D’un nouvel ordre
Libre, je suis la créature Des entre-mondes
Gluante, je me soulève
Dans l’extase, les monstres, les déesses, les créatures
Relient
Libres
wp-15811726412343540712745007979960.jpg

With my arms raised in the air
I grab the wind’s attention
I move with the storm
I catch the thunder
I am fire
I spit freedom Lire la suite « SERPENT »

L’Impératrice, l’odeur du lilas

Ça sent trop fort et si bon
Comme le lilas
Du sucré qui file le tournis
Une euphorie, pas un coup de pompe
Comme se pimper comme
Une bagnole bariolée
Et se rouler dans l’odeur du printemps
Il est loin mais on s’en tape
C’est bientôt Imbolc oui ou merde ? Lire la suite « L’Impératrice, l’odeur du lilas »

L’Ermite, la colère, la transformation, le Phénix

Je me recueille auprès de la colère
Avec
Je me pose avec elle
🔥
Je la ressens de partout
Elle enserre ma gorge
Elle remonte mon œsophage
Elle tressaute dans mes quadriceps
Sur son passage, ma valeur trépasse
Je crame
Je suis dévastée
🔥
Quand la colère a pris possession de moi
Elle était si présente
Qu’elle en était invisible
Naturelle
Il n’y avait pas de vie sans elle
Où vivais-je ailleurs
Dans cet état qu’on appelle dissociation
🔥
Quand elle a été conscientisée
Je n’ai plus connu aucun répit
Partout
Absolument partout
Elle adhérait à tout
Elle rétrécissait mes voies respiratoire
J’étouffais
Et je brûlais encore
Ravagée
wp-15811610267174375630187253491471.jpg
Je me recueille auprès de la colère
Avec
Je me pose avec elle
Ermite
Sage
Mystique
Patiente
Entêtée
🔥
Je l’accompagne plus que je la ressens
Je voyage tandis qu’elle n’est jamais loin
Elle jouit d’un écrin
Dont les parois la contiennent
Elle s’apaise au lieu de tout péter
Elle s’affaisse pour ne plus dévorer

Le scorpion connaît sa leçon
Ce qui tempête Lire la suite « L’Ermite, la colère, la transformation, le Phénix »

L’oracle de la déesse sombre

Coming out of my box. Je ne peux être contenu.e.

Coming out for the world to witness. J’impose mon cachet. J’appose ma volonté.

Je suis le siège de ma souveraineté. On my throne, on the tip of my tongue, on the sharp edges of my claws, my body is fierce. At night, soaring in the skies, roaring from the back of my ancestral guts, I can see, I can strike, I can take back.

Don’t take me for granted. Je ne suis jamais acquise. Je ne suis jamais écrite, jamais décrite, jamais circonscrite. Je n’entre pas dans les règles. Je les édicte. Je les reprends.
Ma sexualité est mienne. Ma sensualité est explosive. Exploding every single box before I dive into my muddy desires.

J’écorche la vase. Je caresse les algues. J’entame les tréfonds. Je m’enivre, goulue, aux joies de mon corps. J’orgasme à la souffrance de ce corps. Je tressaille dans la solitude sans cesse éprouvée. Revendiquée. Désavouée. Je reviens sans cesse à moi-même. Lire la suite « L’oracle de la déesse sombre »

As de cailloux. La peau fine

img_20190927_154616_0597084096669633368790.jpgJe n’ai pas la peau dure pour encaisser les coups.
No thick skin.
J’ai la peau fine qui laisse passer le vent. Elle s’arrache. Elle se fend. Elle brûle. Elle cède.
Paper-thin skin that tears open or bruises.
On dit qu’elle est la défense, l’interface entre le soi et le monde.
Elle est mon moi, mon monde, le monde.
Par endroits, elle est si sensible qu’une caresse l’agresse. Elle aime les caresses, ma peau. Elle ne les filtre pas. Elle amplifie.
Elle ne se fie pas aux on-dit. Elle expérimente. Elle invente langages, sensations, saturations, ruptures, textures, volumes, volutes, utopies, ses pires et ses brumes, et ses brûlures.
On dit qu’elle abrite. On dit qu’elle est cabane. On la voit en écailles.
Elle clame qu’elle est vulnérable et qu’il n’est nul besoin de carapaces pour se défendre. Elle fend. Elle fond. Elle laisse s’échapper. Elle offre. Diaphane, elle est carte au trésors.
Elle bleuit de plaisir.
Cette peau, c’est mon corps, c’est moi, c’est l’as de cailloux.

img_20190927_1532274128260896137595444.jpg

Incarner L’Oracle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mouvante, léchée par les flammes
Je suis la lune en exaltation
La lune en Bélier rencontre la mienne en Taureau
Je projette son feu
Je suis le dragon de la transformation
Dans l’attente du Scorpion
Qui m’immergera dans ses eaux sombres
Je flotte
Je me baigne aux côtés des savoirs occultes que je chéris
Je suis L’Oracle
Je l’incarne Lire la suite « Incarner L’Oracle »