Zines Grosse et Fière et Grossophobie

tumblr_inline_ovtk71agy31qj0h5y_500 (1)Mes copies couleurs sont épuisées pour l’instant. Des exemplaires circulent cependant grâce à des librairies de zines. N’hésitez pas à les copier et partager.

La plupart des textes ont été récupérés de feu mon tumblr (plate-forme qui a succombé à la censure des corps hors-normes, de la nudité et du féminisme: à boycotter). Ils sont désormais en consultation ici même.

Et le zine numérisé en version assez brouillon, c’est là:

tumblr_inline_ovtjtohul71qj0h5y_500 (1)

 

 

SexMagick astrale avec Hécate

Mes cuisses moites de sueur se frottent à chaque pas. Ça commence à brûler. L’excitation que je ressens en montant la colline, progressivement plus proche du lieu de rendez-vous contrebalance la douleur. Je suis moiteur : ma bouche qui salive de trépidation, mes intestins qui papillonnent, mes genoux qui flanchent comme animés de vagues, mes doigts qui vibrent, mes vaisseaux qui se dilatent, ma chatte qui se gorge et mes cuisses qui se frottent.

La lueur de la lune. La pénombre de l’éclipse.
Celle des croisements. Celle des chemins. Celle du mysticisme. Celle de la transe. Hécate.

Lire la suite « SexMagick astrale avec Hécate »

La Tempérance. Périr, resplendir. (ou juste, j’ai mes règles)

Nous périssons!
D’aucun-e-s crient au péril
Certain-e-s se parent pour des péripéties
On se prépare

Nous resplendissons!
Le corps évacue
Le flux débarrasse
Les fluides laissent des traces

La Tempérance.
Nous périssons.
Nous resplendissons.
Nous évacuons.
Nous mélangeons.
Nous suspendons.

La Tempérance
Des rances histoires
La grenade rassise
Il en va
De ce qu’on évacue
Et de ce qui se tient en équilibre
Ce qui resplendit
Quand les fluides s’embrasent

La Tempérance
Ou la confiance
En ce qui flétrit
En ce qui périt
La renaissance
C’est la pleine lune à part ça

La Tempérance. La source.

img_20190203_224948_8594651938931221600884.jpg

Il y a fort longtemps, le Maelbeek n’était pas une station de métro tristement connue en raison d’un attentat. C’était un ruisseau qui traversait une partie de la région de Bruxelles à l’instar de la Senne. Tous deux furent voûtés essentiellement pour des raisons de salubrité. Au Moyen-Age, grâce à l’exploitation de ces cours d’eaux et des humains, les industries textiles et de la bière ont fait prospérer la bourgeoisie locale. Plusieurs étangs de la ville subsistent sur le parcours du Maelbeek.

Ici, à l’Abbaye de la Cambre, où des religieuses cisterciennes se sont installées au Moyen-âge, voici la source du Maelbeek.img_20190203_221242_296777406903392638856.jpg
C’est pas très glamour, mais il y a des poissons rouges, comme sur la carte de la Tempérance.

Dans de nombreuses parties du monde, christianisation et/ou colonisations ont démoli Lire la suite « La Tempérance. La source. »

Imbolc. As et Mère de pentacles

🌨️Cartes et impressions du jour🌨️
🌖
La neige étouffe le bruit
Le bruit des contraintes
Le bruit du jugement
Le bruit de la normalité
❄️
Obsidienne mouchetée
Obsidienne flocon de neige
Dans l’ambiance glacée
Dans la ville paralysée
Se propage une musique d’un autre type
❄️
Elle vient de loin
Elle existe à peine à ce stade
Juste un murmure
Mais on ne peut plus l’ignorer
Un potentiel qui va pousser
(as de pentacle) ❄️
Une infusion de verveine
Un chat qui observe les mésanges
Dans le marronnier
Leur piaillement qui se propage
Dans la vie glacée
Glissant sur le verglas
Dérapages sans envie
De gérer
Dérapages pour rejeter les dés
❄️
La neige n’étouffe pas nos forces
Revigorante, elle agite les passions
Les passions somnolentes Lire la suite « Imbolc. As et Mère de pentacles »

