L’animisme: réenchanter le rapport au monde

Manifeste pour un animisme féministe

Nos sens savent. Nos sens comprennent. Nos communautés (se) soutiennent. Autour de nous, les vies fourmillent sous diverses formes. Plus encore : les plantes, les pierres, les ancêtres, les déités, tout cela s’exprime, accueille, rage, attire, rejette. On va à la rencontre de ce fourmillement. De la beauté comme de la monstruosité. On suit nos sens, en ce compris ceux qu’on n’a pas appris à utiliser. On croit nos frissonnements.

L’Invisible a été mis au ban de nos sociétés rationnalisées, capitalistes, vidées. On renoue. On le valorise. On (re)trace des cosmologies dont l’humain-e n’est pas au centre. On observe les schémas et on les respecte. Tout comme là-haut, aussi ici-bas. Tout comme en nous, aussi au dehors. Nos pratiques oraculaires consistent à mettre en lien. Les résonnances emplissent notre vision du monde.

Lire la suite « L’animisme: réenchanter le rapport au monde »

L’errance hivernale

Un texte écrit/canalisé l’année passée m’est venu à l’esprit en commençant à rédiger ma première newsletter.

Son partage (brut, comme il est sorti en écriture automatique) est aussi un prétexte pour t’inviter à rejoindre mes courriers, ça se passe par ici.

Chandeleur… Avec Cérès/Déméter

2 février 2021

Le chant des anciennes me parvient.
Maigre consolation 

Je murmure ton nom comme on enchaîne les soupirs.
A peine intelligibles.
J’ai oublié ton nom, mais pas de te chercher.

L’absence est gravée dans ma mémoire
Dans mes articulations
Elle est mon devoir

Chercher, chercher et chercher encore

Le chant des anciennes, je l’identifie
Je n’ai plus de contact
Je n’ai pas de véhicule pour la traversée
Mais je les entends
Je sais qu’elles sont là

Ainsi, je poursuis

Lire la suite « L’errance hivernale »

Le Soleil. briller briller briller

Le vent dans les poils
Le cœur dans les étoiles
Je suis aux éléments
Nous nous fondons
Les artifices ne mentent
Plus, non

Ils complémentent

Entièr.e et poussière
En miette et dans la lumière
Je suis dans un rêve
Nous sommes nu.e.s sur scène
On lit la joie sur nos lèvres
Obscènes

Notre démesure sur-mesure

Délicieusement éhonté.e.s
Impeccablement hanté.e.s
Savoureusement sans filtre
J’ai versé les reflets, les libations
J’ai goûté au philtre
De la passion

Lire la suite « Le Soleil. briller briller briller »

Les féministes minces et la grossophobie


Les termes qui se terminent en -phobie sont utiles pour pointer les imaginaires de peur, mais ils passent parfois à côté de l’oppression. Étymologiquement, la grossophobie concerne tout le monde ou presque. Depuis les années 90, la panique (morale) autour de l’épidémie globale d' »obésité » nourrit cette peur à travers le monde. La grossophobie est généralisée. Bon nombre d’entre nous craignent dès leur plus jeune âge d’être gros.ses. On redoute notre gras. On s’en prend aux gros.ses autour du nous.

Pour autant, la grossophobie, en tant que reflet de l’oppression de la grosseur et de la haine systémique des gros.ses, va bien au-delà de la peur de la grosseur et de l’intégration de normes de beauté, de santé supposée, de bien-être.

La grossophobie tue

Parce qu’elle tue les personnes grosses. Les violences médicales tuent. Les opérations bâclées ou ratées tuent. Les diagnostics refusés à cause de notre poids tuent. L’absence de matériel médical adapté à notre corpulence tue.

Parce qu’elle nous exclue. L’inaccessibilité des transports publics et des espaces publics nous exclue.

Parce qu’elle nous détruit. L’obsession pour notre poids et pour les régimes attaque notre santé mentale, notre corps. Bein oui, alors que seulement 5% des pertes de poids se maintiennent sur le long-terme, les conséquences du yo-yo sont inévitables pour 95% des humain.e.s. Si on développe des troubles alimentaires, il y a de fortes chances qu’ils ne soient pas identifiés voire qu’ils soient encouragés. La liste est longue.

