Pensées violettes. Tirage du dimanche

Tirage collectif du dimanche. Autour de la carte ancienne « Mars » d’une série de cartes postales de la fin du 19e siècle sur le langage des fleurs et les mois de l’année. J’ai sorti d’autres oracles à fleurs et les violettes/viola/pensées sont sorties dans tous les jeux. On va les prendre sérieusement…

Mars. Giboulée. L’humidité se joint au vent pour te traverser le corps et se fixer sur tes os. Comme si elle ne comptait pas s’en déloger, elle s’installe. Tu existes dans un frisson. Sous un plaid. Dans un concert d’éternuement. Mars, planète de la combativité.

Tu te retires un peu. Avec une tasse de tisane. En compagnie de ceulle avec qui tu peux partager les tremblements. En compagnie des tien-nes. Ceulles qui s’accrochent à travers les aléas, plutôt comme le chèvrefeuille que comme l’humidité. Ceulles qui sont témoins. Tu as déjà traversé les violences, les crises, la dépression, la dèche. Ceulles qui voient. Ça t’affecte avec la même intensité. Mais yels savent aussi qu’on en revient. Ou qu’au moins tu n’es plus seul-e.

Tisane de passiflore. Réchauffer le corps. Apaiser les phrases qui passent en boucle dans ta tête.

Lire la suite « Pensées violettes. Tirage du dimanche »

Balade avec la valet de coupes

Ses émotions la submergent. Carnet sous le bras, elle s’engage dans les rues désertes du petit matin. Le bruit des chantiers retentit déjà. Les trottoirs sont calmes. La frénésie ne s’est pas emparée de la ville. C’est un instant suspendu. Entre loup et chien. Entre les rêves tourmentés d’une nuit de lune sombre, à quelques heures de la nouvelle lune, et l’enthousiasme d’après les cafés, c’est l’heure où les renards visitent les poubelles avant de battre en retraite devant le tumulte grandissant. Un instant suspendu et déjà le mouvement. Lire la suite « Balade avec la valet de coupes »

La Tempérance et la révolte: La Grâce

Vous êtes des danseuses. Vous êtes les révoltées qui relient. Vous faites jaillir, vous entourez, vous brandissez. Vous êtes la conscience. Vous êtes La Tempérance dans sa version la plus dépouillée: La Grâce. Vulnérabilité revendiquée mobilise rage éhontée en guirlandes. Vous créez. Vous reliez.

Les Furies, les érinyes, tempêtent encore leurs cris de revanche dans vos têtes. Vous êtes les héritières des divinités qui ne sont plus en grâce. Vous êtes les saisons. Vous êtes les cyborgs. Vous êtes les danseuses de la destruction.

Vous êtes les lanceuses de la nouvelle donne. Les futures anéantisseuses sont d’ores et déjà des tisseuses. Vous êtes le lien et la rage et la chanson à l’unisson quand elle ne couvre pas les murmures ni celles qui chantent faux. Vous êtes la grâce quand elle n’est pas assignée, la grâce selon votre révolte. Vous êtes des danseuses.

La Magicienne dans les starting-blocks

Elle est gonflée à bloc. Elle se positionne dans les starting-blocks. C’est une coureuse de fond, elle a confiance en son endurance. Elle est décidée et rien ne pourrait l’arrêter.

A part peut-être son propre enthousiasme, débordant au point qu’elle se dissipe. C’est qu’entre ses bouquins sur les théories féministes, l’herboristerie, l’organisation de collectifs d’un côté et une parfaite maîtrise des mécanismes d’exclusion et du racisme systémique dont elle entend venir à bout, il y a beaucoup de café.

Peu importe. C’est son énergie qui compte. Elle est traversée par l’inspiration, comme si un rayon de soleil lui avait ouvert toutes les voies- des voies qui sont en elle, à elle. Elle a compris le sens de son existence. Elle a la magie. Franchir des fleuves ne lui fait pas peur. Pas plus que les grondements de la ville derrière elle. Lire la suite « La Magicienne dans les starting-blocks »

SexMagick astrale avec Hécate

Mes cuisses moites de sueur se frottent à chaque pas. Ça commence à brûler. L’excitation que je ressens en montant la colline, progressivement plus proche du lieu de rendez-vous contrebalance la douleur. Je suis moiteur : ma bouche qui salive de trépidation, mes intestins qui papillonnent, mes genoux qui flanchent comme animés de vagues, mes doigts qui vibrent, mes vaisseaux qui se dilatent, ma chatte qui se gorge et mes cuisses qui se frottent.