Resisting and revolting bodies

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 12/2017

Des corps qu’on ne lissera pas. Qu’on n’épilera. Des corps indisciplinés. Des corps qui souffrent. Des corps qui dansent. Des corps qui dégoûtent. Des corps qui exultent. Des corps à bout de souffle. Des corps engagés. Des corps démolis. Des corps qui reviennent. Des corps fiers. Des corps vulnérables. Des corps transis de peur. D’amour. De résistance. Des corps qui rampent. Des corps qui baisent. Des corps que personne ne touche. Des corps qu’on apprend à regarder. Des corps défaits. Des corps qui se font. Des corps gros. Des gens gros. Des vies. Des visages. Des bourrelets. Des gros.ses exténué.e.s. Mais qui vivent. Qui se répandent. Qui font trembler. L’épidémie s’étend, s’étire, prend de la place, occupe l’espace. Des corps qui sont plus que la somme des diagnostics, de la pathologisation, des amputations, des condamnations, des brimades, des obstacles. Plus, plus et plus encore. Des gros.ses.

Inhabitable

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 03/09/2017

Ce que ça fait d’habiter l’inhabitable. Ce corps, lieu de toutes les abjections, souverain dans sa monstruosité, exemplaire. Cet inhabitable bien habité, de la tête aux pieds. Flambeau qui fait feu de tout mépris. Qui attise en étincelle toute violence. L’inéteignable inhabitable. Inébranlable dans sa fierté. Cracheur d’indicible qui crépite.

Il n’est pas censé être

Il est censé être au régime, sur le billard, amputé

Estomaqué, j’en suis estomaquée

Dans l’ombre et dans la honte

Sous les injures

Il est censé être éphémère Lire la suite « Inhabitable »

Une lettre aux meufs minces

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 02/09/2017

Mon corps se passe très bien de ton approbation
Mon look se passe de l’approbation des mecs
Répète avec moi :

La grosse qui te fait horreur,
Elle en a rien à foutre de ton avis
Elle se moque éperdument de vos standards hétéros sur sa baisabilité

Quand ta gamine regarde mes bijoux bling-bling
Quand ses yeux s’écarquillent devant ma robe multicolore
Toi, ne fais pas ce que tu fais toujours
Ne me regarde pas de haut en bas
Décolleté, bourrelets, jambes poilues
Ne détaille pas ce que tu penses qu’une meuf ne doit pas être
Ne passe pas en revue ce qui fait de moi l’incarnation de tes pires complexes
La monstre que tu pries que l’enfant ne devienne pas
Et surtout, ne lui transmets pas ce dégoût
Abstiens-toi de ton commentaire
Ne me fusille pas du regard parce que je lui souris
Ne lui passe pas la main dans le dos pour qu’elle se détourne
Cette vision d’horreur pour toi est ce qui la rassure sur ce qu’elle pourrait devenir
Ne transmets pas à cette enfant qu’une femme bonne
Est une femme mince, discrète, imberbe Lire la suite « Une lettre aux meufs minces »

Votre avis NOUS intéresse

publication initiale sur mon blog Grosse Fem: 25/03/2018
Votre avis NOUS intéresse

Je voulais écrire un texte court et précis pour un open mic il y a quelques mois. C’est devenu super long en quelques heures (et impliquant beaucoup de travail en aval pour réorganiser, vérifier ce que j’avançais, ne pas partir d’une position de jugement, affiner la narration, etc). Je l’ai abandonné.

Je vous le livre quand même en état, sans structure mais avec un fil rouge. Il est destiné à être lu. Il y a plein d’intonations et de changements de voix qui sont perdus sous cette forme. Mais c’est pas inintéressant. Ça ressemble à une conversation ordinaire entre ma butch et moi, la télé en fond sonore, les trucs qu’on lit sur les réseaux sociaux, nos réactions et les mails des services clientèle. Cacophonie ordinaire. Les voix qui se diluent. Le rouleau-compresseur qui continue.

Lire la suite « Votre avis NOUS intéresse »