Mabon, invoquer et accueillir des déesses sombres

Avec l’arrivée de l’automne, les déesses des mort-e-s ou des enfers se font particulièrement pressantes. Leur insistance représente un défi à la face de notre queertiude. Perséphone et Hel se montrent presque moqueuses: Alors comme ça, tu veux éviter le binarisme? Non, parce que nous, en fait, on fonctionne avec les dualités.

Ok. Comment se confronter à leurs dualités alors? Elles sont faites de cycles. Dans leurs excès et dans leurs pôles, elles prônent une intégration. Sauf que celle-ci ne sera pas forcément fluide. Elle passera pas l’exacerbation des contrastes. Elle exigera un dialogue avec la mort. Ne pas la toiser, ne pas la craindre, ne pas la provoquer, ne pas chercher à la contrôler, ne pas lui donner un pouvoir excessif. Non, juste discuter. Intégrer. Les feuilles mortes joncheront bientôt le sol. Elles pourriront. Elles le nourriront. Les insectes et les vers feront leur oeuvre. Et les champignons. Et…

Une partie de ce qui est enfoui rejaillira. Les graines plantées germeront.

Une partie de nous, individu-e-s et collectifs, peut aussi s’engager dans un voyage sans assurance de retour. Les cailloux laissés sur notre passage seront peut-être emportés par le courant. Mais au moins, on est plus légèr-e-s. Dans certaines cavités, on pourra déposer des secrets qu’on n’a plus envie de porter. Dans certains brasiers, dans le creux de nos chaudrons ou sur nos tas de compost, on pourra jeter des éléments qui ne doivent plus être recyclés mais plus radicalement transformés, par des processus qui ne dépendent pas de nous. Quels sont les schémas qui nous empêchent d’avancer? Lire la suite « Mabon, invoquer et accueillir des déesses sombres »

Maison et trèfle. Qu’est-ce qu’un chez-soi ?

Tout comme Saoween a agrippé la maison, comment profites-tu de ce qui te fait te sentir chez toi ?
🍃
C’est une notion précaire pour de nombreuses personnes. Dans le sens: avoir un logement, se sentir bien dans son corps ou apprivoiser l’autonomie en étant issu.e d’une famille abusive, par exemple. Parfois, ce sont les petites synchronicités du quotidien qui te donne ce sentiment d’être là où tu es en sécurité. Souvent éphémères. De temps en temps, te donnant des indications sur ce à quoi être attentif.ve. Lire la suite « Maison et trèfle. Qu’est-ce qu’un chez-soi ? »

Plonger dans Laguz

Dans mes rêves, les flots purifient. Réceptive, l’eau? Elle glisse le long de ma peau, le long de mes pierres, et elle emporte avec elle ce qui était devenu superflu. Elle régénère. Une fois le flux passé, plonger! 🐚
Se laisser envelopper par l’eau. La laisser nous contenir. Sa caresse sur nos peaux et écailles mène à l’invitation: laisse-toi emporter dans les mystères. Tes émotions ne te rendent pas faible. Tu es vulnérable. Tendre et solide. Tu es dou.x.ce. Il y a tant d’amour à t’offrir. Tu es un.e guerrièr.e dans un monde déchiré. Tu es à la hauteur de la tâche. Tu es vulnérable. Tu es un.e guerrier.e puissante. Arianrhod pourrait être ton amante.
🐚🐟🐙🐟🐚

Oracle des runes

Générations. Passions.
Appartenance. Loyauté.
Et le prix de la complicité. Les secrets qu’on accepte de porter sans les connaître.

J’ai toujours été là pour toi.

Nos existences irrémédiablement liées. De liens qui transcendent le temps. Linéarité réduite en bouillie. Trop petite. Et nous, bien trop gigantesques.

L’espace, en revanche, nous hante. Nous abrite.
Nous emprisonne,
nous enterre et
nous brûle ENCORE.

Bénédiction et malédiction.

Les liens des sorcières
autant que/avant ceux du sang. Les veines des guérisseuses.
Les mémoires fébriles
comme trop habitées.

C’est là qu’interviennent les déesses sombres. Lire la suite « Oracle des runes »

Pages de pentacles et d’épées

J’ai l’impression que les pages/valets sont les cartes « de cour » qui ont le plus à m’apprendre.

On les considère comme les cartes des étudiant.e.s ou des enfants ou, en tout cas, de ces aspects de nos personnalités. D’ailleurs, après tout, c’est sans doute ceux qu’on réprime le plus. Que ce soit par souci de rentrer dans le moules, par nécessité de se conformer aux attentes (productivistes, capitalistes, psychonormées, hétérocisnormées, âgistes, etc) de ce qui fait un.e adulte, par crainte d’assumer nos zones d’ignorance ou de recommencer à zéro, ou pour plein d’autres raisons… Lire la suite « Pages de pentacles et d’épées »

4 de pentacles

Équilibrer ton énergie. Qu’est-ce qui entre et qu’est-ce qui sort? Qu’est-ce que tu partages avec d’autres? Quand est-ce que ton corps te dit de ralentir ou de refuser? Équilibrer tes ressources. Aménager l’espace, arranger un espace à toi, négocier ta zone perso. Interroger tes tendances dépensières. Questionner tes collections quand tu en as 36 milles. Réfléchir à tes dons financiers: quand et pour qui et de qui? Qu’est-ce qui vient compliquer tes relations quand il est question d’argent?

Tu sens toutes les tensions? Amplifie-les pour mieux les comprendre. Et puis, lâche peut-être un peu de leste?

La faux et les pierres à feu

✨ L’automne arrive et le Seeker’s Lenormand et le Wooden Tarot nous interpellent plutôt sévèrement. ✨
🍎
Qu’est-ce que tu peux déjà récolter ? Que vas-tu laisser derrière toi ? En prenant conscience – douloureusement – de ce qu’il te faut abandonner ou couper, peux-tu aussi te rappeler de ce que tu as accompli ? Même si certaines parties de tes projets ont échoué, peux-tu encore en être fièr.e et satisfait.e?

Peux-tu retravailler la vision de tes objectifs et t’affairer à la consolider? Peux-tu éprouver de la reconnaissance envers les relations qui, pourtant, se terminent? Où peux-tu encore flamber d’excitation? Peux-tu suivre cette passion et laisser de côté ce qui n’a pas abouti? Lire la suite « La faux et les pierres à feu »

La tour, le feu de forêt

Quand j’ai réalisé à quel point j’étais dévastée il y a quelques mois, j’ai dit à mon psy « je suis un incendie de forêt à moi toute seule ». La Tour, c’est parfois (souvent) une carte de prise de conscience. Elle passe par la douleur, les triggers, les hurlements, le désarroi, la panique de ne plus savoir qui on est ni où on va. Mais, au moins, même si c’est un infime réconfort sur le moment, on sait qu’on ne peut plus vivre dans le déni. C’est bien trash. Ça fait bien mal. On ne peut plus retourner en arrière, on ne sera jamais plus exactement où on a été. En fait, ouf.
Ouf et, quand il s’agit de post-trauma, mille fois ouf. La peur, la colère, la rage, l’impuissance. Et puis, déjà, la purification par le feu.

Il y a 14 ans, j’ai Lire la suite « La tour, le feu de forêt »

Ver de terre

Tu as l’impression de te cacher sous la surface ? Comme si tu te mettais la tête dans la boue pour pratiquer la politique de l’autruche.

En réalité, tu accomplis un travail essentiel. Grâce à lui le sol respire. La transformation peut se produire à travers la putréfaction et la croissance. Prends conscience de ce travail de l’ombre et de son impact sur ton environnement. Les petites choses que tu accomplis quotidiennement mérite de l’exposition et de l’attention. Il n’y en a pas que pour les grandes révélations et les théories alambiquées.

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