Étalements de tarot engagés

tarotcharleroiPour le festival Sorcières et militance organisé à Charleroi par Charlie Queen, j’ai conçu et testé des tirages de tarot. Avec cet article, j’en livre des versions améliorées. L’idée, c’est que tu t’appropries et que tu adaptes ces étalements en fonction de ta situation. Je souhaite aussi qu’ils soient utiles et qu’ils véhiculent de l’entraide. Par conséquent, c’est génial si ça te dit de lire les cartes à des personnes qui en auraient besoin en suivant ces modèles.

Cet article est disponible en livret adapté pour l’impression (clique ici pour le consulter ou pour le télécharger)!

Les tirages proposés divergent, se ressemblent, se recoupent, se complètent afin de coller au mieux à ta situation. Ils couvrent les domaines de la créativité, de l’engagement, de la spiritualité, des collectifs. Et ce, séparément ou avec des ponts entre ces terrains.

Ce sont des tirages personnels pour t’aider à te comprendre et à te positionner, mais sans perdre de vue ta place dans le monde, dans tes communautés ni ta contribution à la justice sociale.

J’ai passé du temps à concevoir ces tirages, merci de ne pas oublier de me créditer quand tu les utilises et partages !


Au programme:

  1. Quel-le sorcière ou quel-le militant-e tu es: ton parcours, ce qui émerge, outils et transmission, compétences à développer, sorcière et militance.
  2. Bilan créatif: tes projets, tes blocages, le self-care, la clé de ta créativité et comment l’activer ou l’envisager.
  3. Ce qui coince: identifier les blocages, les comprendre et des suggestions pratiques pour activer du changement.
  4. Engagement dans un collectif (militer, créer, pratiquer la magie avec un coven): où tu en es, ce que le collectif représente pour toi, ta place en son sein, pistes pour (ré)orienter ton engagement.
  5. Te recentrer dans ta militance ou dans ta spiritualité: identifier tes points forts et le tri à faire ; dégager quels sont tes outils et allié-e-s et les points sur lesquels être vigilant-e ; définir tes limites et puis une suggestion de self-care pour saupoudrer le tout.
  6. Comment t’exprimer en tant qu’artiviste, activiste et/ou artiste: ce qui doit être exprimé, les blocages, tes outils, ton positionnement et une bonne dose de douceur envers toi-même.
  7. Transition (militante, spirituelle, professionnelle, sentimentale, etc): pour faire le point sur ton parcours, tes expériences, les leçons que tu en tires, les prochaines étapes, des objectifs sur le long terme,…

Quel-le sorcière es-tu ?

Variante possible : Quel-le militant-e es-tu ?

img_20191207_1441123778733292317403115.jpg

  1. Méditation : où en es-tu dans ton parcours ?
    + facultatif, en fonction de la situation une carte : blocages
  2. Arbre : d’où viens-tu ?
  3. Bourgeons : qu’est-ce qui se développe ? qu’est-ce qui émerge ?
  4. Chaudron : quels outils identifient tes guides ? qu’est-ce qui t’est transmis ? (3 cartes)
  5. Baguettes : quelles compétences peux-tu affiner ? quels sont tes domaines de prédilection à découvrir ? qu’est-ce que tu as à transmettre ?
  6. Carte bonus : sorcière et militance

Lire la suite « Étalements de tarot engagés »

As de cailloux. La peau fine

img_20190927_154616_0597084096669633368790.jpgJe n’ai pas la peau dure pour encaisser les coups.
No thick skin.
J’ai la peau fine qui laisse passer le vent. Elle s’arrache. Elle se fend. Elle brûle. Elle cède.
Paper-thin skin that tears open or bruises.
On dit qu’elle est la défense, l’interface entre le soi et le monde.
Elle est mon moi, mon monde, le monde.
Par endroits, elle est si sensible qu’une caresse l’agresse. Elle aime les caresses, ma peau. Elle ne les filtre pas. Elle amplifie.
Elle ne se fie pas aux on-dit. Elle expérimente. Elle invente langages, sensations, saturations, ruptures, textures, volumes, volutes, utopies, ses pires et ses brumes, et ses brûlures.
On dit qu’elle abrite. On dit qu’elle est cabane. On la voit en écailles.
Elle clame qu’elle est vulnérable et qu’il n’est nul besoin de carapaces pour se défendre. Elle fend. Elle fond. Elle laisse s’échapper. Elle offre. Diaphane, elle est carte au trésors.
Elle bleuit de plaisir.
Cette peau, c’est mon corps, c’est moi, c’est l’as de cailloux.