Parler de grossophobie sans les grosses

Lire la suite « Les féministes minces et la grossophobie »

Tirage ou exercice d’introspection pour le tournant de l’année

Je te propose l’exercice de journalling* que j’ai réalisé pour le passage à l’année nouvelle. On trouve plein d’autres exemples et de tirage en ligne. Celui-ci m’a été inspiré par mes propres tirages de tarot et oracle.

Peut-être que tu y trouveras aussi ce dont tu as besoin dans l’espace liminal entre 2021 et 2022 (mais oui mais oui techniquement on est en 2022, sauf que la lune est encore invisible dans le ciel, ce sont encore les vacances pour certain.e.s et puis zut quoi, on vit lentement par chez moi, on étire les entre-deux autant qu’on peut ^^).

Lire la suite « Tirage ou exercice d’introspection pour le tournant de l’année »

Au croisement. L’instant avant 2022.

Je me glisse dans la fente entre les âges, terreuse et cuivrée. Je traîne mes doigts le long de ses parois lubrifiées comme des lèvres humides. Elle me laisse me faufiler.

Tout frissonne de désir
d’anticipation
de craintes.

L’air devient tranchant, la respiration difficile. Retenir mon souffle. Freiner l’avancée. 

Sur le seuil, il faut s’exécuter. Des offrandes font office de sacrifice. Ici, donner ce qui m’était cher. Sur le seuil, je dois abandonner ce qui entraverait mon voyage.
L’offrir au passage. 

Je suspends les médailles dont je pourrais m’enorgueillir. Je contemple ces victoires dont je me détache. Leurs reflets éclairent mon regard.
Miroirs des possibilités. 
Je conserve la fierté, non l’orgueil. 
La force des étapes, le refus des destinations. 

Je m’accroupis pour creuser le sol. L’humus sert d’écrin pour mes brouillons. Je me recueille auprès de ce cercueil. Ci-gisent les pages des projets inachevés, toutes les idées qui ont eu le mérite de l’inspiration sans les serments de longévité.
Rien ne se perd. Le tintinnabulement des mobiles fraîchement accrochés réveille déjà d’autres envies créatives, d’autres pistes, d’autres chapitres. 

Je manipule la matière. Je malaxe mes regrets. Je recouvre les déceptions.
Il y en aura d’autres.

Il faut que je me déleste.

Sereine survivante, je poursuis la traversée.
L’interstice entre les années, le temple de la non-linéarité, se pare de scintillements. Le bruit des vagues me régale. 

Il me reste à passer le feu purificateur. 
Il me reste à conter mes vœux aux flots prometteurs.
J’emplis mes poumons d’air frais. 
Mes pieds peuvent se reposer sur le sol ferme. 

Un instant. 

Suivre les feux d’artifice. 
Me laisser guider par les clapotis
L’initiation liminale continue.

Reine de Coupes. Ondulations

Dans les ondes azur de mes rêves Ondées estivales sur ma peau fatiguée Revigorantes pour mes muscles
Je fais venir la douceur Je fais venir les vagues dans mon corps Le mouvement dans mes canaux
Entière, je vibre d’éternité Et de présence de cet instant – éphémère

Je n’ai besoin que de moi Pas besoin d’être à l’endroit Mais l’attachement à cet endroit M’anime des chants de la source Ses ondes, ses frissons
La colline est née des sédiments laissés par le retrait de la mer Un grain de sable L’échelle de l’humanité Et celle de l’éternité

Je me plonge dans ce corps Celui de ma juste place Ni exubérante ni insignifiante Juste
Cet instant Les temps immémoriaux La mémoire de la terre Les courants de l’eau Les ondées
J’ondule 

Accueillir la générosité de Jupiter en Poissons

Tirage du jour pour célébrer le retour de Jupiter en Poissons.