La lueur de la lune. La pénombre de l’éclipse.
Celle des croisements. Celle des chemins. Celle du mysticisme. Celle de la transe. Hécate.

Lire la suite « SexMagick astrale avec Hécate »

Hiérophante. Tu vas peut-être pas changer le monde, mais t’as changé ma vie

J’avais une vingtaine d’années. J’étais mal dans ma peau, mal dans la transition vers l’âge adulte, mal dans mon genre, mal dans ma graisse, mal avec ma santé mentale et les figures tyranniques qui hantaient mon imaginaire, mal avec les effets secondaires des anti-dépresseurs et neuroleptiques (le cercle vicieux des adolescentes qui ont une estime d’elles-mêmes ravagée et se voient prescrire des médocs, peut-être nécessaire, mais qui ne manqueront pas de bousculer encore l’image de soi par ajout de quinze kilos à chaque changement de traitement), mal avec ma trichotillomanie et mal avec le crâne imberbe qu’elle dessinait. J’ai eu une révélation un jour. Elle continue d’affecter ma vie. Elle agit comme Lae Hiérophant-e. Je vous raconte… Lire la suite « Hiérophante. Tu vas peut-être pas changer le monde, mais t’as changé ma vie »

Interpréter le 3 de pentacles

Tu veux donner vie à ton travail ! Tu veux que ça fonctionne. Il faut qu’il prenne forme.

Le 3 de pentacles t’enseigne comment combiner. Avec lui, des idées à foison anime ton travail acharné (air). La passion embrase tes études assidues (feu). La diligence de tes actions se nourrit d’émotions, voire de spiritualité (eau). Cette carte de collaboration et de l’élément terre ne peut se passer des autres éléments. Le 3 de pierres les intègre. Pour que ton travail devienne réalité, utilise le peps du soleil, le rythme imprévisible des flots et le vent qui gonfle la voile et te propulse. C’est la coopération des éléments qui assurera ta réussite.

Et les pierres ? Bein, la pierre angulaire reste ton travail. Lire la suite « Interpréter le 3 de pentacles »

3 de bâtons. A ceulles qui font advenir.

A celles qui nettoient le foutoir! À ceulles qui envoient valser les puissants! À celles qui portent! À ceulles qui ne se contentent pas de rêver le futur et qui font advenir l’avenir! À celles qui refusent de s’organiser sur des modèles patriarcaux, racistes et capitalistes! À ceulles qui ne stagnent pas et font face! À celles qui rassemblent!

Ceulles qui créent, ceulles qui balaient, ceulles qui font dégager, ceulles qui s’unissent. A vous. Merci.

Merci de faire de maintenant quelque chose qui est déjà viable. Merci de faire de cet instant un autre chose. Merci de bouger. Merci de partager et de donner substance à ce que vous imaginez. Merci. ❤️

La Tempérance. Périr, resplendir. (ou juste, j’ai mes règles)

Nous périssons!
D’aucun-e-s crient au péril
Certain-e-s se parent pour des péripéties
On se prépare

Nous resplendissons!
Le corps évacue
Le flux débarrasse
Les fluides laissent des traces

La Tempérance.
Nous périssons.
Nous resplendissons.
Nous évacuons.
Nous mélangeons.
Nous suspendons.

La Tempérance
Des rances histoires
La grenade rassise
Il en va
De ce qu’on évacue
Et de ce qui se tient en équilibre
Ce qui resplendit
Quand les fluides s’embrasent

La Tempérance
Ou la confiance
En ce qui flétrit
En ce qui périt
La renaissance
C’est la pleine lune à part ça

La Tempérance. La source.

img_20190203_224948_8594651938931221600884.jpg

Il y a fort longtemps, le Maelbeek n’était pas une station de métro tristement connue en raison d’un attentat. C’était un ruisseau qui traversait une partie de la région de Bruxelles à l’instar de la Senne. Tous deux furent voûtés essentiellement pour des raisons de salubrité. Au Moyen-Age, grâce à l’exploitation de ces cours d’eaux et des humains, les industries textiles et de la bière ont fait prospérer la bourgeoisie locale. Plusieurs étangs de la ville subsistent sur le parcours du Maelbeek.

Ici, à l’Abbaye de la Cambre, où des religieuses cisterciennes se sont installées au Moyen-âge, voici la source du Maelbeek.img_20190203_221242_296777406903392638856.jpg
C’est pas très glamour, mais il y a des poissons rouges, comme sur la carte de la Tempérance.

Dans de nombreuses parties du monde, christianisation et/ou colonisations ont démoli Lire la suite « La Tempérance. La source. »