img_20190927_1532274128260896137595444.jpg

Incarner L’Oracle

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Mouvante, léchée par les flammes
Je suis la lune en exaltation
La lune en Bélier rencontre la mienne en Taureau
Je projette son feu
Je suis le dragon de la transformation
Dans l’attente du Scorpion
Qui m’immergera dans ses eaux sombres
Je flotte
Je me baigne aux côtés des savoirs occultes que je chéris
Je suis L’Oracle
Je l’incarne Lire la suite « Incarner L’Oracle »

Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice

img_20190921_210036_9434387830635762168489.jpgQui de mieux que l’Impératrice / Lae Créateur.ice d’un tarot lesbien de 35 ans pour répondre à une question épineuse? Quelqu’une a demandé à mon amoureuse Rose Butch pourquoi elle dessinait toujours son épouse dans des poses sexualisées.
C’est une question qui m’interpelle beaucoup (OK, ça m’a choquée et j’ai démarré au quart de tour en mode virulent). Je mène une réflexion de fond sur l’hypersexualisation des corps de grosses. Je prends pas le sujet à la légère (sans mauvais jeu de mot).

D’abord, je voudrais clarifier un élément. Les poses dessinées sont mes poses, mises en scène par moi et souvent prises en photo par Rose pour le dessin ou pour d’autres usages. Ce n’est pas nécessairement le cas pour ses grandes toiles, mais franchement je vais pas me plaindre que ma meuf me kiffe, me trouve sexy et me demande de poser et top biche fem. Pour ses dessins récents, ça me perturbe qu’une meuf à l’apparence féminine soit forcément renvoyée au regard de l’autre, dépouillée de son agency, sa capacité d’agir, dès lors qu’elle se met en scène, ce qu’on considère d’ailleurs comme le propre de la féminité. Il y a un côté inévitable dans la lecture sexualisante que d’autres font (ou pas) de notre corps à certains moments. Ça peut réveiller des blessures profondes ou bien révéler une impression de perdre le contrôle. Ça peut compliquer notre rapport au corps aussi. Mais c’est là. On se regarde. On se lit. On est des êtres sociaux quoi.

Le cœur du sujet…
img_20190921_171542_11965262648392404681.jpgQuand j’ai commencé à poser pour des photos, mon souci principal était justement d’éviter l’injonction au sexy – qui plus est un certain type de sexy, celui qu’on réserve aux grosses, très voluptueux. Je ne le répéterai jamais assez: Prendre des selfies et, plus encore, être prise en photo, a été une étape capitale dans l’apprivoisement de mon corps. Elle m’a permis de faire la paix avec lui. Lire la suite « Réappropriation de mon corps et ambiguïté de l’image avec L’Impératrice / Créatrice »

Zine! Grossir le tarot #2

Si tu apprécies mes articles ici mais que le format blog entrave ta lecture, je te propose quelques compilations sous forme de fanzines

Les essais et poèmes de « Grossir le tarot #2 » viennent compléter la série « Grossir le tarot #1 »(clic clic pour consulter ou télécharger) Lire la suite « Zine! Grossir le tarot #2 »

Activation mastocytaire

Crawling under my skin
Imbuing my senses with venon
Keeping me up at night
You demand attention
I can barely stand
You command fever
You sprout out of me
Forcing to look at you
I don’t know how to answer
So I scratch
img_20190810_191637_0715187456220853722676.jpg
Tu me démanges
Tu me ronges
Tu me démembres
Tu me refuses le droit d’être entière
Tant que je ne t’ai pas regardé.e t’échapper de moi
Mes ongles te réceptionnent
Tu te joues de mon hypermobilité
Tu rampes hors d’atteinte puis tu me perces ma peau Lire la suite « Activation mastocytaire »

Divination avec piqûre de taon sur vergetures. Le 9 et le 10 d’épées

Il y aura des vagues. L’anxiété va et vient. Elle se tasse. Elle est brûlante comme 10 piqûres en plein ventre. Elle est en creux. Elle culmine.🦟

Tu te souviens de ta première crise d’angoisse ? Je me souviens, j’avais 11 ans. On m’a emmenée à l’hôpital tellement j’étais mal. Et toi ?
C’était un peu la honte finalement. Une enfant qu’on croit mourante mais qui fait une crise d’angoisse alors qu’elle a tout pour être heureuse. img_20190804_105209_7228295923496671744132.jpgToi, on t’a dit ça combien de fois ? « tu as tout pour être heureux.se ». Combien ont spéculé sur la source de tes problèmes pour que tes angoisses et ton mal-être fassent sens pour eulles ? Leurs hypothèses révélaient-elles leurs propres secrets?

Stries translucides sur peau déchirée. Il y a toutes les fois où ce n’était plus supportable. Il y a les décomptes des gens. Et puis les nôtres: c’est pas parce qu’on ne finit pas à l’hôpital qu’on n’était pas à une seconde de se jeter.

J’ai longtemps cru que personne ne pourrait jamais comprendre. Pas toi ? Lire la suite « Divination avec piqûre de taon sur vergetures. Le 9 et le 10 d’épées »

Censure grossophobe sur Facebook pour changer

img_20190725_100427_0001548467929831169545.jpg

Bien sûr, j’ai fait des captures d’écran juste avant de cliquer sur « publier » car, bien sûr, je m’y attendais! Je ne vais pas auto-censurer mon contenu qui respecte pourtant des règles sexistes en prévision des mesures anti-gros-ses de facebook!

Tu peux d’ailleurs lire mon interview d’il y a quelques mois à ce sujet: « Le hashtag #grosse censuré sur instragram: la grossophobie à l’heure des réseaux sociaux« .

Mise à jour: fb a décrété pour la deuxième photo: « nudité et activité sexuelle ». Sexisme et puritanisme dans toute leur bêtise! Moi, j’appelle ça: artivisme, poésie, humour absurde, radicalité corporelle et même – une expression que je déteste – body positivity. J’ai demandé un examen.

img_20190725_100452_1678129162017652308332.jpg

img_20190725_100459_7897197102539954405913.jpg

img_20190725_100507_1927658672405522585282.jpg
Lire la suite « Censure grossophobe sur Facebook pour changer »

Les 9 ans de ma robe moulante et de mon dernier régime

J’ai découvert les photos de ma fête d’anniversaire. J’ai détesté mon double menton. C’est comme ça que j’ai entamé mon dernier régime.

J’étais fière de cette robe. Mon corps moulé par son drapé me paraissait si sexy. C’était ma première fois en robe moulante. Depuis plus de 10 ans, je ne sortais pas sans masquer le haut de mes bras, dissimulant ainsi mes cicatrices d’automatisation et leur grosseur. Je maîtrisais donc la parade : un gilet complétait ma tenue.

Je me suis amusée. J’ai ri à gorge déployée. J’ai posé pour les photos. Je me sentais bien et épanouie. Ça ne m’arrivait pas tous les jours. Ce jour de mes 26 ans, j’étais euphorique et, surtout, certaine qu’aucune phase dépressive ne m’attendait pas au tournant. Je commençais à me sentir bien dans mon corps. Mes nouveaux neuroleptiques n’avaient – enfin ! – pas la prise de poids comme effets secondaires. Quel soulagement ! Ils me cassaient moins. J’avais envie de m’ouvrir au monde.

Les fameuses photos:

 

Cependant, quand j’ai découvert les photos, j’ai détesté mon double menton et j’ai voulu maigrir. J’étais dégoûtée de moi-même. J’ai d’abord affiné mes arguments: je ne pouvais pas être en paix avec mon corps si j’avais un double menton ; on m’avait toujours dit que mon joli visage sauvait mon immonde grosseur, qu’allais-je devenir si la graisse se mettait à le déformer ; il fallait que je fasse attention à ma santé, même si j’étais en parfaite santé, parce que l’obésité ne pouvait que me mener à l’infirmité que je redoutais tant (comme tou.te.s les valides).

J’avais souvent fait des régimes. J’étais confiante. On perd généralement 5 kg le premier mois, c’est tellement grisant qu’on en oublie les malaises, Lire la suite « Les 9 ans de ma robe moulante et de mon dernier régime »