Retrouver la confiance
Embrasser les messages émanant des murmures
Restaurer les croyances
Retourner à la Source
Faire ce voyage, en rêve, en pèlerinage ou en chansons
Ne pas douter des signes et des cadeaux en chemin
Flotter sur le courant de la Source
Se souvenir du langage des poissons

Ne pas abdiquer la souveraineté
Renier la rétention du savoir sacré par les Puissant.e.s
Mettre à mal l’absolu jupitérien
Qui nous coupe de nos intuitions
Qui retient la communication
Qui rend crédule mais dénué.e de sensations
Qui abuse plus qu’il diffuse
Le refuser

Nager dans l’eau divine de Jupiter
Accessible à toustes
Jupiter chez yels en poissons
Comme toustes les sirènes que nous sommes

Se souvenir du langage des poissons
Glisser à contre-courant jusqu’à la source
Se sentir pousser des ailes
Flotter en confiance
Il n’y a plus rien de mystérieux
Rien n’est caché
Rien ne se mérite
Il y a un cœur ouvert
Aux flux de l’autre monde.

Où je trouve mes jeux de tarot (en attendant d’en créer un)

Alors oui, c’est vrai, mon amoureuse Rose et moi, on travaille sur son futur jeu de tarot !

Cependant, au vu des questions que je reçois pour le moment (auxquelles je peine à répondre parce que bon les mails et moi…), il faut que je précise quelques éléments !

Eh non, mes propres jeux de tarot n’existent pas. Non, non, je ne vends pas de tarot.
Mais alors…

Comment trouver les tarots que je présente ?

Tout d’abord, sachez que dans les tags de chacun de mes articles se trouve la liste des decks qui l’illustrent. Sur instagram, c’est le même plan avec des hashtags. Et sur youtube, il suffit de faire défiler la description de la vidéo pour découvrir le nom de tous les tarots et oracles qui y figurent.

Quand tu as trouvé le tarot de tes rêves, où l’acheter? Pas réponse simple à cette question.

Jeux indépendants ou autopubliés

Depuis que Little Red Tarot ne livre plus en Union Européenne, les petites boutiques indépendantes se multiplient.

Pour en citer deux: Roi de Coupes en France et Indie Tarot aux Pays-Bas. Certains gros sites qui vendent toute sorte de jeux proposent aussi des jeux indés, par exemple tarot.nl.

Jeux massmarket (édition pour le marché de masse)

Le plan le moins cher, ça reste les grandes plateformes de commerce de livres en ligne. Dommage mais…

Certaines boutiques hybrides vendent les 2 deux types de tarots comme Roi de Coupes ou tarot.nl mentionnés ci-dessus.

Les boutiques « ésotériques » et certaines petites librairies ont depuis quelques années un meilleur accès à des decks massmarket mais néanmoins plutôt alternatifs. Bein oui, le marché s’est diversifié ces dernières années. Il n’y a plus que des jeux new age, bourrés d’appropriation culturelle etc. D’après moi, cette offre n’est pas encore super riche, à Bruxelles en tout cas. C’est toujours les mêmes jeux publiés par la même poignée de maisons d’édition. En plus, il n’y a pas d’exemplaires de consultation pour faire son choix (comme à Londres). Mais c’est un plan, un point de départ…

J’ai lu qu’en France, des taroteur.ses achètent ce type de tarots et d’oracles dans des grands commerces de livres comme la fnac. Franchement, je n’y vais jamais donc je peux pas confirmer si c’est le cas en Belgique.

Seconde main

Les sites et app de seconde main vendent souvent des tarots (et souvent àdes prix trop élevés). Les bouquinerie et brocantes sont mes amies. 😊

Il y a aussi des groupes Facebook de vente ou d’échange (je ne peux rien recommander car je ne suis pas sur ce site). Quand je revends, donne ou échange des livres ou tarots, ma méthode de prédilection, c’est de passer une annonce sur insta. C’est aussi une plate-forme à surveiller.

En conclusion

Je préfère commander en ligne pour prendre le temps de réfléchir, de regarder des vidéos sur les jeux qui m’intéressent et pour avoir accès à des éditions plus intéressantes (qualité, diversité). Mais c’est purement personnel.

Sur youtube, je commence à systématiser mes recensions de tarots, en particulier de tarots plutôt queer. Si tu es encore perdu.e, pense à y jeter un coup d’œil: