4 de coupes. Solstice d’été au bout de ma life

4 de coupes. Isolement ou nid douillet improvisé pour soulager l’épuisement. Contre mauvaise fortune bon cœur. Que peux-tu mettre en place pour respirer alors que tu étouffes ?

Pour ma part, je me sens prête à mettre sur le papier (enfin, l’ordi quoi), toutes les idées complexes que j’ai accumulées ces derniers mois sur certains sujets. Je les ai portées dans la douleur. Je savais qu’il leur faudrait du temps avant d’éclore. Je connais mes processus; je ne m’acharne guère. Besoin de maturation. Mais surtout de soin, de rage, d’emportements.

Ma santé flanche en juin. J’ai l’impression de m’effondrer chaque année. Et pourtant, chaque année, tout comme les herbes qu’on récolte au solstice d’été pour les sécher et les utiliser le reste de l’année, ma pensée fleurit et ma magie opère. Peut-être que je ne déteste pas l’été autant que je le prétends, allez, d’accord.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :